Une jeune réfugiée dans un camp qui accueille des Rohingya près de Sittwe, en Birmanie.

Une jeune réfugiée dans un camp de Rohingyas, près de Sittwe, en Birmanie.
Photo Credit: Reuters/Soe Zeya Tun

Le supplice de la baïonnette sexuelle pour les femmes et filles rohingyas

Share

L’envoyé spécial du Canada au Myanmar, Bob Rae, est de retour au pays où il a dressé un portrait alarmant de la situation des migrants rohingyas, minorité musulmane, qui ont dû fuir le Myanmar vers le Bangladesh pour échapper à la répression policière.

La vie dans le dénuement total : un portrait affreux

Bob Rae, envoyé spécial du Canada au Myanmar
Bob Rae, envoyé spécial du Canada au Myanmar © Yvon Thériault

Bob Rae qui a visité les camps de réfugiés dans la région dépeint une situation critique. Des milliers de Rohingyas croupissent dans une misère sans précédent.

La vie et la santé de ces personnes, qui ont été obligées de partir massivement du Myanmar pour se mettre à l’abri des exactions des forces de l’ordre, sont directement menacées par les conditions dans lesquelles elles vivent.

Le rapport périodique de M. Rae fait état de camps surpeuplés, de gens entassés les uns sur les autres, en proie à la promiscuité, aux intempéries, à la faim, à la soif, bref manquant de tout.

L’ex-premier ministre de l’Ontario a été le témoin oculaire dans cette région d’une crise humanitaire préoccupante qui confirme le tableau précédemment brossé par les Nations-Unies, qui ont dénoncé une campagne de nettoyage ethnique.

Les principaux leaders de la région comme les organisations non gouvernementales actives sur le terrain sont tout simplement débordés, au regard de l’ampleur du problème.

«En voyant ces mots imprimés, je me rends compte à quel point les mots sont inadéquats pour exprimer l’étendue des dégâts et des traumatismes.» – Bob Rae dans son rapport intérimaire

Lire aussi :

L’envoyé spécial du Canada constate au Bangladesh la tragédie des Rohingyas

Venir en aide aux enfants réfugiés rohingyas au Bangladesh

Alléger les terribles conditions de vie des Rohingyas au Bangladesh avec l’aide humanitaire

Les Rohingyas : une cause, un destin qui interpelle la bienveillance des Canadiens.

Des réfugiés rohingyas venant du Myanmar tentent d’obtenir de la nourriture dans la ville de Cox’s Bazar, au Bangladesh, le 4 septembre. © Reuters/Mohammad Ponir Hossain

Les femmes et les filles : de simples objets sexuels

Le compte rendu du spectacle désolant de l’envoyé spécial d’Ottawa laisse percevoir une expérience des plus douloureuses pour les femmes et filles rohingyas.

Ces dernières ont subi le calvaire des agressions sexuelles de soldats qui s’en sont servi sans ménagement, les laissant avec des stigmates qui les hanteront, pour la plupart d’entre celles qui ont pu survivre, pendant toute une vie.

Bob Rae appelle Ottawa et toute la communauté internationale à redoubler d’efforts pour venir en aide à ces femmes et filles, aux Rohingyas qui ont un besoin urgent d’aide pour surmonter les multiples chocs qu’ils ont subis et sortir de leur condition actuelle.

Il entend retourner bientôt au Myanmar où il espère plus de collaboration de la part des autorités nationales.

Celles-ci ont en effet manifesté leur opposition ferme à l’idée pour les Nations-Unies de déployer une mission d’enquête sur le terrain pour aller à la rencontre des principaux représentants de l’armée et du gouvernement.

Cette rencontre est pourtant importante pour mieux documenter les causes et les conséquences de la crise humanitaire qui affecte le bien-être des Rohingyas depuis quelques années, qui a conduit à l’exil de plus de 600 000 d’entre eux, avec au moins 6700 disparitions en un seul mois, entre août et septembre.

C’est à l’issue de son deuxième séjour dans la région, après des échanges avec les responsables aussi bien du Myanmar, du Bangladesh que des organisations non gouvernementales, que Bob Rae remettra un rapport final et formulera des recommandations qui permettront à celui qui l’a mandaté, le premier ministre, Justin Trudeau, de mieux affiner sa stratégie d’action.

RCI avec La Presse Canadienne

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, International, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*