rci-gao

Le très populaire animateur chinois Gao Xiaosong dit avoir été censuré par Destination Canada
Photo Credit: iQiyi

Le Canada, défenseur de la liberté d’expression, a-t-il censuré un média chinois?

Share

C’est un peu le monde à l’envers. Habituellement, ce sont les médias étrangers, dont les médias canadiens, qui se plaignent de censure en Chine. Mais cette fois-ci, c’est une vedette de la télévision chinoise qui accuse les promoteurs du tourisme canadien en Chine d’avoir censuré son émission sur les Autochtones quelques jours avant la première visite officielle en Chine du premier ministre Justin Trudeau.

Vendredi dernier, le site de vidéo en ligne iQiyi avait programmé un épisode de Xiaosong Qi Tan, un talk-show hebdomadaire chinois diffusé sur le web. L’épisode comprenait une entrevue avec un chef des Premières Nations du Canada et abordait le sujet des droits de la personne au Canada.

Mais le programme a été retiré sur la recommandation des agents de Destination Canada. La société de la Couronne, qui avait parrainé l’épisode, a contesté le choix de parler de la situation des peuples autochtones du Canada plutôt que de s’attarder sur les attractions touristiques du pays.

Les Trudeau arrivent en Chine pour la visite officielle du premier ministre canadien.
L’affaire Gao Xiaosong pourrait être une source de distraction pour le premier ministre Justin Trudeau qui amorce sa visite officielle en Chine © PC/PC/Adrian Wyld

Deux versions qui s’opposent

Naguère connu sous le nom de Commission canadienne du tourisme, Destination Canada est l’organisme national de marketing touristique du Canada. C’est une société d’État du gouvernement du Canada qui dit utiliser des stratégies de marketing novatrices, ciblées, pour toucher les voyageurs potentiels et les inciter à visiter le Canada.

L’animateur Gao Xiaosong, ancien juge de l’émission China’s Got Talent, qui est également un chanteur chinois bien connu, auteur-compositeur, réalisateur et producteur, accuse Destination Canada d’avoir agi de « manière arrogante et brutale, menaçant de recourir à des moyens légaux, diplomatiques et politiques » pour empêcher la diffusion de l’épisode. Mais Destination Canada conteste la version des faits de Gao.

Joint par Radio Canada International, l’organisme fédéral a refusé de nous accorder une entrevue, mais a répondu à nos questions par courriel. Il soutient notamment que ses programmes en Chine se concentrent sur le travail avec les entreprises touristiques chinoises qui ont accès à des célébrités pour raconter l’histoire du voyage au Canada.

Une cinquantaine de touristes chinois ont été accueillis à Ottawa, en prévision de la fête du Canada. (30-06-15)
Le Canada souhaite attirer des touristes chinois, comme ceux-ci qui ont pris part aux célébrations de la fête du Canada à Ottawa, © CBC / Simon Gardner

Destination Canada dit avoir travaillé avec Ctrip, une agence de voyages sur le web qui, à son tour, a sélectionné le site Internet iQiyi comme partenaire. C’est iQiyi qui a signé un contrat avec Gao Xiaosong, un animateur de talk-show bien connu, pour créer du contenu de voyage.

Pour Destination Canada, la prestation qui a été demandée à ses partenaires ne constitue rien d’autre que de l’« éditorial payé ». Avant la production, Destination Canada leur offre une séance d’information et des lignes directrices. Mais, au final, l’agence canadienne dit respecter le ton et le style utilisés par les partenaires pour produire les contenus, même si elle peut proposer des modifications aux vidéos.

Dans le cas du sujet concernant les Autochtones, Destination Canada nie avoir demandé le retrait ou la suppression de quelque épisode que ce soit. Elle dit avoir simplement suggéré des modifications. L’organisme insiste : son contrat pour la production des vidéos en ligne sera maintenu avec Ctrip et iQiyi.

Selon Global Times, un journal appartenant au Parti communiste chinois, Destination Canada a exigé à travers un commanditaire, puis directement auprès des producteurs de l’émission, que Gao supprime tous les contenus portant sur les droits des Premières Nations.

 rci-capture
Le courriel attribué a un représentant de Destination Canada en Chine

Manipulation?

Dans une capture d’écran d’un courriel publié par Gao Sina Weibo, une personne censée travailler pour Destination Canada en Chine aurait dit à Gao que les droits autochtones sont un sujet aussi sensible que celui de l’indépendance du Tibet en Chine.

« Nous avons toujours insisté pour ne pas mentionner les peuples autochtones parce qu’il s’agit… d’une situation dont nous ne sommes pas fiers », dit le courriel reproduit par CBC. Mais l’authenticité du courriel n’a pu être vérifiée par l’homologue anglophone de Radio-Canada.

Histoire vraie, manœuvre de diversion ou tentative de manipulation? Une chose est certaine, cette controverse est inopportune pour le premier ministre canadien Justin Trudeau. Lui qui avait prévu de parler de la question des droits de la personne en Chine se retrouverait dans la situation de l’arroseur arrosé.

M. Gao, qui est suivi par plus de 38 millions de personnes sur les réseaux sociaux, soutient que l’incident sur les Autochtones est le second du genre avec Destination Canada. Il dit avoir déjà eu maille à partir avec l’agence fédérale à propos d’un épisode lié au mouvement souverainiste québécois. Cet épisode, censé être diffusé vendredi prochain, ne le sera plus.

Selon les informations recueillies par Wei Wu, journaliste  de la section chinoise de RCI.

Lire aussi

Justin Trudeau en Chine se tourne vers les médias sociaux Weibo et WeChat pour déjouer la censure

Les quatre travaux de Justin Trudeau cette semaine en Chine

De Pierre Trudeau à Justin Trudeau, 45 ans de relations canadiennes avec la Chine

Share
Catégories : International, Politique, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*

12 comments on “Le Canada, défenseur de la liberté d’expression, a-t-il censuré un média chinois?
  1. Avatar GILLES TALBOT dit :

    Toute peut se produire avec notre nouvelle admiration Jed ne veux pas etre pessimiste Mais je souhaite un changement de gouverne immédiatement Si il n’est pas déjà trop tard

  2. Avatar Laurent Desbois dit :

    Pour votre réflexion. Ils sont sages ces chinois!

    En chinois, Québec et Canada sont des traductions phonétiques. Leurs traductions littérales sont presque des synonymes, mais en même temps des antonymes …..

    Québec,
    魁北克,
    Kuíběikė,
    Chef, nord, vaincre (être capable)
    Le Québec est un « chef du nord, qui va réussir ».

    Canada
    加拿大
    Jiānádà
    Plus, occupé (prendre de force), grand
    Le Canada est un « grand conquérant par la force ».

    Toutefois, le nom chinois pour Québec, 魁北克, a été créé officiellement en 1977 quand René Lévesque visita la Chine après son élection, avec le ministre Jacques-Yvan Morin. Nous n’existions pas pour les Chinois avant.

    Cela donne une bonne idée de la visibilité que le Canada nous donne à l’international… même après les visites de Trudeau en Chine.

    L’indépendance du Québec, ce « chef du nord, qui va réussir » 魁北克,
    Kuíběikė, est la seule solution!!!

  3. Bonjour,

    Nous souhaitons apporter une précision à tous nos internautes: sur Radio Canada International, tous les commentaires sont publiés quel que soit leur contenu et quelle que soit l’opinion exprimée. La seule condition est le respect de la Nétiquette.
    Il n’y a pas de « Like » ni de « J’aime » dans l’espace Commentaires sur Radio Canada International. Nous supposons donc que ceux qui se plaignent ne parlent pas de notre site.

    Merci de l’intérêt que vous portez à notre site et de votre participation aux tribunes.

    Soleïman Mellali
    Rédacteur en chef
    RCI

  4. Avatar Martin dit :

    Embarrassant mais pas surprenant. Un État qui sermonne aux autres et qui a ces propres problèmes sera toujours vulnérable. Au Canada, se sont pricioalement les peuples autochtones, la loi 101 et les écoles séparés.

  5. Avatar Serge Charbonneau dit :

    C’est sûrement un complot chinois. Le Canada ne censure pas. Tout comme nos grands médias ne censurent pas l’opinion des lecteurs qui n’ont pas les bonnes pensées.

    Serge Charbonneau
    Québec

  6. Avatar Gisèle Lassonde dit :

    C’est exact. Cela ne me surprend pas du tout.. Je suis constamment désactivée dans mes commentaires… Qui ne sont ni plus ni moins irrespectueux que ceux que je lis.. Même que la nétiquette a désactivé un de mes commentaires qui avait reçu 18 aimés., Je ne comprends pas…

  7. Avatar Richard Boucher dit :

    Vous n’êtes pas le seul, je met des gants blancs et quand mon commentaire ne s’enligne pas sur la gauche on me désactive, si bien que je vois de moins en moins de débat….bref un blogue à sens unique.

  8. Avatar Claude Vincent dit :

    « Le Canada, défenseur de la liberté d’expression »

    Elle est vraiment bonne.

    Radio-Canada censure tellement les commentaires qui respectent la nétiquette, mais qui leur déplait par des idées différentes de ce qu’ils aiment lire dans leur blogue….