Une classe de maternelle 4 ans dans un milieu défavorisé en Outaouais. Crédit : Radio-Canada

Maternelles 4 ans et objectif d’ouvrir 250 nouvelles classes à la rentrée 2019 : inquiétudes de l’AQCPE

Share

L’Association québécoise des Centres de la petite enfance (AQCPE) a donné son avis sur l’annonce concernant l’objectif du gouvernement caquiste d’ouvrir 250 nouvelles classes pour la rentrée scolaire 2019-2020. Sa directrice générale Geneviève Delisle souligne que le ministre a déployé les classes conformément à la loi, mais elle s’inquiète par rapport à ce qui va arriver avec l’entrée en vigueur de la nouvelle loi à l’étude à l’Assemblée nationale. Elle s’interroge sur la façon dont se fera le développement des maternelles 4 ans dans un contexte d’accès universel comme souhaité dans le projet de loi.

L’étude du projet de loi 5 sur les maternelles 4 ans au Québec a commencé mardi. Ce projet de loi vise l’ouverture de classes principalement en milieu défavorisé. Pour l’instant, la moyenne d’élèves inscrits par classe est de 11, alors qu’initialement, on tablait sur 17.

La rentrée risque donc de démarrer avec des classes à « moitié pleine », déplorent les partis de l’opposition. Ils soutiennent que cela représente une preuve palpable que les parents ne sont pas nombreux à s’intéresser à ce projet, contrairement à ce qu’avait espéré la CAQ. Le gouvernement a placé ce projet au cœur de sa stratégie pour « rendre la maternelle 4 ans accessible à tous les enfants de 4 ans, dans un horizon de 5 ans ». (Source : communiqué de presse).

Geneviève Delisle, DG de l’AQCPE

Certains partis d’opposition (Parti libéral et Parti québécois) estiment aussi que ce projet n’est pas pertinent et pressent le gouvernement de dévoiler la totalité de son plan de déploiement de la maternelle 4 ans sur l’ensemble du territoire. La DG de l’AQCPE soutient que ce plan doit être harmonisé en fonction des besoins, et en tenant compte des préoccupations des CPE.

« Ce qui nous inquiète dans la perspective d’un déploiement qui n’est pas réfléchi en complémentarité, c’est d’avoir à un moment donné des places dans les services éducatifs de garde qui soient développées et qu’à un moment donné on ait, parce qu’on aura des compressions budgétaires ou des budgets qui soient limités, des choix à faire qui soient déchirants. Ce qu’on dit c’est qu’il faudrait avoir un plan, se parler année après année, avoir des services là où ils sont requis, là où les parents le souhaitent, là où les enfants n’ont pas de place, pour s’assurer que le développement se fasse de manière organisée, et qu’on ne se retrouve pas avec des classes d’un côté comme de l’autre qui soient à moitié fréquentées. Dans un contexte de démarrage, je peux comprendre, mais nous on souhaite de la part du gouvernement qu’il y ait une stratégie organisée pour s’assurer qu’il n’y ait pas de développement anarchique, mais un développement organisé d’une offre concertée 0-6 ans », a relevé Mme Delisle.

Écoutez

Plusieurs syndicats de la petite enfance et l’opposition dénoncent le projet de loi sur la maternelle à 4 ans au Québec. Crédit : Radio-Canada

Un projet de loi au centre de débats contradictoires

Ce sont en tout 644 salles de classe consacrées aux maternelles 4 ans qui seront disponibles pour la rentrée, car les 250 classes annoncées s’ajoutent à 394 qui existent déjà.

Le ministre de l’Éducation du Québec Jean-François Roberge a confirmé cette information, soulignant que les 250 nouvelles classes représentent une « réussite » de la première phase de déploiement en 2019-2020.

L’intérêt est tout aussi important pour les parents que pour le système éducatif du Québec, a-t-il ajouté. Les premiers pourront se voir offrir le choix d’inscrire ou non leurs enfants en maternelle dès 4 ans. Le système éducatif en sortirait gagnant du fait qu’en scolarisant tôt les enfants, cela pourrait contribuer à accroiître, dès le plus jeune âge, leurs compétences et entraîner un rehaussement du taux de diplomation au Québec, car celui-ci est parmi les plus faibles au pays.

Il reste à voir si l’engouement des parents sera au rendez-vous. Le projet de loi sur le déploiement des maternelles 4 ans sur le territoire du Québec a suscité et continue de susciter toutes sortes de débats contradictoires. Les détracteurs y voient une menace à l’existence des services à la petite enfance dans la province. Ils dénoncent aussi une volonté délibérée du gouvernement de porter atteinte au développement des tout-petits qui apprendraient plus par le jeu à 4 ans que par l’école.

En plus d’être la directrice générale de l’AQCPE, Mme Belisle est une éducatrice spécialisée qui a dispensé diverses formations auprès de professionnels en petite enfance et mis en place l’équipe du service éducatif de l’AQCPE. Elle affirme que les CPE souhaitent continuer à développer leurs services et travailler avec le gouvernement pour s’assurer que leurs inquiétudes soient prises en comptes, notamment pour faire en sorte que les maternelles 4 ans ne soient pas une menace, mais que les deux soient en complémentarité. 

 « On continue à faire des représentations sur l’importance d’avoir une vision des enfants de 0 à 6 ans au Québec qui inclut des CPE, mais qui inclut aussi l’offre de maternelles. On souhaiterait que le ministère se dote d’une stratégie intégrée. Donc, on demeure dans l’espoir de pouvoir influencer le gouvernement et de pouvoir obtenir une vision plus élargie de l’offre 0-6 ans, ainsi qu’une vision claire du rôle que les CPE pourront jouer pour soutenir le développement des tout petits », a conclu Geneviève Bélisle.

Share
Catégories : Politique, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*