Christopher Wylie, un Britanno-Colombien âgé de 28 ans, avait commencé à élaborer des stratégies pour déterminer comment profiter des données collectées sur les médias sociaux lorsqu'il travaillait au bureau du chef du Parti libéral. Il a par la suite travaillé pour l'entreprise Cambridge Analytica au coeur d'un important scandale politique aux États-Unis. Photo : CBC

Christopher Wylie, un Britanno-Colombien âgé de 28 ans, avait commencé à élaborer des stratégies pour déterminer comment profiter des données collectées sur les médias sociaux lorsqu'il travaillait au bureau du chef du Parti libéral. Il a par la suite travaillé pour l'entreprise Cambridge Analytica au coeur d'un important scandale politique aux États-Unis. Photo : CBC

Scandale des données Facebook : le lanceur d’alerte travaillait pour le Parti libéral du Canada

Share

Le lanceur d’alerte canadien qui a fait chuter Facebook à la bourse lundi en révélant comment le réseau social aurait donné accès aux informations personnelles de millions d’utilisateurs, au profit de mouvements politiques aux États-Unis et au Royaume-Uni, avait été congédié par le Parti libéral du Canada en 2009.

Michael Ignatieff, lors d'une allocution en 2009.

Michael Ignatieff, lors d’une allocution en 2009

Christopher Wylie, un expert en informatique, s’était fait montrer la porte par les libéraux, alors dans l’opposition et dirigé par Michael Ignatieff, il y a quelques années, en grande partie parce qu’il voulait utiliser des méthodes jugées trop controversées de cueillettes de données pour améliorer les performances du parti sur les réseaux sociaux.

Selon un ancien employé du parti, qui s’est exprimé sous le couvert de l’anonymat, à l’époque, ces méthodes étaient perçues comme étant trop intrusives et elles avaient soulevé des inquiétudes parmi les organisateurs libéraux, qui ont voulu prendre leurs distances de Christopher Wylie.

Les méthodes suggérées par l’informaticien auraient en fait effrayé les libéraux et cela aurait beaucoup joué dans la décision de ne pas renouveler son contrat en 2009.

Christopher Wylie plaide que ses idées ont mené à la création de la firme Cambridge Analytica, qui est au centre d'un scandale politique aux États-Unis. PHOTO THE NEW YORK TIMES

Christopher Wylie plaide que ses idées ont mené à la création de la firme Cambridge Analytica, qui est au centre d’un scandale politique aux États-Unis.
PHOTO THE NEW YORK TIMES

Les dessous du nouveau scandale impliquant l’entourage de Donald Trump

Facebook a été affecté par ce scandale, lundi. Son action a chuté de 12,53 $ US, ou de 6,77 pour cent, pour se situer à 172,56 $ US à la Bourse de New York.

Facebook a été touchée par ce scandale lundi. Son action a chuté de 12,53 $ US, ou de 6,77 pour cent, pour se situer à 172,56 $ US à la Bourse de New York.

Le New York Times et The Observer à Londres soutiennent que l’équipe du candidat républicain Donald Trump a demandé en 2016 à la firme Cambridge Analytica de prélever des renseignements personnels des profils Facebook de plus de 50 millions d’utilisateurs.

D’après l’enquête, Cambridge Analytica a pu créer les profils psychologiques de 50 millions d’usagers à partir d’une application qui s’affichait sur Facebook comme « une application de recherche utilisée par les psychologues ». Elle proposait de payer les utilisateurs pour remplir des tests de personnalité.

L’équipe Trump aurait apparemment par la suite tiré profit de ces données et de ces analyses pour en savoir davantage sur les comportements et la personnalité des électeurs américains en vue de l’élection présidentielle de 2016.

Samedi, l’équipe de Donald Trump a nié avoir utilisé ces données, affirmant qu’elle s’était plutôt servie des informations recueillies par le Comité national républicain.

Dans un communiqué diffusé lundi, l’entreprise Cambridge Analytica a « nié fermement » les allégations selon lesquelles elle aurait obtenu des données sur Facebook de façon inappropriée.

Entrevue en anglais de Christopher Wylie accordée à CBC – 3:29

Enquête au Canada

La nouvelle a causé toute une commotion des deux côtés de l’Atlantique. En Europe et aux États-Unis, de nombreuses voix exigent la tenue d’enquête.

Au Canada, le Commissaire à la protection de la vie privée s’est dit préoccupé par la possibilité que des renseignements personnels d’utilisateurs de Facebook puissent ensuite servir à des partis politiques. Lisez la suite… Protection de la vie privée : le Canada s’inquiète du scandale des données Facebook 

Recommandez pour vous:
Les fausses nouvelles des trolls russes aux États-Unis visaient aussi Justin Trudeau et notre pétrole 

Le Premier ministre désigné Justin Trudeau pose pour un selfie avec un supporter alors qu'il participe à un rassemblement de bienvenue à Ottawa le mardi 20 octobre 2015. Crédit photo: PC / Sean Kilpatrick

Le premier ministre Justin Trudeau pose pour un égoportrait avec un partisan à un rassemblement de bienvenue à Ottawa le mardi 20 octobre 2015. Crédit photo: PC / Sean Kilpatrick

RCI avec La Presse canadienne, AFP’, CBC et Radio-Canada

En complément

Facebook écoute-t-il vos conversations sur téléphone ? – RCI 

BMO lance des aides-banquiers virtuels sur Facebook et Twitter – RCI 

Élections de 2019 au Canada : la parade de Facebook pour contrer les cybermenaces – RCI 

Share
Catégories : International, Internet et technologies, Politique, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*