Un problème de 31 milliards de dollars : Une mauvaise note pour le Canada et le gaspillage alimentaire
Photo Credit: IS / iStock

Un problème de 31 milliards de dollars : Une mauvaise note pour le Canada et le gaspillage alimentaire

Share

La France a rendu illégal pour ses supermarchés le fait de jeter des aliments; l’Italie offre des allègements fiscaux aux entreprises qui donnent des restes de table plutôt que de les jeter.

Au Canada?

Rien à signaler pour le moment, rien en vue dans un avenir prochain.

31 milliards de dollars enfouis

Au Canada, les aliments qui se retrouvent dans des sites d’enfouissement et dans diverses unités de compostage ont une valeur commerciale évaluée à 31 milliards de dollars selon le rapport de 2014 de Value Chain Management International.

Ces aliments jetés alors qu’ils sont encore, dans plusieurs cas, propres à la consommation humaine, ne représentent qu’une partie des tonnes et des tonnes (1,3 milliard) d’aliments jetés annuellement selon les données de la FAO, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Pendant ce temps, quelque 850 000 Canadiens doivent se rabattre sur des banques alimentaires pour se nourrir.

Pas de solution rapide

Le Canada n’aura pas de solution politique à offrir au gaspillage alimentaire du moins dans un avenir rapproché.

Le  ministre de l’Agriculture, Laurence MacCauley, a déclaré l’automne dernier que le Canada s’attaquerait à ce problème « d’ici un ou deux ans ».

Le ministre de l’Agriculture, Laurence MacCauley (Radio-Canada)

« In 2017, we will be open to discussions in public right across the country. Anybody involved — nutritionists, food groups, retailers, perhaps seniors homes, whatever — anybody that can add to the policy is [who] we want to hear from ».

(Trad.: En 2017, nous entamerons des discussions publiques d’un bout à l’autre du pays. Tous ceux qui, de près ou de loin sont impliqués dans ce dossier – les nutritionnistes, les groupes alimentaires, les détaillants, peut-être des foyers pour personnes âgées – tous peuvent se faire entendre)

D’autres pays prennent l’initiative de tenter de régler ce problème du gaspillage alimentaire

Pendant qu’Ottawa songe à discuter du problème, d’autres pays sont résolument engagés à trouver des solutions.

Outre la France et l’Italie qui donne le ton, les États-Unis, qui n’ont pas de politique nationale en la matière, se penchent sur les dates de péremption afin de les rendre « plus claires » et de réduire ainsi le gaspillage.

Le Massachusetts a légiféré en 2014 rendant le gaspillage alimentaire illégal pour les entreprises. La Californie a emboîté le pas cette année.

Rappelons que, sur la scène internationale, les Nations unies ont fait de la réduction du gaspillage alimentaire un des enjeux du développement durable, politique adoptée en assemblée générale en 2015.

La cible est de réduire de moitié d’ici 2030 le gaspillage alimentaire des entreprises de détail et des consommateurs.

Penser globalement, agir localement

Le chef torontois Jagger Gordon (Radio-Canada)

Le chef torontois Jagger Gordon s’est mis à ses fourneaux la Veille de Noël.

Avec sa brigade, il a concocté plus de 600 repas pour des gens dans le besoin avec, justement, des aliments destinés à la décharge.

Jagger Gordon espère voir le gouvernement fédéral prendre la décision d’exiger que toutes les épiceries, les grandes surfaces et tous les restaurants donnent aux banques alimentaires et aux refuges les aliments dont la date de péremption approche au lieu de systématiquement les jeter.

Quelques semaines avant Noël, il a pris son bâton de pèlerin (son téléphone quoi) et il s’est lancé dans une campagne de demande de dons.

« There’s always the issue of them saying, ‘Ok, we’re not too sure about this.’ But I say, it’s called the Good Samaritan law. If you know it’s good and I know it’s good, then we have no issues ».

(trad.: Il y a toujours les craintes exprimées du genre ‘Vous êtes certain de ce que vous avancez?’ Je leur répondais qu’il s’agit de la Loi du bon Samaritain Si vous savez que c’est encore bon. Et que je le sais aussi, il n’u a donc pas de problème).

C’est en 2014 que Jagger Gordon a eu l’idée de congeler les restes des événements qui l’engageaient en tant que traiteur.

Ainsi, il a pu nourrir huit familles au cours d’une année.

Feed It Forward

C’est cette expérience de partage qui l’a poussé à créer le programme Feed It Forward (Trad. : dans le sens de Donnez au suivant, Nourrissez-le).

Jagger Gordon est à mettre sur pied une application web pour faciliter le transfert des aliments des restaurants et des marchés d’alimentation qui autrement seraient jetés vers ceux et celles qui en ont vraiment besoin.

La pauvreté, ce n’est pas un choix personnel.

RCI, CBC, Feed It Forward, Value Chain Management International

Share
Catégories : Économie, Politique, Santé, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*