(iStock)

Droits des animaux : un pas dans la bonne direction pour le requin

Share

Gandhi a dit un jour que l’« on reconnaît le degré de civilisation d’un peuple à la manière dont il traite ses animaux ».

Certes définir ce qu’est un animal peut varier d’un pays à un autre, d’une culture à une autre et, évidemment, d’une époque à une autre.

Longtemps identifié comme un « bien meuble », l’animal a vu son statut juridique évoluer vers une définition beaucoup plus en phase avec notre société contemporaine.

De plus, avec tous les moyens et outils de communication à notre disposition, il devient quasi impossible de cacher des maltraitances envers des animaux ou des événements qui ont des conséquences tragiques sur la vie animale.

Quand une personne s’affiche sur Facebook par exemple avec un lion ou une girafe comme trophée de chasse, il y a une levée de boucliers et une avalanche de commentaires négatifs qui déferle.

Un autre exemple, celui des collisions entre navires et baleines dans le golfe du Saint-Laurent. Pêches et Océans Canada avait imposé une vitesse de pointe réduite pour le transit marinier dans ces eaux.

Donc, de bien meuble, les animaux sont considérés légalement comme étant un « être doué de sensibilité » qui a des impératifs biologiques de sécurité, d’intégrité, presque de droits.

Cela dit, l’animal comme nourriture humaine reste. Ce sont les conditions d’élevage et d’abattage qui sont visées dans ce cas-ci.

Un homme coupe les nageoires d’un requin mort. Puerto Lopez, Équateur (iStock)

Un exemple, le requin

Le cas des requins est terriblement désolant. Une statistique donne froid dans le dos, non pas par le nombre de captures, mais par le pourcentage final.

En 2018, quelque 73 millions de requins ont été capturés, pêchés – et dans certains cas massacré – des eaux du globe.

Et c’est ici où le bât blesse : il ne reste aujourd’hui que 10 % de la population totale de requins selon une étude de l’Université Simon Fraser de Colombie-Britannique. 

Plan d’action canadien

Le plan d’action national pour la conservation et la gestion des requins de Pêches et Océans Canada prévoit interdire toute importation d’ailerons de requins au Canada.

Le pays en interdisait la pêche dans les eaux territoriales depuis 1994, mais ce n’est que depuis ce printemps qu’il en interdit l’importation.

C’est fou quand on y pense. L’an dernier, le Canada avait importé presque 150 tonnes d’ailerons de requin, une valeur estimée de plus de 3 millions de dollars.

La soupe aux ailerons de requin est un mets chinois préparé depuis l’époque de la dynastie Ming. On la sert surtout lors d’occasions spéciales comme les mariages et banquets, ou proposées comme produit de luxe typique de la culture chinoise.

Malheureusement, quand il y a un profit à faire, trop souvent des gens peu scrupuleux se lancent dans l’ouverture. Offre et demande se rejoignent, les requins sont pêchés uniquement pour leurs ailerons d’où les massacres.

Des ailerons de requins séchant en Indonésie (Beawiharta/Reuters)

Un défi encore et toujours présent

L’aileron de requin est peut-être une victoire en soi. Ne le crions pas trop vite quand même. Mais pour les défenseurs des droits des animaux, les enjeux et les combats abondent.

Ne songeons seulement qu’aux usines à chiots, à l’importation d’animaux exotiques en danger d’extinction, à l’abattage de rhinocéros pour la corne dite « aphrodisiaque », aux défenses d’ivoire des éléphants.Nous pourrions poursuivre cette liste encore longtemps.   

Reconnaît-on vraiment le degré de civilisation d’un peuple à la manière dont il traite ses animaux?

CBC News, Université Simon Fraser, MAPAQ, RCI

Plus:

Study: sharks/rays globally overfished (Simon Fraser University)

La soupe d’aileron de requin, un plat coûteux et controversé (La Presse, Montréal)

Share
Catégories : Économie, Environnement, Politique, Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*