La tablette est de plus en plus utilisée dans les écoles.

La tablette est de plus en plus utilisée dans les écoles.
Photo Credit: iStock/monkeybusinessimages

L’école publique québécoise doit coûte que coûte tabler sur les tablettes à l’école

Share

Des enseignants et des experts expriment leurs frustrations : en n’ayant toujours pas de stratégie détaillée pour intégrer les outils technologiques comme les tablettes dans les écoles, le ministère de l’Éducation du Québec deviendrait complice de bien des échecs d’intégration, de l’avis des experts en éducation et en technologie.

Un enfant apprend l’alphabet avec une tablette.
Un enfant apprend l’alphabet avec une tablette. © AFP/Getty Images/Frédérick Florin

L’utilisation des tablettes en classe comporte le grand inconvénient potentiel de la distraction, mais elles peuvent aussi se transformer en un réel outil d’apprentissage moyennant une sérieuse formation des enseignants, ce qui dépend des directives et des décisions d’un ministère de l’Éducation.

Pour le moment, au Québec, ce rôle de supervision et d’encadrement des tablettes est largement laissé aux commissions scolaires.

Certaines interdisent complètement leur usage et d’autres, à l’opposé, ont tenté d’imposer aux parents de tous les élèves l’achat d’un iPad et donc du modèle le plus cher sur le marché.

Source d’un nouveau fossé entre les écoles publiques et les écoles privées?

En l’absence de règles du jeu, les écoles privées au Québec ont décidé dans leur ensemble de tomber à bras raccourcis sur les tablettes depuis presque ses débuts. C’est que ces écoles ou leurs parents en avaient les moyens.

Aujourd’hui, la majorité des écoles privées exigent que les élèves travaillent, en classe comme à la maison, avec une tablette électronique ou un portable. Et la facture est refilée aux parents.

Les parents des écoles privées, mieux nantis, peuvent plus facilement équiper leurs enfants afin de tirer parti des avantages offerts au niveau de l’apprentissage par les nouvelles technologies de nos vies quotidiennes.

Écoutez
« Le fossé est immense entre la technologie et les écoles publiques », déplore Thierry Karsenti, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les technologies de l'information et de la communication en éducation à l'Université de Montréal.
« Le fossé est immense entre la technologie et les écoles publiques », déplore Thierry Karsenti, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les technologies de l’information et de la communication en éducation à l’Université de Montréal. © RCI

Découvrez :
Les TIC à l’école? Le regard réaliste des jeunes
Les jeunes ont un regard plutôt lucide sur l’usage des technologies de l’information et de la communication dans l’éducation (TICE). C’est ce qui ressort de l’avis que vient de rendre public le volet jeunesse de la Commission de l’éthique en science et en technologie (CEST-Jeunesse) du Québec.
Lisez la suite…

Les tablettes font maintenant partie du quotidien de plus de 75 000 élèves au Québec.
Les tablettes font maintenant partie du quotidien de plus de 75 000 élèves au Québec. © Stéphanie Rousseau/ICI Radio-Canada

Avec la contribution de Sandra Gagnon, Francis Plourde, Philippe Marcoux et Martine Bordeleau de Radio-Canada

Sur le même thème

L’utilisation du iPad en classe est un succès au Séminaire de Chicoutimi – Radio-Canada 

Ne tablettons pas la technologie – La Presse 

Le partage des tablettes en classe : une solution économique et pédagogique? – ÉcoleBranchée.com 

Share
Catégories : Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*