Le premier ministre Justin Trudeau, en compagnie de la première ministre de la Nouvelle-Zélande Jacinda Ardern, en 2018, assiste à la réunion de Christchurch Call, à Paris. Cette rencontre internationale vise à amener les gouvernements et les entreprises de médias sociaux à travailler ensemble pour freiner la diffusion de contenus violents et extrémistes en ligne. (Frank Augstein/AP Photo)

Justin Trudeau en France pour s’attaquer aux contenus violents et extrémistes en ligne

Share

Le premier ministre Justin Trudeau se rend à Paris, où il se joindra à plusieurs dirigeants mondiaux venus appuyer une initiative pour encourager les entreprises de médias sociaux à éliminer les contenus terroristes et violents en ligne.

Pour cette réunion dite de « Christchurch Call » (appel de Christchurch), les dirigeants de la Nouvelle-Zélande, du Royaume-Uni, de l’Irlande, de la Norvège, de l’Indonésie, du Sénégal et le président de la Commission européenne seront dans la capitale française, aux côtés de hauts responsables de Facebook, Twitter, Google et Microsoft.

Tous viennent signer un engagement international afin que les entreprises de médias sociaux travaillent ensemble et avec les gouvernements pour freiner la diffusion de contenu violent et extrémiste.

La première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, qui copréside la réunion avec le président français Emmanuel Macron, devrait bien sûr évoquer le massacre de 51 fidèles musulmans dans deux mosquées néo-zélandaises, en mars dernier, dans son moyen de pression pour un accord global visant à combattre le contenu terroriste diffusé sur les médias sociaux.

Lors de la fusillade de Christchurch, le tireur avait diffusé son attaque en direct sur les réseaux sociaux, et cette vidéo avait été partagée des centaines de milliers de fois.

Jacinda Ardern et Emmanuel Macron Photo : Getty

Il y a le droit d’expression, mais pas celui de « diffuser des massacres »

La première ministre Ardern insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas de restreindre la liberté d’expression, mais de contrôler l’amplification de la haine en ligne. « Ce droit n’inclut pas la liberté de diffuser des meurtres de masse, a-t-elle écrit dans une chronique récente. Il ne s’agit pas de saper ou de limiter la liberté d’expression. Il s’agit de ces entreprises et de la façon dont elles fonctionnent. »

Dans un éditorial publié samedi dans le New York Times, Jacinda Ardern a appelé à l’établissement donc d’un « cadre volontaire qui engage les signataires à lutter contre les moteurs du terrorisme et à mettre en place des mesures spécifiques pour empêcher le téléchargement de contenus terroristes ».

Le mot « volontaire » est essentiel. On ne s’attend pas à ce que l’engagement comprenne des mesures d’application, laissant aux nations et aux entreprises de médias sociaux elles-mêmes le soin de trouver des moyens de limiter la propagation de contenus terroristes en ligne.

Le gouvernement canadien est de la partie, mais pas celui des États-Unis

Dans un communiqué de presse annonçant sa visite à Paris, le premier ministre canadien exprime sa crainte de voir les plateformes de médias sociaux être de plus en plus utilisées comme des armes « pour inciter, publier et diffuser la violence et la haine extrémistes ».

Le quotidien new-yorkais rapporte que Justin Trudeau demandera aux entreprises de médias sociaux d’examiner en particulier les logiciels en ligne qui dirigent les utilisateurs vers des contenus violents et leur demandera de partager davantage de données avec les autorités gouvernementales pour trouver et éliminer les contenus violents et extrémistes.

M. Trudeau s’est entretenu par téléphone avec le président de Microsoft Brad Smith, lundi soir, avant la réunion de Paris. Selon un compte rendu publié par le cabinet du premier ministre, il a parlé de la façon dont les gouvernements pourraient travailler avec les plateformes de médias sociaux pour « mettre fin à l’utilisation d’Internet comme outil pour organiser et promouvoir le terrorisme et l’extrémisme violent ».

Les États-Unis, qui hésitent à réglementer l’Internet en raison de préoccupations concernant la limitation de la liberté d’expression, n’ont pas été invités à participer au sommet de Christchurch Call et ne sont pas censés appuyer l’engagement pris.

LISEZ AUSSI : Pressions sur le Canada pour resserrer ses lois sur les armes à feu après l’action rapide en Nouvelle-Zélande

Le contrôle des armes à feu est un sujet qui suscite les passions au Canada et des protestations se transportent dans la capitale nationale. Photo : Reuters

RCI avec La Presse canadienne, les informations de Salimah Shivji de CBC News et la contribution de Radio-Canada

En complément

Justin Trudeau participera à l’« Appel de Christchurch » pour lutter contre l’extrémisme en ligne – Radio-Canada 

Trudeau set to sign New Zealand PM’s pledge to tackle violent, extremist online content – CBC 

Combattre la radicalisation menant à la violence par la recherche sur les causes – RCI 

Share
Catégories : International, Internet et technologies, Politique
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*