Une enseignante portant un voile dans une salle de classe. Crédit: Istock

Un recours déposé entre autres pour contrer le projet de loi de la CAQ sur la laïcité jugé discriminatoire ?

Share

Selon des informations obtenues par Radio-Canada, ce projet de loi ne respecterait pas les droits fondamentaux des enseignants qui seraient considérés comme des personnels en situation d’autorité, tout comme les directeurs d’écoles et les personnes portant une arme.

Un projet de loi qui divise avant même d’être déposé en chambre

Le projet de loi du gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) élargirait la conception de personnes en situation d’autorité à plusieurs entités au sein de la société, ce qui vient gonfler les rangs des mécontents qui se mobilisent dès à présent pour bloquer ce projet de loi.

Les enseignants plus spécifiquement dénoncent un projet de loi jugé discriminatoire, car il frapperait durement une bonne partie de personnels dans les établissements scolaires de la province.

Selon Radio-Canada, le gouvernement de la CAQ veut « aller plus loin que le consensus Bouchard-Taylor » qui avait clairement délimité la notion de personnels en autorité, pour baliser la  laïcité de l’État en rapport avec le port de signes religieux ostentatoires, dans le rapport élaboré à ce sujet.

On peut y lire que ceci:

« Un interdit général de port de signes religieux ne nous semble pas justifié. Par contre, reconnaissons qu’un certain nombre de fonctions puisse comporter un devoir de réserve (par exemple celle de président de l’Assemblée nationale, de juge ou de policier). En interdisant le port de tout signe religieux dans la fonction publique, nous empêcherions les fidèles de certaines religions d’y faire carrière, ce qui contrevient à la liberté de conscience et de religion et compliquerait grandement la tâche de bâtir une fonction publique à l’image de la population québécoise, qui est plus diversifiée. On porterait alors atteinte aussi à l’égalité entre les citoyens ».

Source : Rapport Bouchard-Taylor : Le temps de la réconciliation

Loin de s’en tenir à ce consensus, le projet de loi de la CAQ introduirait une clause reconnaissant des droits acquis pour ceux des personnels enseignants qui portent déjà le voile, tout en maintenant l’idée d’élargir l’interdiction des signes religieux aux directeurs d’école, aux enseignants et à tout personnel portant une arme.

Lors des échanges au parlement, plusieurs élus de l’opposition se sont vivement prononcés contre un tel projet, mettant de l’avant le fait que les enseignants se positionnent davantage comme des personnels en charge de la pédagogie.

François Legault – Photo : Radio-Canada

Dénombrer les personnels enseignants portant des signes religieux : quelle pertinence ?

Récemment, une demande du ministère de l’Éducation du Québec aux différentes commissions scolaires, de vérifier la disponibilité de données sur le nombre de personnels enseignants et de direction portant un signe religieux au travail, avait été au centre d’une controverse.

La plupart des responsables de ces commissions scolaires avaient fustigé une demande « aberrante », tout comme les libéraux qui y ont vu un motif de « profilage ».

Aujourd’hui, la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) a déposé un recours en Cour pour contester cette demande initialement considérée comme une demande de dénombrement,  car elle irait à l’encontre de la Charte canadienne des droits et de la personne, au regard de son caractère ouvertement discriminatoire.

D’aucuns y voient une déclaration de guerre au projet de loi du gouvernement sur la laïcité de l’État.

Interrogé sur la possibilité d’étendre l’interdiction de porter les signes religieux au personnel éducatif en service de garde dans les écoles, le premier ministre, François Legault, a affirmé que la question reste à débattre.

Le projet de loi sur la laïcité, qui sera présenté jeudi, annonce les couleurs d’un printemps mouvementé chez les parlementaires au Québec.

RCI avec Radio-Canada

Lire aussi :

Share
Catégories : Politique, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*