RenéeRose Pelletier-Martineau (RCI)

Une artiste de Lévis voit une de ses œuvres se retrouver au sein de la collection de la monarchie britannique

Il arrive parfois que l’histoire avec un petit h rejoigne celle avec un grand h.

C’est le cas de celle-ci.

RenéeRose Pelletier-Martineau est artiste peintre. Elle a aussi travaillé un temps à la caméra dans les studios d’une station communautaire de Lévis, en face de Québec, avant de devenir photographe.

Toujours passionnée de l’image, elle passe du cadrage photo à celui de son univers intérieur en peignant sur bois depuis plus de 20 ans.

La jeune femme, à qui il est pour ainsi dire presque impossible d’enlever le sourire, puise ses inspirations en forêt où elle se ressource le plus souvent possible. Une journée ou une semaine sans forêt dit-elle, c’est impensable.

Là où les deux h se percutent, c’est quand un officier du régiment de la Chaudière, une unité aujourd’hui de réserve des Forces canadiennes, arrive à la convaincre de le laisser acheter L’ami des chevreuils, une toile de sa collection personnelle qui n’était pas encore en vente.

L’Ami des chevreuils
Techniques mixtes sur bois |24 x 24 po|

En fait, le régiment avait demandé une audience à Sa Majesté la reine Élisabeth II au palais de Buckingham à Londres, audience qui avait été accordée. Les militaires voulaient offrir quelques cadeaux à la reine, dont une toile de RenéeRose Pelletier-Martineau, et pas n’importe laquelle, celle-là, L’ami des chevreuils.

Et c’est ce qui est arrivé. L’officier a convaincu l’artiste, a acheté l’oeuvre, a fait partie de la délégation officielle et l’a remise « officiellement » à celle qui est monarque constitutionnelle du Canada.

La monarchie britannique publie chaque année une liste des cadeaux reçus au cours de l’année précédente avec les noms des donateurs. De plus, légalement parlant, ils ne peuvent être ni vendus ni échangés.

Donc, L’ami des chevreuils de RenéRose Pelletier-Martineau, artiste peintre aux origines wendate, algonquine et micmaque, se retrouvera sans doute accroché aux cimaises d’une des résidences royales en Grande-Bretagne. Laquelle? C’est un privilège de Sa Majesté.

Renaissance | Techniques à l’acrylique, au pastel et à la flamme sur bois
|Triptyque 60 x 90 cm (24 x 36 po) | © RenéeRose

D’ici là, RenéeRose sera retournée plusieurs fois en forêt.

L’entrevue complète.

Écoutez

Quelques moments choisis émaillés de musique.

Écoutez

L’artiste concentrée dans son studio 

Catégories : Arts et spectacles, Autochtones, International
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.