Le général Ahmed Gaid Salah en compagnie de l'ex-président algérien, Abdelaziz Bouteflika, lors d'une cérémonie de remise des diplômes en 2012 à Cherchell, à 90 km d'Alger, Crédit photo : Reuters/Ramzi Boudina.

Algérie : le président Bouteflika inapte à gouverner, selon le chef d’état-major de l’armée

Dernier coup de tonnerre en Algérie. Le chef d’état-major de l’armée algérienne a déclaré Abdelaziz Bouteflika inapte à gouverner. Pendant un discours retransmis en partie à la télévision nationale, Ahmed Gaïd Salah a réclamé que la plus haute juridiction du pays active l’article 102 de la Constitution, qui prévoit la destitution du chef de l’État.

Depuis que Bouteflika a annoncé sa candidature à un cinquième mandat à la présidentielle prévue pour le 18 avril prochain, l’Algérie connaît une contestation populaire inédite. Quelles peuvent être les répercussions des propos du chef des armées? On en discute avec Raouf Farrah, analyste politique, spécialiste de l’Afrique et du Moyen-Orient.

Le général d’état-major a appelé à l’application de l’article 102 de la Constitution algérienne. Qu’est-ce que cela signifie concrètement? « Dans les faits, on pourrait s’attendre à ce que le pouvoir soit confié pour une période intérimaire au chef du Conseil de la Nation, la Chambre haute du Parlement. Des élections présidentielles seront ensuite organisées », explique en entrevue téléphonique Raouf Farrah.

Écoutez l’entrevue avec Raouf Farrah (7 minutes et 23 secondes) :

Le président algérien Bouteflika inapte à gouverner, selon le chef d'état-major de l'armée. Entrevue avec Raouf Farrah, analyste politique, spécialiste de l'Afrique et du Moyen-Orient.

Les déclarations du chef d’état-major, Ahmed Gaïd Salah, sonnent comme un désaveu au président algérien. « D’une certaine façon, l’armée lâche Bouteflika, affirme l’analyste. Il faut savoir que l’armée a toujours été une force importante en Algérie. Par contre, Ahmed Gaïd Salah est toujours considéré comme un ami très proche du président Bouteflika. Ils sont tous les deux de la même génération. »

Et même si l’armée lâche le président, cela ne donne pas beaucoup de garanties pour le mouvement populaire, ajoute M. Farrah. « L’armée ne possède aucune prérogative institutionnelle pour appliquer l’article 102. L’armée a adressé son message au Conseil de la Nation. Pour l’instant, le président du Conseil [la fonction est assumée depuis maintenant près de 17 ans par Abdelkader Bensala] ne s’est officiellement pas exprimé sur la question. »

L’analyste rappelle d’ailleurs que le président du Conseil est également un proche du président Bouteflika. Aussi exceptionnelles soient-elles, les déclarations du chef d’état-major ne sont qu’une victoire partielle pour la contestation populaire, croit-il.

« Ce que les Algériens demandent, c’est la fin du système politique qui existe depuis 1962. Encore aujourd’hui, nous nous retrouvons avec un scénario dans lequel le système peut encore perdurer longtemps. L’argument de l’application de l’article 102 est déjà dépassé au vu des circonstances. Il permet de maintenir le système en place. Il permet aussi de protéger le chef d’état-major d’un éventuel départ. »

Pour M. Farrah, l’appel du chef d’état-major aurait dû être lancé il y a plusieurs mois. « L’armée a attendu parce que son chef est en connivence avec Bouteflika et son clan. Je pense que la rue va attendre le temps de voir les tenants et les aboutissants de ce processus. Mais au final, le mouvement populaire va probablement s’opposer à cette solution caduque », conclut l’analyste.

Plus de 2000 personnes manifestent devant le consulat d'Algérie de Montréal en solidarité avec les Algériens, qui ont obtenu du président Abdelaziz Bouteflika qu'il renonce à un cinquième mandat. Les précisions de Louis de Belleval.

À lire aussi : 

« Système dégage » scandent des Algériens de Montréal, Bouteflika se retire

Chômage, droits et dignité bafoués, immigrer ou s’immoler par le feu : NAR ou jeunes Algériens à la croisée des chemins

Match de hockey entre des équipes libanaise et algérienne à la Place Bell de Laval

Catégories : International, Politique
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*