L'important incendie sur la ferme laitière Penwood au nord-est de Steinbach au Manitoba a entraîné la mort de 800 vaches. PHOTO : STEINBACH ONLINE

800 vaches laitières meurent dans un incendie massif au Manitoba

Share

Seulement 200 vaches sur 1000 ont survécu à l’immense incendie de quatre étables d’une des plus grandes fermes laitières du Manitoba, au centre du Canada.

Les bâtiments agricoles reliés entre eux à la laiterie Pennwood ont été détruits dans cet incendie qui a été signalé à 4 h lundi.

La tragédie est survenue à environ 50 kilomètres au sud-est de Winnipeg, la capitale du Manitoba.

« Il y avait probablement un millier d’animaux dans les étables, et ils ont pu en sortir 200 », selon Kelvin Toews, chef des pompiers de la petite municipalité de Steinbach.

C’était probablement le plus grand incendie de grange qu’il a combattu. « Nous avons eu des incendies de grange où nous avons perdu une ou deux granges, mais il s’agit d’une perte assez importante », a dit M. Toews.

Photo : CBC

Christina Braun, une résidente d’une ferme voisine, explique qu’elle n’était pas sûre de ce qui se passait quand elle a entendu les sirènes des pompiers. « J’ai ouvert ma porte et j’ai entendu des vaches beugler », dit-elle.

Elle pouvait voir des lumières clignotantes et une lueur orange vif, comme si le soleil se couchait sur la limite des arbres entre sa maison et celle des voisins.

« Je croyais que c’était dans ma ferme. Dieu merci, ce n’était pas le cas, mais c’était mes voisins », ajoute-t-elle.

Une perte économique considérable

Les conséquences d’un incendie dans une étable laitière au nord-est de Steinbach, au Manitoba, le 12 août 2019. Photo : LA PRESSE CANADIENNE

Une ferme laitière moyenne compte 130 vaches, selon l’Association des producteurs laitiers du Manitoba. Avec ses 1000 vaches, la laiterie Pennwood était donc l’un des plus grands producteurs.

Le président de cette association, David Weins, indique que la ferme produit 2,5 % du lait de toute la province.

Le bureau du commissaire aux incendies enquête sur les causes.

Ce n’est pas la première fois qu’un incendie frappe des étables

En septembre de l’an dernier, plus de 1600 porcelets, truies et porcs ont péri dans un incendie majeur qui s’était déclaré en plein jour dans une porcherie de la région de Lotbinière au Québec.

Le 12 juin dernier, toujours au Québec, des centaines de porcs avaient également péri dans un incendie à Sainte-Ursule.

À l’arrivée des pompiers, l’embrasement était généralisé et la structure commençait à s’affaisser, selon le Service de sécurité incendie de Sainte-Ursule.

Des centaines de porcs périssaient en février dernier, au Québec, dans un incendie dans la région de Chaudière-Appalaches. PHOTO : RADIO-CANADA / NAHILA BENDALI

LISEZ AUSSI : Mieux-être des animaux de la ferme au Canada

RCI avec La Presse canadienne, les informations de Dana Hatherly de CBC News et la contribution de Radio-Canada

En complément

Un important feu embrase une ferme près de Steinbach – Radio-Canada 

Cruauté animale : la plus grande industrie laitière du Canada sur la sellette – RCI 

Comment le poulet est-il devenu la viande préférée des Canadiens? – RCI 

Share
Catégories : Économie
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*