Des cyclistes regardent l'horizon de Toronto depuis le parc Tommy Thompson à Toronto. (Crédit photo Reuters/Mark Blinch)

Ces arbres qui peuplent nos villes

Share

Bien établir les essences d’arbre dans nos villes permettra-t-il de mieux combattre les effets du réchauffement climatique? Le professeur du Département des sciences biologiques de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Alain Paquette, va bientôt mener un projet sur la résilience et les bienfaits des forêts urbaines canadiennes. Une première au pays.

En ville, il y a deux catégories d’arbres. Ceux qui sont du domaine public et ceux du domaine privé. « On connaît bien les types d’arbres qui composent la première catégorie, déclare en entrevue Alain Paquette. Mais pour la seconde, on possède une très grande méconnaissance. »

Écoutez l’entrevue avec Alain Paquette (10 minutes et 34 secondes) :

Un projet mis en place pour mieux connaître notre forêt urbaine.

Le projet de recherche interdisciplinaire et interuniversitaire sur la résilience et les bienfaits des forêts urbaines canadiennes dans le contexte des changements climatiques sera l’occasion de faire un inventaire de toutes les espèces végétales qui peuplent nos quartiers.

« On va étudier les arbres sur plusieurs niveaux comme celui de la physiologie, raconte-t-il. L’équipe va également analyser comment ils réagissent face aux changements climatiques. Nous voulons comprendre les forêts urbaines puisqu’elles apportent des avantages écosystémiques cruciaux comme une meilleure qualité de l’air ou une réduction de la chaleur. Elles contribuent à la santé environnementale et humaine. »

L’agrile du frêne cause des ravages

Cet insecte de la famille des coléoptères d’origine asiatique est arrivé en Amérique du Nord de façon accidentelle en 2002. Il a depuis causé la mort de plus de 15 000 frênes à Montréal. Un arbre sur cinq de la métropole est à risque.

Depuis longtemps, les arbres en milieu urbain étaient considérés soit comme une nuisance ou soit comme quelque chose d’acquis, rappelle le professeur. Un de ses objectifs, c’est de savoir comment les arbres grandissent en milieu urbain et comment ils réagissent au stress qu’ils subissent.

« Les arbres ont toujours fait partie de notre quotidien. Ce n’est que récemment que l’être humain est devenu une espèce urbaine. Au Canada, on est aujourd’hui autour des 80 % de la population qui vit en ville. On commence à prendre conscience des arbres sur notre santé. »

Alain Paquette travaille sur la résilience et la diversification des plantations en milieu urbain. L’homme espère en apprendre davantage. « L’aspect diversité est un atout direct en matière de résilience, précise-t-il. En ville, on a généralement trois espèces d’arbres qui composent les premiers 50 %, alors qu’on a 300 espèces sur notre territoire. »

Savoir comment les changements climatiques touchent les arbres aiderait à expliquer les conséquences sur la santé des citadins, croit le professeur.

La forêt urbaine de Winnipeg est frappée par les espèces envahissantes. Cette année, la Ville a déjà marqué de ronds colorés de nombreux arbres à abattre. Un programme est toutefois mis en place pour aider les résidents à en replanter sur leurs terrains. Jusqu'au 1er mai, les Winnipégois peuvent commander des arbres à un prix abordable. Le reportage de Chloé Dioré de Périgny.

Lire aussi :

Pour sauver la planète, il faut planter des arbres… mille milliards d’arbres

La génétique pour mieux comprendre la résistance des arbres aux changements climatiques

Le Canada contraint de protéger un aéroport contre les changements climatiques

Share
Catégories : Environnement, Santé
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*