Permettre à l'industrie du bois d’oeuvre canadien d'aller à la conquête de nouveaux débouchés

Permettre à l'industrie du bois d’oeuvre canadien d'aller à la conquête de nouveaux débouchés
Photo Credit: PC / JONATHAN HAYWARD

Marché du bois : les États-Unis entortillent la mécanique et le Canada va à la conquête de la Chine

Share

Alors que les producteurs canadiens redoutent un énième conflit douanier sur le bois d’œuvre entre Washington et Ottawa à cause des nouveaux droits que compte imposer le département américain du commerce, des efforts sont entrepris pour une diversification des marchés afin d’amoindrir les conséquences d’une telle décision dans les régions du pays.

« Défendre vigoureusement les intérêts canadiens »  

Alors que la décision du département américain du commerce d’imposer des droits compensatoires sur le bois d’œuvre canadien sera rendue publique dans moins de 24 h, les responsables fédéraux se sont concertés pour définir la meilleure stratégie susceptible de permettre de minimiser les impacts sur les producteurs.

C’est ainsi qu’ils ont décidé de cibler de nouveaux marchés extérieurs pour renforcer les échanges commerciaux en ce qui concerne le bois et les produits ligneux du pays.

François-Philippe Champagne, ministre du Commerce international du Canada
François-Philippe Champagne, ministre du Commerce international du Canada © ICI Radio-Canada

« Le Canada ne se découragera pas et défendra vigoureusement son industrie. Nous chercherons également de nouveaux débouchés et offrirons un meilleur accès aux économies en plein essor dans le monde pour les produits de haute qualité du Canada, notamment le bois résineux, pour lesquels ma mission en Chine a été vivement pressée d’explorer les possibilités, en particulier pour les produits de bois durables, écologiques et sûrs où notre industrie excelle. Nous remuerons ciel et terre. Le bois résineux du Canada aidera à construire les économies de demain, en particulier en Asie, et nous assurerons ensemble la prospérité future de nos producteurs et les bons emplois qu’ils offrent. » – François-Philippe Champagne, ministre du Commerce international du Canada

L’un des marchés sur lesquels le Canada entend mettre l’accent dans sa démarche de diversification est la Chine, où les exportations du bois canadien ont connu une forte augmentation depuis 2002 avec des revenus qui atteignent le milliard de dollars.

Durant cette même période, les revenus issus de l’exportation des produits ligneux canadiens vers ce pays ont augmenté de plus de 25 fois, permettant de générer 1,6 milliard de dollars.

La Corée du Sud, l’Asie du Sud-Est et le Royaume-Uni sont aussi des partenaires importants pour le Canada, les exportations de ses produits ligneux vers ces pays ayant connu une hausse de plus de 200 % en presque 20 ans, atteignant plus de 700 millions de dollars.

L'exportation du bois d’oeuvre canadien en Chine a augmenté de plus de 25 fois depuis 2002
L’exportation du bois d’oeuvre canadien en Chine a augmenté de plus de 25 fois depuis 2002 © ICI Radio-Canada

Opération charme

L’on assiste actuellement à un véritable ballet de personnalités canadiennes sur différentes scènes internationales pour vanter les mérites du bois et des produits ligneux canadiens.

Le ministre canadien du Commerce international, François Philippe Champagne, est en Chine dans le but de promouvoir l’utilisation de ce bois, notamment dans la construction résidentielle.  Il y précède le ministre des Ressources naturelles Jim Carr, qui conduira une délégation de dirigeants canadiens du secteur forestier en Chine dans moins de deux mois pour un suivi des démarches entreprises en ce moment.

La secrétaire parlementaire du ministre du Commerce international, Pamela Goldsmith-Jones, a ciblé le Vietnam, Singapour et Brunei Darussalam, où elle explore les possibilités d’affaires pour les exportateurs canadiens de bois dans la région Asie-Pacifique.

Depuis le début de cette année, le gouvernement fédéral a appuyé des projets d’associations canadiennes de produits forestiers dans le cadre du Programme de développement des marchés de ressources naturelles Canada.

En plus de 6 millions de dollars accordés à 8 associations de ce secteur pour promouvoir les produits ligneux canadiens dans les marchés étrangers, Ottawa a également soutenu la recherche et le développement dans ce secteur à hauteur de 18 millions. Le budget 2017 prévoit aussi 40 millions sur quatre ans pour appuyer les projets et activités visant à accroître l’utilisation du bois canadien dans la construction ailleurs dans le monde et à assurer une prospérité durable.

Le ministre fédéral des Ressources naturelles et député manitobain Jim Carr
Le ministre fédéral des Ressources naturelles et député manitobain Jim Carr © Camille Gris-Roy

« Notre industrie forestière est particulièrement bien placée pour aider notre pays à relever certains de ses plus grands défis : la lutte contre les changements climatiques, la stimulation de l’innovation, la création d’emplois pour les collectivités autochtones et rurales, et l’accroissement des échanges commerciaux. Notre gouvernement défendra vigoureusement les intérêts de cette industrie, de manière à renforcer celle-ci et à venir en aide aux gens et aux collectivités qui en dépendent. » – Jim Carr, ministre des Ressources naturelles du Canada.

À lire aussi : 

Un cinquième conflit commercial sur le bois d’œuvre sur le point d’être déclenché

Bois d’œuvre : les forestiers canadiens contre une possible imposition de droits salés par les Américains

Share
Catégories : Économie, International, Politique, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Marché du bois : les États-Unis entortillent la mécanique et le Canada va à la conquête de la Chine»
  1. Avatar Marie-Josée dupuis dit :

    C’est effectivement le temps de mettre de l’énergie pour chercher d’autres partenaires commerciaux et laissé les USA.