Photo RCI et Evan Vucci AP

Photo RCI et Evan Vucci AP

Comment l’équipe de Trump a-t-elle pu exploiter nos données par millions

Share

Le fait qu’on collecte des données personnelles dès que nous avançons notre souris sur le web ne devrait plus surprendre personne. L’absence de vives réactions de la part des utilisateurs de Facebook pourrait bien être la faille par laquelle continueront de s’infiltrer les malfaiteurs de démocraties. 

Le piratage des données de 50 millions d’abonnés de Facebook par une entreprise travaillant pour l’élection de Donald Trump devrait cependant vous faire frissonner, car il s’appuie sur des techniques qui opère à votre insu et qui veulent percer et diriger votre inconscient.

Publicité subliminale des années 1950 au cinéma.

Publicité subliminale des années 1950 au cinéma.

Certains se souviendront d’une technique publicitaire américaine dans les salles de cinéma dans les années 1950 qui consistait à insérer à toute les 24 images d’un film, une photo de maïs soufflé ou de coca-cola afin d’augmenter les ventes à l’entracte.

Ces images passaient inaperçues aux yeux du cinéphile, mais son inconscient, vulnérable aux suggestions, captait bien tout le sens du message. C’était inacceptable. Il a fallu passer des lois pour rendre l’affaire illégale.

L’affaire du piratage des informations de Facebook est comparable, mais elle représente un précédent potentiellement beaucoup plus dangereux, car il ne s’agit pas de nous vendre une vulgaire marque de cola, mais un politicien capable de marquer la planète.

Comment Cambridge Analytica est-elle parvenue à collecter vos données à votre insu?

Steve Bannon, ex-directeur de l’équipe de campagne de Donald Trump (Joshua Roberts/Reuters)

Steve Bannon, ex-directeur de l’équipe de campagne de Donald Trump (Joshua Roberts/Reuters)

Avec toute la série de « j’aime » que vous laissez sur le web dans le sillage louvoyant de votre furetage sur Facebook, il est possible de connaître votre opinion politique. C’est ce qui s’est produit pour 50 millions de ses abonnés. Cambridge Analytica, fondée par Steve Bannon, ex-directeur de l’équipe de campagne de Donald Trump, et par Robert Mercer, généreux donateur républicain, a utilisé sur Facebook une application déguisée sous le joli nom de This is your digital life (Ceci est votre vie numérique).

L’application vous invitait à répondre à quelques questions personnelles qui vous faisait découvrir votre type de personnalité. Ce jeu de découverte amusant collectait aussi à votre insu des données personnelles sur tous vos amis Facebook. Ainsi, si seulement 270 000 personnes ont participé au test, des données de plus de 50 millions de personnes au total ont fini par être été collectées.

L’arnaque mise au point par un chercheur russo-américain, Aleksandr Kogan, permettait de savoir par exemple que vous étiez contre les mariages homosexuels et l’immigration. L’équipe de Trump pouvait ensuite vous exposer sur le web à des messages faisant écho à ces deux prises de position et y ajoutait une invitation à voter pour Trump.

Selon les experts canadiens des données personnelles, que nous en soyons arrivé là n’a rien de surprenant. Mais de notre réponse à ces événements, et de celles de nos gouvernements, pourrait bien dépendre l’avenir de ce qu’on nomme encore aujourd’hui la « démocratie ».

Écoutez

Recommandez pour vous :
Élections Canada se prépare à lutter contre l’influence étrangère sur le vote de 2019
De nombreux élus dans le monde s’indignent que des données colligées par Facebook et d’autres médias sociaux puissent tomber ainsi entre les mains de tiers, notamment à l’étranger, et modifier le résultat d’élections. Ces informations soulèvent aussi des craintes au Canada, où des élections générales sont prévues dans les deux plus importantes provinces cette année en Ontario en juin et au Québec en octobre. Des élections fédérales sont aussi prévues en 2019. LISEZ LA SUITE…

Vladimir Poutine dans un bureau de vote au moment de sa réélection cette semaine. Photo AFP

.

Recommandez pour vous :
Piratage politique des données Facebook : Ottawa se tourne vers ses espions
Le gouvernement canadien vient de décider de se tourner vers les experts de ses services secrets pour l’aider à protéger la vie privée des Canadiens contre les manœuvres de détournement de renseignements personnels à partir des médias sociaux, comme celles qui viennent d’être révélées aux États-Unis concernant l’équipe de Trump. LISEZ LA SUITE…

projectrepublictoday.com

projectrepublictoday.com

RCI avec La Presse canadienne et la contribution d’Alain Gravel, Jean Sébastien Bernatchez et Matthieu Dugal de Radio-Canada

En complément

Tout ce que vous devez savoir sur le scandale Facebook-Cambridge Analytica – Radio-Canada

On passe de moins en moins de temps sur Facebook – Radio-Canada 

Élections de 2019 au Canada : la parade de Facebook pour contrer les cybermenaces – CBC

Share
Catégories : International, Internet et technologies, Politique, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*