Le Darknet, la face cachée du web est l'objet est l'objet de toutes sortes de récriminations

Le Darknet : nouvel outil de prédilection des suicidaires?

Share

Face à une impasse, à la souffrance ou au désespoir, d’aucuns voient dans le suicide l’ultime réconfort. Lorsque le suicide est le résultat d’une impulsion brutale et soudaine, tout moyen est bon pour poser l’acte fatal. Mais lorsqu’il s’agit d’un acte prémédité, le suicide est organisé dans les moindres détails. Le suicidaire effectue toutes sortes de recherches, y compris sur le web. Tant le web conventionnel, que le darknet, moins connu mais réputé pour garantir l’anonymat sont mis à contribution.

L’accès facile et quasi-généralisé aux technologies de l’information et de la communication simplifie la tâche aux suicidaires. Ils peuvent y trouver des ressources pour renoncer à leur projet. Programmes d’autogestion de la santé mentale, sites web interactifs, forums de discussion, applications mobiles, etc. leur sont accessibles.

D’un autre côté, les suicidaires peuvent trouver sur internet des conseils et des informations sur la manière de mettre fin à leur vie. C’est ce second cas qui préoccupe le plus gouvernements, chercheurs et professionnels de la santé. En 2017, le Québec s’est d’ailleurs engagé à se doter d’une stratégie numérique en prévention du suicide. Un financement de 5 M$ a été accordé à l’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS)à cet effet afin de piloter le projet.

Le gouvernement fédéral, par l’entremise de la Commission de la santé mentale du Canada répond aux besoins en santé mentale des Canadiens. En 2007, il a investi 130 millions de dollars sur dix ans afin d’améliorer le système de soins de santé mentale.

Mais tous les effets de tous ces efforts, dans le volet numérique, peuvent peut-être perçus dans ce qu’on appelle le web de surface, l’internet conventionnel. Dans l’autre web, l’internet caché, dont la structure est différente, quelle est la nature de l’information sur le suicide, quelle est son degré d’accessibilité? Pour le savoir, Carl Mörch, doctorant en psychologie à l’Université du Québec à Montréal et ses collègues Louis Philippe Côté, Laurent Corthésy-Blondin, Léa Plourde-Léveillé et Luc Dargis agent de recherche du Département de psychologie ont réalisé une étude qui lève le voile sur la recherche de l’information sur le Darknet par les suicidaires.

Écoutez

Le Deepweb et le Darknet

Le Deepweb (web profond, web caché) est un ensemble de sites Internet accessibles en ligne. Mais ils ne sont pas indexés par les moteurs de recherche usuels (Google, Yahoo, Bing, Lycos, Ask, etc.). Ils ne sont pas non plus accessibles par les navigateurs traditionnels comme Chrome, Firefox ou Safari. On estime que le Deepweb représente en ce moment entre 90 et 96 % de l’ensemble du Web. C’est là que sont conservées les données bancaires, les courriels, et autres contenus à accès limité. Mais tous les sites du Deepweb ne garantissent pas l’anonymat.

Le Darknet quant à lui est un réseau superposé intégrant des fonctions d’anonymisation. Il peut se limiter à l’échange de fichiers, ou à la mise en place d’un environnement totalement. Les adresses IP des usagers ne sont pas dévoilées. Ils peuvent donc communiquer beaucoup plus librement que les sites du web de surface où les activités des usagers peuvent être facilement surveillées ou retracées. On y accède par le biais de logiciels spécialisés comme TOR (The Onion Browser). Le Darknet a mauvaise presse notamment parce qu’il est le repère de toutes sortes d’activités illégales ou dissidentes.


Quelques données sur le suicide au Canada

Globales
 – Plus de 4000 se suicident chaque année au Canada (soit environ 11 suicides chaque jour)
– Pour chaque décès par suicide, on estime 20 à 25 tentatives.
– Les taux de suicide sont de cinq à sept fois plus élevés chez les jeunes des Premières nations que chez les jeunes non-Autochtones.
– Les taux de suicide chez les jeunes Inuits sont parmi les plus élevés au monde, soit 11 fois plus élevés que la moyenne nationale.
– 7 à 10 Canadiens sont profondément affectés par le décès à la suite d’un suicide
Enfants et adolescents (de 10 à 19 ans)
– Le suicide est la 2e principale cause de décès
– Les garçons représentent 41% des cas de suicide chez les 10 à 14 ans et 70 % chez les 15 à 19 ans
– 72 % des personnes hospitalisées pour blessures auto-infligées sont des filles
Jeunes adultes (de 20 à 29 ans)
Le suicide est la 2e principale cause de décès
– Les hommes représentent 75 % des cas de suicide
– 58 % des personnes hospitalisées pour blessures auto-infligées sont des femmes
Adultes (de 30 à 44 ans)
– Le suicide est la 3e principale cause de décès
– Les hommes représentent 75 % des cas de suicide
– 56 % des personnes hospitalisées pour blessures auto-infligées sont des femmes
Adultes (de 45 à 64 ans)
Le suicide est la 7e principale cause de décès
– Les hommes représentent 73 % des cas de suicide
– Le taux de suicide le plus élevé est observé chez les hommes de 45 à 59 ans
– 56 % des personnes hospitalisées pour blessures auto-infligées sont des femmes
Aînés (65 ans et plus)
Le suicide est la 12e principale cause de décès
– Les hommes représentent 80 % des cas de suicide
– Le taux de suicide le plus élevé est observé chez les hommes de 85 ans et plus
– 52 % des personnes hospitalisées pour blessures auto-infligées sont des femmes

(Santé Canada, Services de crises du Canada)

Lire aussi

10 Canadiens se suicident chaque jour : la solution par la prévention

Semaine de prévention du suicide du 4 au 10 février : l’importance de parler

Suicide chez les Autochtones : réviser la mécanique fédérale pour arrêter le phénomène

Ressource nouvelle et inexplorée pour les trafiquants d’armes : le web caché

Share
Catégories : International, Internet et technologies, Politique, Santé, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*