Paysage de montagne, foret, de colline, de vallée, de maison traditionnelle, de village sur la Route nationale 34 entre Antsirabé et Miandrivazo à Madagascar. (iStock)

Les drones santé à Madagascar : un maillage fascinant pour les régions reculées

Share

Madagascar est une île-nation magnifique dans l’Océan indien au large des côtes continentales de l’Afrique.

Les paysages sont à couper le souffle, les gens sont chaleureux, la musique y est envoûtante et le climat accueillant quand la pluie vous laisse un peu de répit.

Outre les grandes villes telles Antananarivo, la capitale et ses quelque 1 300 000 habitants, ou encore Toamasina, la seconde en importance avec un peu moins de 300 000 âmes, la très grande majorité des 25 millions de Malgaches se retrouvent dans une dizaine d’autres agglomérations plus petites et dans une pléthore de villages.

Île très montagneuse et pays en voie de développement, Madagascar n’offre pas un réseau routier très fiable. Il faut souvent compter des heures en 4 X 4 pour faire moins de 100 km.

(Google Maps)

Des villages difficiles d’accès aux prises avec des maladies d’un autre âge

Quand un villageois est malade, il n’est pas rare qu’il doive parcourir quelques jours de marche pour arriver à la clinique la plus proche.

Donc, comment arriver à faire se rencontrer le patient et le médicament?

C’est ici qu’apparaît une technologie au départ développée pour des actions militaires et qui prend un sens humanitaire, dans son nouvel usage.

Les drones servent à apporter les médicaments aux villages reculés et à rapporter des échantillons pour analyse en laboratoire. (Photo : gracieuseté)

Le drone

Dr Simon Grandjean Lapierre, microbiologiste infectiologue et chercheur au Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de Montréal (Photo : CHUM)

Le Dr Simon Grandjean Lapierre est microbiologiste infectiologue et chercheur au Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de Montréal (CHUM).

C’est à Androrangavola, une commune éloignée, qu’il met à l’épreuve ses drones livreurs et ses piluliers intelligents.

D’abord, l’expédition implique un périple de 300 km sur une route simple et asphaltée pour arriver à la clinique régionale équipée d’un laboratoire de base où les techniciens peuvent tester les échantillons de crachat pour savoir si le patient est atteint ou non de tuberculose.

Ensuite?

Trente kilomètres d’une piste de terre l’attendent, une demi-journée au moins dans la mesure où elle est praticable.

Là, c’est la commune.

Viennent par après 30 autres kilomètres de sentiers vers les villages environnants.

« L’idée est vraisemblablement née lorsqu’on s’est rendu compte qu’on avait un nouvel outil qui nous permettait d’accéder facilement et rapidement à des populations enclavées pour lesquelles l’alternative était la marche ou les véhicules routiers dans des conditions extrêmement difficiles. »
Dr Simon Grandjean Lapierre

Capture d’écran, YoutTube – Vayu’s Drones

Le Dr Grandjean Lapierre est l’un des auteurs d’une étude sur le projet de traitement de la tuberculose avec des drones, parue dans le British Medical Journal.

Les appareils utilisés transportent et rapportent des tests puis acheminent les médicaments. 

« Le bacille de la tuberculose est la bactérie la plus meurtrière sur la planète, touchant davantage de gens que le VIH ou la malaria. Or, de 30 % à 40 % des 10 millions de cas ne sont pas diagnostiqués. »

De plus, quand le patient ou le responsable médical du village ouvre le pilulier, ce dernier est muni d’une simple carte Sim qui transmet l’information à la clinique. Ainsi, il est plus facile, espère-t-on, d’avoir des données statistiques sur l’observance du traitement.

Ici, même lorsque le médecin est à des jours de marche du malade, il est à moins d’une heure par les airs d’une envolée de drones.

De Madagascar, le Dr Simon Grandjean Lapierre nous parle de ce projet et des possibilités qu’ils offrent pour soigner les populations vivant des dans communautés difficiles d’accès. 

Misaotra anao, Dr Grandjean Lapierre. Misaotra anao et aussi miarahaba anao.
(Merci et bravo à vous).

Écoutez

Plus :

Bi-directional drones to strengthen healthcare provision: experiences and lessons from Madagascar, Malawi and Senegal (British Medical Journal)

Entrevue à RDI avec le Dr Simon Grandjean Lapierre

Reportage d’ABC News à Madagascar

Vayu’s Drones Deliver Healthcare in Rural Madagascar

Share
Catégories : International, Internet et technologies, Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Les drones santé à Madagascar : un maillage fascinant pour les régions reculées»
  1. Messieurs, c’est une grande histoire pour le peuple paysan malgache de voir un drône qui distribue des médicaments jusqu’au fond de brousse.Merci pour les docteurs qui participent à cette démonstration.Nous aimerons à partager cette expérience dans la zone Nord Ouest de Madagascar, mon lieu natal. Slt
    Dr Hanitra RATOVOHAJA
    Chef de Parcours GEHOS
    à l’IUGM/UMG
    Mahajanga 401
    Madagascar