C'est dans cette ville, Kumasi, que les deux Canadiennes ont été enlevées. REUTERS/Francis Kokoroko - RC194E661B30

Ghana : deux étudiantes canadiennes enlevées

Share

Deux étudiantes torontoises de 19 et 20 ans ont été enlevées à Kumasi, la deuxième ville du Ghana, à environ 250 kilomètres au nord de la capitale, Accra.

La police ghanéenne a confirmé la nouvelle. Les deux Canadiennes, en échange à l’Université technique de Kumasi, ont été kidnappées mardi vers 20 h après avoir quitté leur appartement. Elles auraient été enlevées au club de golf royal de Kumasi. La police n’a pas donné l’identité complète des deux étudiantes. On sait toutefois qu’elles étaient des volontaires travaillant pour Youth Challenge International, groupe canadien dont le siège est à Toronto.

À Ottawa, la nouvelle de ces enlèvements a été confirmée par le ministère des Affaires étrangères. Mais le porte-parole du ministère, Guillaume Bérubé, a refusé d’en dire plus. « Commenter ou donner quelconque information pourrait ternir les efforts déployés pour garantir la sécurité des Canadiens », s’est-il contenté de dire.

Criminels ordinaires ou djihadistes?

S’agit-il d’un enlèvement contre rançon réalisé par des bandits ou plutôt d’un autre geste anti-occidental posé par un groupe djihadiste?  Difficile à dire pour l’instant. Chose certaine : plusieurs enlèvements contre rançon ont eu lieu ces derniers mois au Ghana.

La police ghanéenne ne néglige pour l’instant aucune piste dans son enquête sur enlèvement des deux Canadiennes. REUTERS/Francis Kokoroko – RC1D370E1C00

Les médias locaux rapportent qu’un ressortissant indien avait été enlevé à Kumasi ces derniers mois, mais il avait pu être libéré. En avril, un diplomate estonien a été enlevé 24 heures à Accra par un groupe criminel nigérian présumé. La semaine dernière, un ressortissant du Burkina Faso a été arrêté en possession d’une arme à feu dans une église dans le nord du Ghana.

Cela dit, les enlèvements contre rançon sont plus courants au Nigeria, pays anglophone très proche culturellement du Ghana, séparé par le Togo et le Bénin. En avril, le président ghanéen Nana Akufo-Addo s’inquiétait de la prolifération des enlèvements dans son pays. Un phénomène qui, selon lui, a surtout touché le Nigeria.

En réalité, les enlèvements contre rançon sont fréquents en Afrique de l’Ouest. Dans le nord de la région, à la limite du Sahara, les enlèvements sont souvent l’œuvre de militants islamistes et de gangs alliés qui détiennent des otages dans des lieux secrets parfois pendant des années.

Dans les villes du sud ou du centre comme Kumasi, en revanche, ce sont souvent des criminels ordinaires qui perpètrent les enlèvements. Et généralement, ces cas sont rapidement résolus.

Le président du Ghana Nana Addo Dankwa Akufo-Addo REUTERS/McKay – RC1F41E38CE0

Pays paisible

Le président Akufo-Addo a jugé utile de rappeler mercredi qu’au Ghana, pays de 30 millions d’habitants dont les deux tiers sont chrétiens et environ un tiers est musulman, les gens « vivent en coexistence pacifique que le monde nous envie ». Il a appelé toutefois les Ghanéens à  « rapporter tout acte suspect à la police ».

Le Ghana est perçu comme un pays pacifique, avec des populations chrétiennes et musulmanes vivant en parfaite harmonie. REUTERS/Luc Gnago – RC1DB71E4340

Prudence recommandée aux étrangers

Les autorités canadiennes recommandent néanmoins à leurs ressortissants de faire preuve de prudence dans ce pays.  « La criminalité pose un problème dans les grandes villes, notamment à Accra et dans les environs », peut-on lire sur le site officiel du gouvernement. En outre, Ottawa déconseille aux Canadiens de marcher seuls ou de montrer des signes de richesse.

Selon le site World Nomads, les voyageurs au Ghana, en particulier les femmes, sont la cible de crimes opportunistes comme des agressions, des vols à l’arraché, des vols simples et des vols à la tire. Ces crimes sont fréquents dans les lieux publics, dont les marchés, les attractions touristiques et les plages.

(Avec l’AFP, Reuters, Affaires mondiales Canada)

Lire aussi

Un Canadien parmi les travailleurs du pétrole enlevés par des hommes armés au Nigeria

Le Canada exhorte ses pays alliés de ne plus verser de rançons

Le Canada invite ses ressortissants à ne pas se rendre au Sahel

Le Canada traite la disparition d’une Québécoise de 34 ans au Burkina Faso comme un enlèvement

Share
Catégories : Économie, International, Politique, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*