Bill Morneau, ministre canadien de Finances

Bill Morneau, ministre canadien de Finances
Photo Credit: Chris Wattie/REUTERS

Conflit d’intérêt potentiel : Morneau se défend,Trudeau appuie son ministre

Share

Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, se tient aux côtés de son ministre des Finances, Bill Morneau, visé par l’opposition d’accusations de conflit d’intérêts pour ne pas avoir placé ses biens personnels dans une fiducie sans droit de regard après avoir été nommé au cabinet il y a près de deux ans.

Afin d’atténuer une controverse grandissante qui menace d’éclipser son programme, M. Trudeau, lors de la période des questions au Parlement canadien mercredi, a dû répondre aux attaques de l’opposition qui questionne le fait que son ministre détienne encore environ 40 millions de dollars en actions à Morneau Shepell, la firme de gestion des régimes de retraite et de ressources humaines fondée par son père. 

Les questions sur les conflits d’intérêts possibles surviennent après des semaines de réactions négatives à la tentative du ministre des Finances de réformer les impôts des petites entreprises. Elles sont devenues un obstacle majeur pour le gouvernement libéral.

Pour sa part, le ministre Morneau continue de dire qu’il a suivi les règles et conseils de la commissaire fédérale à l’éthique Mary Dawson .

Il a demandé mardi une rencontre avec Mme Dawson pour discuter à nouveau de sa décision de ne pas placer ses actifs dans une fiducie.

« Le commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique a donné des conseils clairs au ministre des Finances, qu’il a suivis et qu’il continuera de suivre. » M. Trudeau, refusant toutefois de répondre à des questions à propos du moment où il a su que M. Morneau n'avait pas utilisé une fiducie sans droit de regard.
Le ministre canadien de Finances, Bill Morneau et le premier ministre Justin Trudea se serrent la main.
Le ministre canadien de Finances, Bill Morneau et le premier ministre Justin Trudea se serrent la main. © Chris Wattie/REUTEURS

Le ministre Morneau a dit avoir demandé l’avis de la commissaire à l’éthique justement pour éviter les conflits d’intérêts.

L’accent mis sur la richesse personnelle de M. Morneau ainsi que la réforme fiscale proposée par le ministre risquent tous les deux de faire dérailler les plans des libéraux, à l’amorce de la deuxième moitié de leur mandat de quatre ans.

L’agence Reuters rapporte que Marc Chandler, responsable mondial de la stratégie de change pour le géant banquier Brown Brothers Harriman, a déclaré que les marchés financiers seraient largement épargnés si M. Morneau quittait son poste, à condition qu’il soit remplacé par quelqu’un ayant les mêmes vues et les mêmes plans financiers.

« Si vous me disiez que la critique à M. Morneau est une critique voilée à la stratégie d’expansion fiscale et que sa disparition pourrait entraîner un changement de politique fiscale, ce serait un peu plus important. »,Marc Chandler de la banque Brown Brothers Harriman & Co.

M. Chandler a ajouté également que les marchés sont plus inquiets au sujet de la disparition possible de l’ALENA et des futures augmentations de taux par la Banque du Canada que de la tempête autour du ministre des Finances.

Bill Morneau, © REUTERS/Chris Wattie

M. Morneau ne quitte pas son poste, il présente les détails de son projet de réforme fiscale

Bill Morneau a annoncé jeudi des changements à ses propositions fiscales controversées qui visent à répondre aux préoccupations des agriculteurs et des pêcheurs canadiens. Il en a fait l’annonce dans une ferme aux côtés du ministre de l’Agriculture Lawrence MacAulay, à Erinsville, en Ontario.

Il est à noter que plusieurs analystes ont exprimé leurs craintes quant aux changements fiscaux proposés par le gouvernement Trudeau puisqu’ils ont été parfois interprétés comme étant un éventuel fardeau qui ajouterait des coûts importants pour certains propriétaires de petites entreprises, comme les fermes familiales. Cependant, le ministre a déjà consenti à baisser les impôts pour les PME

En effet, plus tôt cette semaine, le gouvernement a également abandonné une autre mesure qui aurait eu un impact négatif sur le transfert intergénérationnel des entreprises familiales.  

Radio Canada International avec la Presse canadienne et Reuters. 
Share
Catégories : Non classé
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*