Edith Blais et Luca Tacchetto étaient attendus au Togo voisin, où ils prévoyaient de travailler sur un projet de reboisement avant Noël. (Edith Blais/Facebook)

La jeune Québécoise Édith Blais disparue en Afrique de l’Ouest serait toujours en vie

Share

Selon un porte-parole et responsable ministériel du gouvernement du Burkina Faso, Édith Blais et son compagnon de voyage italien qui se sont volatilisés, il y a exactement 4 mois, sont toujours vivants, mais ne sont plus dans ce petit petit pays enclavé de l’Afrique de l’Ouest.

« Nos informations montrent qu’ils ne sont plus sur notre territoire. Nous pouvons affirmer que ces personnes sont toujours en vie », a déclaré Remis Fulgance Dandjinou, ministre et porte-parole du gouvernement basé à Ouagadougou, à la chaîne publique italienne Rai.

« Nous sommes au courant de la disparition d’un Canadien porté disparu au Burkina Faso », explique le ministère Affaires internationales Canada dans une déclaration en réponse aux commentaires du ministre Dandjinou.

« Les fonctionnaires canadiens sont en contact avec la famille de la personne et lui fournissent de l’aide. La priorité du gouvernement canadien est toujours la sécurité de ses citoyens. Pour cette raison, nous ne commenterons ni ne divulguerons aucune information qui pourrait compromettre les efforts actuels ou mettre en danger la sécurité des Canadiens », ajoute le ministère.

Édith Blais et Luca Tacchetto ont été entendus pour la dernière fois le 15 décembre 2018. (Facebook)

Une disparition 10 jours avant Noël

Édith Blais, 34 ans, et Luca Tacchetto, 30 ans, ont été aperçus pour la dernière fois lorsqu’ils circulaient en voiture dans la ville de Bobo-Dioulasso le 15 décembre dernier.

La ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau, avait alors dit à Radio-Canada que même si elle n’avait pas eu de confirmation, elle abordait le cas comme s’il s’agissait d’un enlèvement.

Le ministère restait cependant avare de commentaires afin de ne pas nuire aux recherches. En Italie, la nouvelle avait aussi été fortement médiatisée, mais les autorités étaient là aussi restés discrètes quant à leurs démarches.

La situation sécuritaire au Burkina Faso s’est détériorée au cours des dernières années
Le gouvernement canadien déconseille d’y voyager à cause de la menace terroriste et des risques d’enlèvements par des bandits de grand chemin.
En 2016, six Québécois sont morts dans un attentat terroriste lorsque trois djihadistes ont attaqué un restaurant de la capitale Ouagadougou.
En 2017, deux Canadiens étaient parmi les 18 victimes d’un attentat terroriste dans un restaurant de la capitale.

Voitures et motos incendiées par les terroristes en 2016 devant le café Cappuccino à Ouagadougou.
Crédit photo : ICI Radio-Canada/Jean-François Bélanger

Disparus avec leur petite voiture bleue

Photo : Facebook

Résidente de la ville de Sherbrooke, une ville à une centaine de kilomètres à l’est de Montréal, Édith Blais réalisait le rêve de toute une vie de voyager en Afrique.

Partie d’Italie dans une voiture bleue, elle devait avec son compagnon se rendre à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, avant de reprendre la route vers le Togo, où elle devait effectuer du bénévolat au sein de l’organisme Zion’Gaïa.

Blais et Tacchetto sont partis en voiture le 20 novembre de Vigonza, dans le nord de l’Italie, près de Padoue. Ils ont traversé la France, l’Espagne, le Maroc, la Mauritanie et le Mali avant d’arriver au Burkina Faso. Ils ont été vus pour la dernière fois dans la ville de Bobo-Dioulasso, dans le sud-ouest du pays.

La Québécoise se rendait au Togo, pays voisin, où elle prévoyait travailler à un projet de reboisement.

Les familles n’ont plus eu de nouvelles depuis qu’Édith a mis des photos sur sa page Facebook et que Luca a parlé à ses parents, le 15 décembre dernier.

Un rapport récent qui fait état d’un enlèvement

Affaires internationales Canada a fourni peu de détails sur l’affaire depuis que les deux voyageurs ont disparu.

Le mois dernier cependant, un rapport de Human Rights Watch a déclaré que le couple avait été enlevé et emmené au Mali. Le gouvernement canadien n’a pas confirmé cette information, mais a dit qu’il n’excluait aucune possibilité.

En janvier, des ministres du gouvernement canadien de Justin Trudeau ont rencontré la famille d’Édith Blais dans la région des Cantons de l’Est, et le premier ministre Justin Trudeau avait déclaré qà l’époque qu’il croyait que Mme Blais était encore en vie.

LISEZ AUSSI : Affaire Édith Blais : les voyageurs canadiens doivent prêter attention aux avertissements de leur gouvernement

Dans la foulée de la disparition de deux Canadiens au Burkina Faso, la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland exhorte les Canadiens à prêter attention aux avertissements du gouvernement en matière de voyages. Crédit photo : /Paul Chiasson

RCI avec les informations de CBC News et la contribution de Marie-Hélène Rousseau de Radio-Canada

En complément

Carrefour de solidarité internationale salue la solidarité autour de la disparition d’Édith Blais – RCI 

Édith Blais et Luca Tacchetto seraient toujours en vie, selon Ouagadougou – Radio-Canada 

Disparition d’Édith Blais : la réalité au Burkina Faso – Radio-Canada 

Disparition d’Édith Blais : le Burkina Faso, un pays compliqué – Radio-Canada 

Share
Catégories : International, Politique, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*