L'ancien premier ministre du Canada, Stephen Harper a fait ses adieux aux Canadiens dans une vidéo rendue publique vendredi
Photo Credit: Henry Romero/Reuters

Stephen Harper quitte la vie politique

Share

Dix mois après la défaite du Parti conservateur (PC) aux élections fédérales, l’ancien premier ministre Stephen Harper quitte la politique et entame une vie de consultant.

Économiste de formation, né à Toronto, M. Harper va désormais proposer ses services de consultant aux entreprises souhaitant se développer à l’étranger, via une entreprise créée en décembre dernier à Ottawa, Harper & Associates Consulting Inc.

Chassé du pouvoir en octobre dernier par les libéraux de Justin Trudeau, M. Harper avait immédiatement démissionné de son poste de chef du parti conservateur.

Dans sa dernière allocution comme homme politique, M. Harper a remercié d’abord les électeurs de sa circonscription, pour leur  « appui » et leur « confiance » pendant presque 18 ans.

Stephen Harper discute avec des journalistes sur le tarmac pendant la campagne électorale à Rivière-du-Loup en septembre 2015
Stephen Harper quitte la vie politique pour le secteur privé © Parti conservateur/Jason Ransom

Il a ensuite énuméré quelques-unes de ses réussites : l’unification des deux partis de droite, l’Alliance canadienne et le Parti progressiste-conservateur, la baisse des taxes et des impôts, la valorisation des droits des victimes au détriment de ceux des criminels, etc.

Stephen Harper, qui est maintenant âgé de 57 ans, a été élu député pour la première fois en 1993. Il a accédé à la direction du Parti conservateur en 2003. En 2006, il met fin à treize ans de règne libéral. Il dirigera trois gouvernements successifs jusqu’à sa sévère défaite l’an dernier aux mains des libéraux de Justin Trudeau.

Une politique étrangère marquée par des ruptures

Sous le règne de Harper, le Canada s’est retiré du protocole de Kyoto, au grand dam des environnementalistes. Il a multiplié les accords de libre-échange, y compris avec l’Union européenne, et a contré avec succès la crise financière de 2008. Mais il aussi  enregistré le plus important déficit budgétaire de son histoire.

Son gouvernement a rompu avec la traditionnelle approche multilatérale du Canada, exhibant un soutien sans faille pour Israël au détriment de la Palestine. Il a prôné la ligne dure face à la Russie après son annexion de la Crimée en 2014.

Stephen Harper, chef de l’Alliance canadienne et Peter McKay, chef du Parti progressiste-conservateur du Canada, lors de la fusion de leurs partis en 2003.
Stephen Harper, chef de l’Alliance canadienne et Peter McKay, chef du Parti progressiste-conservateur du Canada, lors de la fusion de leurs partis en 2003.

Pas toujours en phase avec les Canadiens

Partisan d’un État a minima, Stephen Harper s’est aussi fait l’ardent défenseur des sables bitumineux de l’Alberta, mais a été incapable de faire aboutir des projets clés de l’industrie comme les oléoducs, notamment le Keystone XL vers les Etats-Unis.

Il a également essuyé plusieurs camouflets de la Cour suprême du Canada dans ses efforts pour durcir les lois pénales, notamment en matière de peine minimale pour les contrevenants.

Stephen Harper laisse derrière lui un parti en porte-à-faux avec l’opinion d’une majorité de Canadiens sur plusieurs enjeux sociaux et environnementaux, comme le suicide médicalement assisté ou le réchauffement climatique.

Le grand défi du Parti conservateur est de se donner un nouveau visage inspirant et vraisemblablement recentrer des aspects de son programme s’il espère battre les libéraux de Justin Trudeau aux législatives de 2019.

Les conservateurs tentent de trouver un successeur à Stephen Harper.
Les conservateurs tentent de trouver un successeur à Stephen Harper. Le parti devra montrer un nouveau visage pour séduire les Canadiens © PC/DARRYL DYCK

(Avec l’AFP et la Presse Canadienne)

Lire aussi

Pétition pour et contre un aéroport international Stephen Harper à Calgary

Un ancien premier ministre affirme que Stephen Harper fait honte au Canada

La méthode Harper pour déconstruire le modèle canadien

Stephen Harper éjecté de son siège de premier ministre par les électeurs canadiens

Stephen Harper doit se défendre en justice contre un groupe musulman

Share
Catégories : Politique, Société
Mots-clés : ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Un commentaire pour «Stephen Harper quitte la vie politique»
  1. Avatar GILLES TALBOT dit :

    Merci d’avoir été un homme d’honneur et honnête .Un politicien qui a respecté l’opposition toute en étant efficace et respectueux .Contrairement au maire de Montreal qui aurais du être poursuivi pour avoir détruis personnellement un bien commun pour une publicité. Un belle example pour un homme publique Le GROS Codere n’est pas un example a suive Il l’a démontré encore dans on allocution pour souligner votre départ. Merci M. Harper TOUT Le Canada va vous manquer.