Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau et le président exécutif du groupe Alibaba, Jack Ma, s’emparent d’un homard lors d’une rencontre à Hangzhou, en Chine.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau et le président exécutif du groupe Alibaba, Jack Ma, lors d’une rencontre à Hangzhou, en Chine. M. Trudeau ne croit pas à la montée du protectionnisme au Canada
Photo Credit: China Stringer Network / Reut

Protectionnisme canadien? Justin Trudeau n’y croit pas

Share

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, ne pense pas que son pays va céder à la tentation du protectionnisme, contrairement aux tendances observées aux États-Unis et en Europe.

À l’occasion de la clôture du sommet du G20 en Chine, Justin Trudeau a demandé aux autres leaders de la planète de lutter contre la tendance au repli sur soi. S’adressant aux journalistes à Hangzhou, M. Trudeau a dit croire que tous les Canadiens sont favorables à une ouverture sur le monde.

Justin Trudeau a dit qu’il hésiterait à comparer le Canada à ce qui se passe ailleurs, puisque les Canadiens sont habituellement ouverts, positifs et optimistes face à l’avenir.

Le premier ministre canadien dit avoir profité de son deuxième sommet du G20 depuis son arrivée au pouvoir pour discuter avec plusieurs dirigeants, dont le président américain Barack Obama et la chancelière allemande Angela Merkel.

 Prime Minister Justin Trudeau and German Chancellor Angela Merkel take part in a bi-lateral meeting at the G20 Summit in Antalya, Turkey on Monday, November 16, 2015.
Le premier ministre Justin Trudeau M. Trudeau a profité du sommet du G20 pour s’entretenir avec la chancelière allemande Angela Merkel. © PC/Sean Kilpatrick

Le bureau du premier ministre ajoute qu’il a eu cinq rencontres en marge du sommet, avec la première ministre britannique Theresa May, le président turc Recep Tayyip Erdogan et des représentants de l’Union européenne, de l’OCDE et de Singapour.

Par ailleurs, la ministre canadienne du Commerce international, Chrystia Freeland, a reçu l’assurance que le gouvernement britannique appuiera l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne (UE).

La première ministre May a signifié cet appui à l’entente, même si le texte n’a pas encore été officiellement ratifié et même si, par référendum, le Royaume-Uni a décidé de quitter l’Union européenne comptant 28 pays.
Selon la ministre Freeland, la leader du gouvernement britannique a donné cette assurance à M. Trudeau lors de leur brève rencontre dimanche, en marge du sommet des pays membres du G20.

Prime Minister Justin Trudeau’s mandate letter to his International Trade Minister Chrystia Freeland (left), instructs her to move towards ratifying the Canada-EU free trade deal. But the Europeans don’t appear ready to sign unless Canada compromises on the agreement’s controversial investor-to-state dispute settlement (ISDS) provisions.
La ministre du commerce international Chrystia Freeland (à gauche) est assurée que le gouvernement britannique appuiera l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne © Chris Young/Canadian Press

À ce sommet, le premier ministre Trudeau et la délégation canadienne ont jusqu’ici fait l’éloge de l’accord canado-européen, le qualifiant de progressiste. Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, a aussi manifesté son enthousiasme.

Mme Freeland a souligné que l’entente canado-européenne offrirait au Canada l’accès à un marché de quelque 400 millions de personnes.
Cependant, le texte soulève des craintes en Europe, notamment en Allemagne, où on lui reproche de favoriser les corporations multinationales et d’être peu prometteur en matière d’emploi.

(Avec La Presse Canadienne)

Des producteurs laitiers demandent au fédéral un contrôle plus serré du commerce transfrontalier et des compensations pour les ententes internationales qui les désavantagent.
Des producteurs laitiers manifestant pour demandent au gouvernement fédéral un contrôle plus serré du commerce transfrontalier et des compensations pour les ententes internationales qui les désavantagent. © ICI Radio-Canada/Angie Bonenfant

Quelques données générales sur l’Accord économique et commercial global (AECG)

  • Élimination complète des droits sur tous les produits non agricoles

Union européenne

  • 98 % des lignes tarifaires seront établies à 0 % à l’entrée en vigueur de l’Accord
  • 99 % des lignes tarifaires seront exemptes de droits de douane sept ans après l’entrée en vigueur
  • Périodes de transition de trois, cinq ou sept ans pour les automobiles, certains produits de la mer et certains produits agricoles
  • Biens industriels : 99,3 % des lignes tarifaires seront exemptes de droits à l’entrée en vigueur
  • 100 % des lignes tarifaires seront exemptes de droits sept ans après l’entrée en vigueur de l’Accord
  • Produits de la mer : 95,5 % des lignes tarifaires seront exemptes de droits à l’entrée en vigueur
  • 100 % des lignes tarifaires seront exemptes de droits sept ans après l’entrée en vigueur
  • contingents tarifaires transitoires sur les principales exportations canadiennes (23 000 tonnes de crevettes et 1000 tonnes de morue)

Canada

  • 98,4 % des lignes tarifaires seront établies à 0 % à l’entrée en vigueur de l’Accord
  • 98,8 % des lignes tarifaires seront exemptes de droits sept ans après l’entrée en vigueur
  • Produits non agricoles : 99,6% des lignes tarifaires seront exemptes de droits à l’entrée en vigueur (y compris celles visant les produits de la mer)
  • 100 % des lignes tarifaires seront exemptes de droits sept ans après l’entrée en vigueur
  • Périodes de transition de trois, cinq ou sept ans pour les produits sensibles suivants : navires : trois et sept ans; automobiles : trois, cinq et sept ans; certains produits agricoles (voir le résumé distinct sur l’agriculture) : trois, cinq et sept ans

(Source: Affaires Mondiales Canada)

Lire aussi

Trudeau suggère à la Chine d’améliorer son image internationale en resserrant ses liens avec le Canada

Les quatre travaux de Justin Trudeau cette semaine en Chine

Droits de la personne : invitation polie, mais ferme de Justin Trudeau à la Chine pour en faire plus

Chicane commerciale Canada-Chine concernant le canola canadien

Share
Mots-clés : ,
Publié dans : Économie, International, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*