Keith Srakocic/The Associated Press)

En finançant des universités canadiennes, Coca-Cola pouvait annuler des recherches en santé et sur le sucre

Share

Une analyse de plus de 87 000 documents révèle que Coca-Cola a pu exercer en Amérique du Nord son droit d’annuler le financement de certaines études universitaires sans avoir à fournir de justification.

Des bouteilles de Coca-Cola Photo : La Presse canadienne / AP/Jim Cole

Ce sont des chercheurs de l’Université de Cambridge et d’autres établissements en Amérique du Nord qui ont fait cette découverte en analysant une montagne de documents concernant le financement de la recherche universitaire.

Ces informations ont été obtenues dans le cadre de diverses demandes d’accès à l’information adressées à des universités publiques en Amérique du Nord selon leurs contrats de financement de recherche avec Coca-Cola entre 2015 et 2018.

On y apprend que la recherche en santé financée par Coca-Cola dans des universités au Canada et aux États-Unis comprenait des dispositions permettant au géant des boissons d’annuler des études à mi-chemin de leur réalisation, ce qui permettait à l’entreprise de mettre fin à des projets qui auraient été contraires à ses intérêts économiques.

Un grand pouvoir potentiel d’intervention

Dre Sarah Steele Photo : Jesus College de l’Université de Cambridge

L’analyse conclut que Coca-Cola aurait bel et bien exercé à plusieurs reprises son droit d’annuler le financement d’études et que l’entreprise a pu le faire sans fournir les motifs de sa décision.

Cela représente en théorie un pouvoir d’influence considérable à une époque où les professeurs, surtout ceux qui n’ont pas de poste permanent, se tournent de plus en plus vers le secteur privé pour obtenir un soutien financier, et où les emplois universitaires sont souvent liés à l’obtention de fonds extérieurs.

Sarah Steele, professeure de politique publique à Cambridge et coauteure de l’étude publiée cette semaine dans le Journal of Public Health, révèle que Coca-Cola pouvait même garder le contrôle des données recueillies par les chercheurs.

L’équipe de Sarah Steele n’est pas parvenue cependant à trouver un cas précis où Coca-Cola aurait effectivement mis fin à une recherche qui serait allée dans une direction qu’elle n’aimait pas. Elle reconnaît aussi que les dispositions contractuelles ne donnaient pas à Coca-Cola le contrôle au jour le jour des activités des chercheurs travaillant sur des études financées par l’entreprise.

Voyez comment Coca-Cola est au coeur du combat pour dorer l’image du sucre

Photo : Reuters

Coca-Cola soutient n’être jamais intervenue

Coca-Cola indique que ses règles sur le financement de la recherche ont changé en 2016, de sorte que l’entreprise ne soutiendra la recherche que si 50 % du projet est financé par d’autres instances. En d’autres termes, la compagnie estime que les questions soulevées par l’étude ont été réglées.

« Nous convenons que la transparence et l’intégrité de la recherche sont importantes « , a déclaré un porte-parole de l’entreprise par courriel.

« La recherche financée par la Coca-Cola Company […] devrait être menée conformément à notre approche publique de financement de la recherche scientifique, y compris le fait que nous n’avons pas le droit de financer la recherche scientifique.

Combien de morceaux de sucre contient votre boisson préférée? Photo : DR

La présence insidieuse du sucre serait liée à un complot datant de plus de 50 ans

Ce n’est pas la première fois que Coca-Cola est montrée du doigt. On a prouvé il y a quelques années, par exemple, que Coca-Cola était derrière l’organisme Global Energy Balance Network, une fondation dirigée par un réputé chercheur américain qui niait l’impact des boissons sucrées sur la santé.

Par ailleurs, en 2016, on apprenait que l’industrie du sucre en Amérique du Nord avait essayé de cacher les effets de ses produits sur la santé en payant des scientifiques pour mettre en doute les résultats de certaines recherches, un peu comme l’a fait l’industrie américaine du tabac. C’est ce que révélait des documents internes qui ont fait l’objet d’une publication dans l’American Medical Association’s Journal of Internal Medicine.

Ces documents montrent qu’au milieu des années 1960, en payant des scientifiques reconnus, l’industrie sucrière en Amérique du Nord a tenté de minimiser la nocivité du sucre, notamment en ce qui concerne son lien avec les maladies cardiovasculaires. Cette industrie utilisait la même stratégie que les entreprises de tabac. Elle a embauché des professionnels de la santé et financé des recherches scientifiques qui faisaient porter le blâme de l’obésité sur la sédentarité, entre autres.

Le saviez-vous?
En 2015, les Canadiens ont chacun acheté en moyenne 444 millilitres de boissons sucrées quotidiennement, soit l’équivalent d’une canette de soda par jour, tous les jours.
Cette consommation était de 578 millilitres chez les jeunes, ce qui représente jusqu’à 16 cuillères à thé de sucre, une quantité qui dépasse largement l’apport maximal quotidien recommandé.

L’OMS appelle les gouvernements à taxer davantage les boissons sucrées. | ICI Radio-Canada.ca

RCI avec les informations de Chris Arsenault et Lauren Pelly de CBC News, La Presse canadienne et la contribution de Catherine Lefebvre, Philippe Leblanc, et Michel Désautels de Radio-Canada

En complément

Coca-Cola poursuivie pour avoir minimisé les effets néfastes du sucre – Radio-Canada 

Quand des spécialistes de l’obésité prennent la défense de Coca-Cola – Radio-Canada 

Comment l’industrie du sucre excelle à lécher son image – Radio-Canada 

Share
Catégories : Économie, Santé
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*