Vernissage des expositions D’Afrique aux Amériques, Picasso en face-à-face, d’hier à aujourd’hui et Nous sommes d’ici, ici : l’art contemporain des Noirs canadiens au Musée des beaux-arts de Montréal (Crédit photo : Sébastien Roy)

Dialogue entre les peuples : une priorité du Musée des beaux-arts de Montréal

Share

Depuis le 12 mai, le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) propose un retour sur l’influence qu’a eue entre autres l’art africain sur le peintre Pablo Picasso. En parallèle, l’institution présente une sélection d’œuvres contemporaines imaginées par des artistes noirs canadiens. Derrière ces deux expositions, la volonté pour la directrice Nathalie Bondil de faire du musée un lieu rassembleur.

Pour elle, les expositions sont avant tout une forme de dialogue. « Je voulais que ces expos racontent l’évolution de nos mentalités, a-t-elle expliqué en entrevue. Depuis la naissance de Picasso et la création des empires coloniaux, il y a eu l’appropriation et la découverte d’expressions étrangères à notre regard jusqu’à la décolonisation du regard dans lequel nous sommes aujourd’hui, mais qui n’est pas sans des stéréotypes que l’on puisse avoir notamment sur l’art des Afro-Américains, des afrodescendants ou des Africains tout simplement. Cette exposition sur les Noirs canadiens permet justement aux artistes eux-mêmes d’expliquer tout ce processus de décolonisation du regard afin d’évacuer des stéréotypes. »

Complémentaires, les expositions racontent également les récits d’une appropriation artistique. « Il s’agit d’un récit de plus d’un siècle, de la naissance de Picasso qui correspond à peu près à l’époque où l’on va découvrir les expressions classiques de l’art venu d’Afrique et d’Océanie. Picasso ainsi que beaucoup de ses compagnons vont trouver une valeur esthétique extraordinaire dans ces objets qu’ils ne connaissent pas et qui sont à l’époque peu valorisés ou considérés comme des objets ethnologiques de moindre importance. Picasso va s’approprier la valeur plastique esthétique de ces objets qu’il va d’ailleurs respecter. »

Écoutez

L’histoire de l’art n’a rien de fixe, rappelle la directrice. « Comme nos mentalités, la pensée évolue. En ce moment, il y a un besoin de reconnaissance de la part de minorités pour l’expression de leur culture parce qu’elles ne sont pas assez représentées. Elles souhaitent être invitées au dialogue. Il est évident lorsqu’on est à la tête d’une grande institution comme le Musée des beaux-arts, on se doit d’être inclusif. Cela se fait de manière très simple. Il suffit d’écouter et d’inviter à la table une pluralité des points de vue. Je crois beaucoup plus au pluralisme qu’au communautarisme. »

Plus de deux semaines après l’annulation du spectacle SLĀV par le Festival international de jazz de Montréal, l’appropriation culturelle demeure un sujet délicat. « C’est parce qu’il est délicat et douloureux qu’il est important et pertinent, a précisé Mme Bondil. Il faut accepter le dialogue et l’échange. C’est en travaillant de manière concertée qu’on résoudra ces aspérités, ces douleurs et ces incompréhensions. »

Vue de l’exposition D’Afrique aux Amériques : Picasso en face-à-face, d’hier à aujourd’hui. Musée des beaux-arts de Montréal Succession Picasso / SODRAC (2018). Photo : MBAM, Denis Farley.

« Parfois, c’est un peu compliqué de comprendre des revendications quand soi-même, on a l’impression d’être animé par de bonnes intentions, a-t-elle ajouté. Sur des sujets aussi délicats, on ne peut qu’être convaincu par la sincérité des auteurs, néanmoins cela n’est pas suffisant. Nous sommes a un moment où l’on doit s’adapter aux revendications des nouvelles générations. »

La directrice croit que les musées ont aussi leur rôle à jouer pour une meilleure concorde. «La culture en général et les musées en particulier, comme toutes les autres scènes artistiques, sont des lieux extraordinairement fertiles et féconds dans lesquels on peut y travailler ensemble avec une certaine neutralité et dans un sentiment d’empathie et de bienveillance. »

Les expositions D’Afrique aux Amériques : Picasso face à face, d’hier et d’aujourd’hui et Nous sommes ici, d’ici : L’art contemporain des Noirs canadiens sont présentées aux Musées des beaux-arts de Montréal jusqu’au 16 septembre.

Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal (Crédit photo : Studio SPG Le Pigeon)

Lire aussi :

SLĀV : Robert Lepage dénonce « l’affligeant discours d’intolérance » qui a eu raison de sa pièce

Voler aux Autochtones leurs symboles et s’approprier leur culture

Le pouvoir des images : identité, histoire et mémoires

Share
Catégories : Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*