Les générations québécoises de la famille Ho Huu réunies autour de la directrice de la Fondation de l’Hôpital Charles-Lemoyne, Nathalie Bourdeau (Fondation de l’Hôpital Charles-Lemoyne)

Une histoire touchante en cette fin 2018

Share

Remontons en 1978. À cette époque, la guerre du Vietnam s’était terminée depuis peu par un échec retentissant des forces du Sud et des Américains.

Comme tout conflit, celui-ci n’a pas fait exception avec son lot de réfugiés et de déplacés vers des zones limitrophes, Laos, Thaïlande, Hong Kong, etc.

Et, c’étaient aussi les Boat People.

Des réfugiés vietnamiens arrivent sur les côtes de la Malaisie après le naufrage de leur bateau à quelques mètres au large. Photo prise à la fin des années 70, après la chute de Saïgon.
Crédit photo : Getty Images/K. GAUGLER

Ces Vietnamiens ont fui le régime communiste par bateau dès 1975. Cette migration a atteint son plus haut niveau en 1978 et 1979.

La mairesse d’Ottawa d’alors, Marion Dewar, avait été la première politicienne canadienne à ouvrir sa ville à ces réfugiés et incité nombre d’autres villes, mais aussi le Canada, à leur venir en aide, à les accueillir.

Marion Dewar et des membres de la communauté vietnamienne à Ottawa en 1981 (Ottawa Sun & http://thoibao.com/)

Une histoire de reconnaissance, 40 ans plus tard

La famille Ho Huu au Vietnam avant l’exode

La famille Ho Huu faisait partie de ces déracinés de l’histoire il y a 40 ans quand ils sont arrivés au Canada.

Le 30 avril 1975, M. Ho Huu doit fuir le Vietnam avec ses cinq enfants et sa femme enceinte de huit mois. Commence alors un périple de 11 jours sur un bateau de pêche sans eau potable ni nourriture. L’esquif arrive à accoster sur les côtes de Thaïlande où Mme Ho Huu donne naissance à une petite fille quatre jours plus tard.

Le Canada

Un oncle du père habite au Canada et parraine la famille. Ils n’ont rien ou presque en poche. Il trouve un emploi chez un fleuriste et étudie le soir afin de devenir opérateur en informatique. Le quincaillier Rona l’engage, il y restera 21 ans, jusqu’à sa retraite en 1997.

2001

Cette année-là, Mme Ho Huu subit un accident vasculaire cérébral. Elle est prise en charge et soignée à l’Hôpital Charles-Lemoyne de Longueuil sur la Rive-Sud.

Aujourd’hui

Mme et M. Ho Huu le 20 décembre (Fondation de l’Hôpital Charles-Lemoyne)

Après des années d’implication bénévole en soutien à l’hôpital, M. et Mme Ho Huu et toute leur famille ont remis une somme de 50 000 $ à la Fondation de l’Hôpital Charles-Lemoyne.

Un merci plus grand que nature et d’une immense humanité de la part d’une famille réfugiée au Canada il y a 40 ans et qui s’y est recréé des racines.

Plus :

Réponse canadienne à la crise des réfugiés de la mer (Encyclopédie canadienne)

Kim Thúy : Il mio Vietnam (« Vi » en français), et un prix en Italie (RCI)

Un documentaire raconte la nuit sans lune des réfugiés de la mer au Canada (RCI)

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, Santé
Mots-clés : ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*