Les services de transports réservés aux femmes ont la cote(Photo: CBC)

Les services de transports exclusivement réservés aux femmes ont le vent dans les voiles

Share

On note au Canada l’émergence de plusieurs services de transport réservés aux femmes et celles qui sont à l’origine de ces initiatives et entreprises affirment que les obstacles auxquels elles se heurtent démontrent clairement pourquoi ils sont nécessaires.

D’un bout à l’autre du Canada

Que l’on soit à Halifax en Nouvelle-Écosse ou encore à Vancouver en Colombie-Britannique, et partout entre ces deux presque extrêmes du pays, des femmes se sont lancées dans ces projets alternatifs entièrement féminins, affrontant du coup de gros joueurs tels Uber et Lyft.

Cela dit, en raison de procédures administratives lourdes, la plupart d’entre elles se sont retrouvées face à des barrières créées par des règles municipales et des attitudes de la société.

Certaines comparent le combat qu’elles mènent à celui des femmes qui ont milité pour l’obtention du droit de vote.

Une demande en forte croissance

Elles ne sont pour le moment que quelques-unes à offrir de tels services de façon régulière et concertée. Cela dit, ces fondatrices affirment qu’elles sont incapables de répondre à la demande de femmes en quête d’une plus grande sécurité pendant leurs déplacements au jour le jour.

De récents incidents d’agressions sexuelles alléguées impliquant des conducteurs ajoutent encore plus d’urgences à la nécessité d’offrir une option.

DriveHer, nouveau service en démarrage dans la métropole canadienne, Toronto

Récemment mis sur pied dans la Ville Reine, DriveHer tente aussi de déployer son offre dans trois autres villes, malgré des résistances et des lenteurs administratives municipales et certaines invectives de citoyens.

Aisha Addo, fondatrice du service torontois DriveHer (YouTube)

 «  Le simple fait que vous ayez un problème avec ce qu’on fait […] prouve qu’on ne peut rien avoir pour nous-mêmes sans qu’on nous humilie. »

Aisha Addo, fondatrice du service torontois DriveHer.

Ces propos sont durs, c’est un fait, mais ils n’ont pas pris naissance dans une lubie.

Mme Addo dit avoir eu l’idée de lancer son service quand elle s’est retrouvée seule avec un chauffeur de taxi qui la conduisait vers une banlieue à l’ouest de Toronto. Le chauffeur aurait commencé à lui poser des questions de plus en plus personnelles, même quand elle a appelé une amie pour tenter de changer le sujet.

Elle a demandé au chauffeur de la déposer à quelques coins de rue de chez elle, où elle est arrivée saine et sauve. Mais cette expérience l’a convaincue que les femmes ont besoin de nouvelles options en matière de transport.

Des conductrices posent leur candidature

Plus d’une centaine de conductrices ont demandé à se joindre à DriveHer.

Quant aux passagères, toujours selon Mme Addo, la réponse est stupéfiante : l’application pour Android et iOS a été téléchargée plus de 3000 fois en seulement deux semaines, aux antipodes des réactions des autorités au projet.

DriveHer est-il discriminatoire?

Telle est la grande question quand vient le temps de présenter le service aux autorités municipales.

Pour ce faire, DriveHer a retenu les services de Me Saron Gebresellassi, spécialiste des droits de la personne pour arriver à convaincre les dirigeants municipaux. Me Gebresellassi a notamment rappelé que Toronto offre une multitude de services réservés aux femmes, comme des refuges.

Mme Addo a aussi dû composer avec des hommes qui prétendent que DriverHer porte atteinte à leurs droits, ce que réfute immédiatement l’avocate torontoise et militante des droits des femmes Marcy Segal.

Saron Gebresellassi – People’s Lawyer (Facebook)

« Il n’y a aucun préjudice pour les hommes. Ils ne seront pas laissés à eux-mêmes. Ils ont d’autres choix pour se déplacer […] On ne persécute pas les hommes en leur refusant ce service de taxi. »

Me Saron Gebresellassi

Les conductrices de DriveHer ont l’entière liberté d’accepter des clients masculins ou de les référer à Uber ou à un taxi traditionnel.

D’autres mesures mises en place ailleurs

Dans certaines villes, des wagons de métro sont réservés aux femmes. Ce service est en cours de création à Bursa, dans le nord-ouest de la Turquie, mais est en place à Mexico, au Mexique. La ligne Chûô de Tokyo, déjà en place dès 1912, offre une plus grande sécurité aux passagères. Mais ces mesures ne font toutefois pas l’unanimité.

On craint par exemple que les victimes d’agressions sexuelles ne soient blâmées pour avoir utilisé des services habituels au lieu de ceux réservés aux femmes.

(Facebook)

À Kitchener, en Ontario, le service CabShe a cessé ses activités en raison de problèmes avec les permis municipaux.

L’entreprise assure sur Facebook qu’elle s’affaire à régler le tout.

À l’autre bout du pays, sur l’île de Vancouver – à ne pas confondre avec la ville du même nom – les femmes pourraient bientôt avoir accès à leur propre service si trois entrepreneures obtiennent les autorisations nécessaires.

Ailleurs, Ikwe Safe Ride offre un service à l’intention des femmes et des enfants autochtones de Winnipeg. Depuis juin 2017, Lady DriveHer fait des affaires d’or à Halifax.

Crissy McDow, proproétairede Laydy Drive Her en Nouvelle-Écosse (ladydriveher.com/)

La fondatrice de Lady DriveHer, Crissy McDow, explique que les règlements municipaux l’empêchent de couvrir toute la ville, mais elle et ses 11 conductrices travaillent à temps plein à transporter des femmes entre la ville et l’aéroport.

Malgré tout, ces dames, 15 fois moins nombreuses que les hommes, doivent affronter l’intimidation et même le sabotage de ceux avec qui elles partageaient paisiblement la route… jusqu’à présent.

Il y a encore tellement de chemin à parcourir.

RCI, PC

Plus :

Une maison d’accueil pour femmes musulmanes victimes de violence conjugale ouvrira ses portes à Windsor en Ontario (Radio Canada International)

Le soutien aux victimes d’agressions sexuelles s’organise (Radio Canada International) 

Share
Catégories : Économie, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Un commentaire pour «Les services de transports exclusivement réservés aux femmes ont le vent dans les voiles»
  1. Avatar Josette Lincourt dit :

    Je n’en reviens pas… Toujours quelqu’un pour « tirer la couverture » de son côté. Des accommodements pour les uns et pour les autres. Coudonc! Je suis femme depuis 60 ans et beaucoup de poussières et JAMAIS je ne demanderais ce genre d’accommodement: « à la suite d’une mauvaise expérience »… mais il y en a partout, des mauvaises expériences! Sur le trottoir, dans le bus, dans un couloir quelque part! C’est le risque de vivre dans le monde d’aujourd’hui! Et on pourrait se faire attaquer par une personne du même sexe n’importe quand! Il y a juste à voir dans les cours d’écoles! Comme on se dit entre amis de mon âge, nous sommes bien contents d’avoir moins de temps devant nous que derrière!