Une sélection de romans canadiens à lire. (Crédit photo : iStock)

5 romans canadiens à lire au printemps

Share

Pour ce printemps, la littérature canadienne nous réserve un bon cru. Du roman policier au récit initiatique, en passant par le recueil de nouvelles ou la fiction historique, les propositions s’avèrent tout aussi passionnantes.

THE HOMECOMING D’ANDREW PYPER

Et si les gens que vous avez connus toute votre vie devenaient soudainement de parfaits inconnus? Andrew Pyper, natif de Stratford en Ontario, nous offre un polar palpitant sur les fausses apparences. L’histoire met en scène les membres d’une famille dont les secrets se révèlent après la mort du père. Au fil des pages surgissent des souvenirs aux multiples répercussions.

The Homecoming d’Andrew Pyper. (Crédit photo : couverture fournie par Simon & Schuster)

DÉMENTS À CHEVAL D’ÉMILIE ANDREWES

Sous fond de supposée catastrophe naturelle imminente, l’œuvre de la Montréalaise Émilie Andrewes nous transporte dans l’imaginaire d’un homme asocial hanté par sa soif de solitude et l’envie d’aller voir ailleurs. Tout dans ce roman, au titre énigmatique et imbibé de surréalisme, invite à l’introspection. À lire sans modération.

Déments à cheval d’Émilie Andrewes. (Crédit photo : couverture fournie par Les éditions Druide)

MOCCASIN SQUARE GARDENS DE RICHARD VAN CAMP

Membre de la nation autochtone Tlicho, dans les Territoires du Nord-Ouest, Richard Van Camp publie un recueil de nouvelles où viennent s’imbriquer les légendes fabuleuses du Nord canadien et les destins de personnages atypiques, tous résidents de la petite localité perdue de Fort Smith. Non sans humour, l’auteur dresse le portrait d’une communauté déchirée entre les défis de l’ère contemporaine et le souci de préserver ses traditions ancestrales.

Moccasin Square Gardens de Richard Van Camp. (Crédit photo : couverture fournie par Douglas & McIntyre)

PROOF I WAS HERE DE BECKY BLAKE

L’autrice acclamée Becky Blake nous revient en pleine forme avec cette proposition bourrée d’intelligence. Après avoir bourlingué dans les rues de Toronto, une jeune voleuse, artiste à ses heures, s’installe à Barcelone en Espagne pour changer de vie. Sa rencontre avec un indépendantiste catalan lui permet d’espérer un avenir meilleur, mais son passé de délinquante risque de la rattraper plus tôt que prévu.

Proof I Was Here de Becky Blake. (Crédit photo : couverture fournie par Wolsak & Wynn)

LE CHANT DE CORBEAU DE LEE MARACLE

De l’Ouest canadien, en Colombie-Britannique, Lee Maracle raconte la solidarité des membres des Premières Nations face aux rejets des institutions publiques dans les années 1950. Alors qu’une épidémie de grippe asiatique ravage des tribus entières, plusieurs femmes autochtones font preuve d’un courage hors du commun afin de survivre à l’horreur. Au-delà des combats contre l’injustice, l’œuvre est un véritable cri du cœur.

Le chant de Corbeau de Lee Maracle. (Crédit photo : couverture fournie par Mémoire d’encrier)

Claudia Larochelle présente ses trois suggestions de lecture.

Lire aussi :

Les 5 romans canadiens à lire cet automne

Ru, Mãn : les romans de Kim Thúy au cinéma

Récompenser les premiers romans à travers des clubs de lecture francophones

Share
Catégories : Arts et spectacles, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*