Une fourchette et des insectes

Photo Credit: iStock

Manger des insectes : des Canadiens cessent de traîner de la patte

Share

L’important est invisible pour notre estomac, mais il ne l’est généralement pas pour nos yeux. Les Canadiens, comme la plupart des Occidentaux, mangent avec leurs yeux et leurs préjugés autant qu’avec leur bouche et leur nez.

La cuisson d’insectes : sauterelles et grillons à l’eau bouillante Photo : Radio-Canada/Claude Brunet
La cuisson d’insectes : sauterelles et grillons à l’eau bouillante Photo : Radio-Canada/Claude Brunet

L’agence des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) envisage pourtant un monde où les gens mangeant des insectes seront plus nombreux que ceux mangeant de la viande.

Depuis cinq ans, la FAO recommande de consommer des insectes au lieu de la viande pour des raisons économiques et écologiques.

Les Canadiens sont invités à se mettre à table et certains commencent à le faire. Intéressés par cette nourriture écologique, ils se tournent vers les quelques restaurants africains ou asiatiques qui mettent au menu certains insectes.

De nouveaux livres, dédiés aux recettes de fourmis au miel, de sauterelles grillées à l’ail ou de brochettes de crickets, apparaissent aussi.

Transformer nos meilleurs amis en cobayes

La nourriture pour chien est généralement faite avec des protéines de bœuf, de poulet ou de porc, mais aussi avec beaucoup d’ingrédients et d’agents qui ont parfois mauvaise presse.

La compagnie québécoise Wilder & Harrier tente de défier la norme en offrant de la nourriture à base de farine de grillons.

« On doit trouver des protéines qui prennent moins d’espace, qui produisent moins de gaz à effet de serre et qui nécessitent moins d’eau », affirme l’un des responsables de l’entreprise, qui rappelle que les grillons nécessitent 2000 fois moins d’eau que le bœuf.

Écoutez
wilder-et-harrier

wilder-et-harrier

Les Canadiens mangent déjà un demi-kilo d’insectes chaque année

Des hannetons au menu?
Des hannetons au menu? © Radio-Canada

Les hamburgers à la protéine de scarabée ne sont pas encore tout à fait disponibles pour le moment dans la restauration canadienne sur le pouce, mais un consommateur au Canada mange, sans le savoir, déjà beaucoup d’insectes, en moyenne 500 g par an.

Cette consommation est le fruit d’une contamination des aliments. De la farine aux légumes, les insectes se cachent partout.

Même dans un pays sanitairement très développé comme le Canada, vous trouverez des insectes dans les pots de confiture, dans les contenants de jus de fruits et bien sûr dans les conserves.

Ailleurs dans le monde…
Dans plus de la moitié des pays de la planète, on mange déjà des insectes au quotidien.
Environ 500 variétés d’insectes sont consommées au Mexique, 250 en Afrique et 180 en Chine.
Les pygmées attendent eux avec impatience la saison des chenilles. Scarabées et blattes sont leurs préférés. Suivent les vulgaires mouches, poux et cigales. On croque aussi des guêpes, des abeilles et des fourmis ainsi que des termites et des papillons. Sans oublier les croustillants criquets et naturellement les sauterelles.
Des criquets à la mexicaine ont remporté un franc succès lors de dégustations publiques d’insectes organisées récemment par l’Insectarium de Montréal.

Les insectes : nourriture du futur?
Les insectes : nourriture du futur? © GI/Sean Gallup

RCI avec la contribution d’Alain Gravel de Radio-Canada

Sur le même thème

Dans une assiette près de chez vous : les insectes comestibles – Radio-Canada 

Élevage d’insectes pour farine nouveau genre à Sherbrooke – Radio-Canada 

Manger des insectes, c’est écolo et bon pour la santé – Radio-Canada 

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*