Vladimir Poutine dans un bureau de vote au moment de sa réélection cette semaine. Photo AFP

Vladimir Poutine dans un bureau de vote au moment de sa réélection cette semaine. Photo AFP

Élections Canada se prépare à lutter contre l’influence étrangère sur le vote de 2019

Share

Élections Canada, l’agence responsable de tout ce qui est relié à la tenue des élections, a décidé d’établir de multiples lignes de défense pour lutter contre les fausses nouvelles, les cyberattaques et l’ingérence étrangère dans la campagne électorale fédérale de l’an prochain.

Le directeur général des élections par intérim, Stéphane Perrault Photo : Élections Canada

Le directeur général des élections par intérim, Stéphane Perrault Photo : Élections Canada

Alors que les États-Unis, le Royaume-Uni et divers pays européens continuent d’être victimes de fausses nouvelles, d’origine russe notamment, sur des plateformes comme Facebook et Twitter, le directeur général des élections, Stéphane Perrault, estime que le Canada est mieux préparé que d’autres nations démocratiques en partie grâce à sa précédente législation adoptée contre les appels téléphoniques robotisés automatiques.

Lors de la campagne électorale fédérale de 2011, des milliers d’électeurs s’étaient plaints d’avoir reçu des appels automatisés du Parti conservateur du Canada qui les dirigeaient vers les mauvais bureaux de scrutin.

Or, toute personne qui utilise aujourd’hui un tel service doit s’inscrire auprès du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC). Les contrevenants peuvent se retrouver à payer une amende allant de 1500 à 15 000 $.

Stéphane Perrault croit que les Canadiens ont besoin de plus de protection: « Je pense que nous ne devons pas nous reposer sur nos lauriers, mais je pense que la population est peut-être plus prête que la population américaine à l’élection présidentielle. »

Centre de la sécurité des télécommunications. Photo: Gouvernement du Canada

Centre de la sécurité des télécommunications Photo: Gouvernement du Canada

Aide-mémoire…
– Le Centre de la sécurité des télécommunications, l’agence de renseignement électronique du Canada, affirmait en juin dernier qu’elle s’attendait à ce que plusieurs groupes déploient leurs armes sur le web pour influencer les élections fédérales de 2019.
– Le gouvernement canadien vient de décider de se tourner vers les experts de ses services secrets pour l’aider à protéger la vie privée des Canadiens contre les manœuvres de détournement de renseignements personnels à partir des médias sociaux, comme celles qui viennent d’être révélées aux États-Unis concernant l’équipe de Trump. LISEZ LA SUITE

Un document propose d’encadrer sur le web les « robots »

Michael Sona, un employé du Parti conservateur a été condamné à 9 mois de prison pour appels téléphoniques «calleux». Photo: CBC

Michael Sona, un employé du Parti conservateur a été condamné à 9 mois de prison pour appels téléphoniques « calleux ». Photo: CBC

Un document de travail préparé pour Élections Canada suggère donc que les « robots » utilisés sur les médias sociaux pour propager de fausses nouvelles, amplifier des messages ou encore s’attaquer aux autres internautes pourraient être surveillés et réglementés de plus près, comme c’est le cas aujourd’hui pour les appels téléphoniques automatisés.

Depuis 2011, les possibilités techniques et informatiques pour duper les électeurs s’étant multipliées de façon importante, le document de travail propose d’établir un registre de communication avec les électeurs semblable à celui qui est en place pour les appels automatisés.

Toutes les entreprises qui utiliseraient des robots sur le web pour des fins politiques ou pour une campagne électorale devraient donc s’inscrire dans ce registre et fournir des informations précises sur leurs services.

Le rôle des robots sur les médias sociaux a fait l’objet de plusieurs questions depuis l’élection présidentielle américaine de 2016. Des Russes sont accusés d’avoir déployé leurs robots sur les médias sociaux pour répandre de fausses nouvelles et semer de la division parmi les internautes au profit du candidat républicain Donald Trump et aux dépens de la démocrate Hillary Clinton.

Recommandez pour vous
Scandale des données Facebook aux États-Unis : le lanceur d’alerte travaillait pour le Parti libéral du Canada

Photo : CBC

Photo : CBC

RCI avec La Presse canadienne et CBC

En complément

Élections de 2019 au Canada : la parade de Facebook pour contrer les cybermenaces – CBC 

Facebook écoute-t-il vos conversations sur téléphone ? – RCI 

Elections Canada prepares to fight fake news – CBC 

Share
Catégories : International, Internet et technologies, Politique
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*