Des étudiants de cégep.  Les devoirs prennent du temps, beaucoup de temps Les élèves au Canada consacreront cette nouvelle année scolaire en moyenne entre trente minutes et une heure à leurs devoirs et leçons.  Photo : Radio-Canada / Jean-Simon Fabien

Des étudiants de cégep. Les devoirs prennent du temps, beaucoup de temps Les élèves au Canada consacreront cette nouvelle année scolaire en moyenne entre trente minutes et une heure à leurs devoirs et leçons. Photo : Radio-Canada / Jean-Simon Fabien

De plus en plus populaire, Allô Prof devient-il maintenant essentiel?

Share

Une nouvelle industrie privée de l’aide aux devoirs prend forme depuis cinq ans au Canada et Allô Prof en est le porte-étendard québécois.

Ces mines d’or en d’informations en ligne pour les élèves après leurs heures de cours et leurs trésors pédagogiques voient le jour à l’heure d’Internet et d’un monde où les parents et les enfants sont pressés par une foule d’activités sportives et récréatives.

La présence de cette industrie entraîne beaucoup de parents à se questionner sur les avantages pédagogiques réels de l’imposition de devoirs à leurs enfants. Des enseignants eux-mêmes se questionnent sur les différentes approches proposées par les écoles et les commissions scolaires par rapport aux devoirs.

Pour plusieurs, les devoirs ne devraient durer que de 10 à 20 minutes. Pour d’autres, ils devraient être surtout mieux encadrés et non pas effectués à la maison, mais bien à l’école.

Pendant ce temps, les services en ligne d’aide aux devoirs croissent en popularité, signe bien souvent de l’importance de la détresse des parents et des enfants par rapport aux devoirs obligatoires.

Allô Prof dévoilait en juin 2015 un nouveau site web pour mieux aider les élèves de la région de Montréal à faire leurs devoirs. Pour ce service gratuit, qui a vu le jour au milieu des années 1990, il s’agit d’un tournant important. © Radio-Canada-Despatie
Allô Prof dévoilait en juin 2015 un nouveau site web pour mieux aider les élèves de la région de Montréal à faire leurs devoirs. Pour ce service gratuit, qui a vu le jour au milieu des années 1990, il s’agit d’un tournant important. © Radio-Canada-Despatie

La question de l’impact des devoirs sur les élèves suscite de nombreux conflits

Une maman supervise sa fille qui fait ses devoirs
Une maman supervise sa fille qui fait ses devoirs © Istock

Au début du XXe siècle, on considérait que l’apprentissage résultait avant tout de la pratique répétitive. Les devoirs étaient alors considérés comme une occasion d’exercice supplémentaire et l’on croyait qu’ils contribuaient à inculquer le sens de la discipline aux jeunes.

Dans les années 1940, alors que le développement de la capacité à résoudre des problèmes a pris le pas sur la pratique répétitive, les devoirs étaient plutôt considérés comme une intrusion dans la vie privée des familles.

Cette tendance s’est renversée à nouveau dans les années 1950 alors que, devant les réalisations scientifiques des pays du bloc communiste, les pays occidentaux se sont mis à remettre en question la qualité de la préparation des jeunes à relever les défis technologiques.

Depuis, des études comparatives internationales montrent que les résultats scolaires des élèves occidentaux se comparent négativement à ceux des élèves japonais et coréens qui se voient eux imposer plus de devoirs.

Une étude réalisée en 2008, à l’Université de Toronto, a révélé cependant que plusieurs parents canadiens n’étaient pas certains de l’effet positif des devoirs sur la réussite scolaire.

RCI avec la contribution d’Arnaud Decroix, Renée Dumais-Beaudoin, Claude Bernatchez et Catherine Lachaussée de Radio-Canada

Découvrez :
Comment fonctionne le système scolaire au Canada?
Un internaute nous demande de lui décrire à quoi ressemble le système d’éducation canadien et à quoi il peut s’attendre s’il devait inscrire ses enfants dans un établissement scolaire du pays.

Le nombre d’années de scolarité qu’un enfant de cinq ans peut espérer accomplir au cours de sa vie au Canada est de 17 ans. © iStock/monkeybusinessimages

Le nombre d’années de scolarité qu’un enfant de 5 ans peut espérer accomplir au cours de sa vie au Canada est de 17 ans. © iStock/monkeybusinessimages

En complément

Les pilules du « dopage » scolaire? – RCI 

Corrélation directe entre embonpoint et intimidation en cours de récréation – RCI 

Les examens arrivent : Alloprof lance un nouveau service, le « cyberprof » – RCI 

Share
Catégories : Internet et technologies, Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*