Système aéroporté d'alerte et de contrôle AWACS de l'OTAN Photo Avion : Archives

AWACS : le Canada alloue 20 millions pour revenir appuyer le programme de surveillance aéroportée de l’OTAN

Share

Au nom de la solidarité, le gouvernement canadien de Justin Trudeau a décidé de réintégrer le programme du Système de détection aérien de longue portée (AWACS) de l’OTAN, et modifie une réduction budgétaire du précédent gouvernement conservateur de Stephen Harper.


Le programme AWACS est une série d’avions militaires qui permettent à l’Alliance de surveiller l’espace aérien et de contrôler les avions de chasse patrouillant dans le ciel. Photo YT

Le Canada participait au programme AWACS, soutenu financièrement par une douzaine de pays alliés depuis des décennies. Lorsque les conservateurs ont mis un terme à leur participation, ils l’ont fait en avançant des arguments économiques, en disant que le programme offrait « peu d’avantages directs ».

Or, selon des documents obtenus par CBC News en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, l’une des principales plaintes par rapport à ce programme, exprimées à huis clos par le gouvernement Harper concernait la réticence de l’OTAN à déployer des avions de surveillance perfectionnés AWACS pour des missions en Afghanistan et en Irak.

Ces avions ont fini par être utilisés pour ces missions, mais non sans un débat et un délai considérable.

Le ministère canadien de la Défense défend sa décision de reprendre part au programme en disant dans un courriel que « plusieurs choses ont changé, amenant le Canada à réévaluer la pertinence » de sa participation.

L’un de ces principaux facteurs, avance-t-on, est l’introduction de la nouvelle politique de défense du gouvernement libéral, qui met l’accent sur la nécessité d’améliorer la surveillance et la reconnaissance.

Aide-mémoire...
Les avions AWACS de l’OTAN effectuent actuellement des missions de surveillance qui appuient notamment l’Ukraine dans la foulée de l’annexion de la Crimée par la Russie.
Le programme prévoit également des mesures de surveillance sur mesure pour la Turquie en raison de la crise en Syrie et une surveillance des mouvements terroristes dans la mer Méditerranée.

Avions équipés d’AWACS surveillant de près les mouvements des troupes. Photo : CBC


Le Canada traîne au sein de l’OTAN

Selon une estimation publiée par l’OTAN, le Canada a alloué 1,02 % de son PIB à la défense en 2016, et partageait alors la 20e place avec deux autres pays membres.

Les libéraux de Justin Trudeau plaident que la contribution du Canada ne doit pas se comptabiliser en seuls dollars, mais aussi en participation sur le terrain aux missions de l’OTAN.

Sur les 28 pays membres de l’OTAN, seulement 5 (États-Unis, Royaume-Uni, Estonie, Grèce et Pologne) respectent le niveau de dépenses militaires de 2 % de leur PIB, seuil souhaité par l’OTAN.

LISEZ LA SUITE : Démonstration de force de l’OTAN et de la Russie : deux visions de l’Arctique s’affrontent...

La frégate espagnole Cristobal Colon, le navire de la Marine française Latouche-Tréville et le navire de la Marine turque Oruceis naviguent devant le navire canadien NCSM Ville de Québec près des côtes norvégiennes pendant l’exercice Trident Juncture, le 26 octobre 2018. (Caporal-chef André Maillet/Services d’imagerie MARPAC)

RCI avec les informations de Murray Brewster de CBC News

En complément

Un général québécois dirige maintenant la mission de l’OTAN en Irak – RCI 

Trudeau montre du muscle en Lettonie en prévision du bras de fer au sommet de l’OTAN – RCI 

Pressions sur Trump et Trudeau aux sommets de l’OTAN et du G7 – RCI 

Share
Catégories : International, Internet et technologies, Politique
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*