La tour de contrôle de l'aéroport Pierre-Elliott-Trudeau. Photo : Radio-Canada

L’aéroport Montréal-Trudeau investit des milliards pour garder sa troisième place

Share

Déterminer à ne plus perdre sa troisième place d’aéroport le plus achalandé au Canada, Aéroports de Montréal (ADM) projette investir 2,5 milliards de dollars, au cours des cinq prochaines années, dans la construction de nouvelles installations.

On envisage d’ici 2023 la construction d’une gare souterraine rattachée au Réseau express métropolitain (REM) dont les plans avaient été dévoilés en juin dernier, la réfection d’un stationnement étagé et le réaménagement des débarcadères, dont la capacité d’accueil sera triplée. Une nouvelle aérogare sera également construite progressivement d’ici 2030.

Cet investissement serait rendu nécessaire par la forte croissance de l’achalandage.

Écoutez

Une vue aérienne du projet d’ADM Photo : Aucune/ADM

Des installations qui ne sont plus à la hauteur de la hausse du trafic

Le trafic aérien à l’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau a atteint l’an dernier les 18,2 millions de passagers, un nouveau record. Depuis trois ans, la croissance annuelle de l’achalandage est en moyenne de presque 8 %, ce qui avait en partie entraîné en 2016 des embouteillages monstres lors de l’arrivée des vols internationaux et donc beaucoup de mauvaise publicité.

« Nous devons reconstruire deux infrastructures majeures […] qui arrivent en fin de vie utile. Le stationnement étagé, qui est face à l’aérogare, avec son béton jauni, c’est notre échangeur Turcot! Deuxièmement, le débarcadère, avec sa structure fragilisée, c’est notre pont Champlain », a dit Philippe Rainville, PDG d’Aéroports de Montréal.

Un exemple de ce à quoi pourraient ressembler les futurs débarcadères de Montréal-Trudeau. Photo : Aucune/ADM

L’aéroport Montréal-Trudeau en ce moment Photo : Radio-Canada

La facture ne sera pas refilée aux passagers?

Les utilisateurs de l’aéroport Montréal-Trudeau peuvent en outre se rassurer, l’injection massive de capitaux, financée en très grande partie par des emprunts, ne devrait pas avoir pour conséquence dans l’immédiat de hausser les frais d’amélioration aéroportuaire, qui ajoutent 30 $ sur les billets de chaque voyageur dont l’avion atterrit à Montréal-Trudeau. Ces frais, qui étaient jusqu’à tout récemment de 25 $, ont été haussés de 5 $ au début du mois.

En comparaison, ces frais à l’aéroport international de Toronto (premier aéroport en importance au Canada) sont de 25 $ pour les passagers au départ et de 4 $ seulement pour les passagers en correspondance.

Cela dit, ADM demande au gouvernement canadien plus de flexibilité pour aller chercher des modes alternatifs de financement afin d’assurer le développement de l’aéroport.

Les revenus d’ADM se sont élevés l’an dernier à 579,7 millions de dollars, en hausse de 10 % comparativement à 2016, essentiellement grâce à l’augmentation du trafic de passagers ainsi qu’à l’accroissement des revenus tirés des activités commerciales.

Vidéo d’Aéroport Montréal décrivant les futures installations  – ADM

Recommandé pour vous :
Pourquoi les codes d’aéroports canadiens commencent-ils par un Y?

L’aéroport international de Vancouver (YVR), deuxième en importance au Canada
Photo Credit: @yvrairport/Twitter

RCI avec La Presse canadienne et les informations de Jean-Sébastien Cloutier, Annie Desrocher, Alain Gravel et Patrice Roy de Radio-Canada

En complément

Création à Montréal du 3e réseau de trains automatisés du monde en longueur – RCI 

Vancouver possède le meilleur aéroport d’Amérique et Toronto a le 7e plus frustrant – RCI 

Les compagnies aériennes canadiennes empochent une partie des frais aéroportuaires – Radio-Canada

Share
Catégories : Économie, International
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*