Une partie de l'épave du RMS Titanic est montrée sur cette image tirée d'une vidéo diffusée par Atlantic Productions. (Atlantic Productions via The Associated Press)

Le Titanic se désintègre très rapidement sur le plancher océanique

Share

Selon Henrietta Mann, professeur de génie civil à la retraite de l’Université Dalhousie en Nouvelle-Écosse, l’amas d’acier et de bois de l’épave du Titanic n’aurait plus que 25 ans au-devant d’elle avant de se dissoudre complètement dans l’océan.

Henrietta Mann – Université Dalhousie

Le navire, qui repose aujourd’hui par 3821 mètres de profondeur dans l’Atlantique Nord à quelques kilomètres de l’endroit où il a sombré, avait heurté un iceberg dans la nuit du 14 avril 1912 et avait coulé à près de 600 kilomètres des côtes de Terre-Neuve.

Henrietta Mann a analysé certaines des toutes premières images haute définition du paquebot qui ont été publiées ces derniers jours par la firme Atlantic Productions, une entreprise de production télévisuelle qui crée des programmes pour les radiodiffuseurs britanniques, américains et de l’Union européenne.

Les images tirées de la vidéo montrent, selon Henrietta Mann, à quel point le navire s’est détérioré depuis des images filmées il y a 14 ans. « Je suis un peu désolé pour la prochaine génération. Ils n’auront que des images. Il n’y aura plus d’épave. »

Selon l’experte en génie civil, l’épave semble couverte de neige marine, de petites particules de matière organique et des bactéries mangeuses de métaux qui se sont déposées sur l’épave et qui en accélèrent maintenant la décomposition.

(Atlantic Productions par l’Associated Press)

Les observations d’Atlantique Productions durant le tournage

Un communiqué de presse d’Atlantic Productions note que l’épave est devenue « vulnérable à cause des tourbillons sous-marins et qu’elle est soumise à des courants marins en constante évolution ».

« La corrosion saline, les bactéries mangeuses de métaux et l’action du courant profond ont le plus grand impact sur l’épave. L’équipe de tournage a observé une zone de détérioration dans les quartiers des officiers, où le capitaine avait ses chambres. Ici, la coque a commencé à s’effondrer, emportant avec elle les cabines.»

La baignoire du capitaine qui était autrefois visible n’est plus là, probablement parce qu’elle est tombée à un niveau inférieur à travers le navire en décomposition

Les scientifiques engagés dans la dernière expédition de tournage cinématographique publieront les résultats complets de leurs analyses au moment de la sortie du film documentaire.

Un naufrage qui remplit les livres d’histoire
Le 15 avril 1912, le luxueux paquebot Titanic sombrait dans les eaux glacées de l’Atlantique, à environ 640 kilomètres au sud-est de Terre-Neuve. Réputé insubmersible, le joyau de la White Star Line effectuait son voyage inaugural entre Southampton et New York lorsqu’il a coulé après avoir heurté un iceberg en pleine nuit.
Plus de 1500 personnes, dont plusieurs Canadiens, ont perdu la vie dans cette catastrophe qui a secoué le monde entier.
La ville d’Halifax a joué un important rôle à la suite du naufrage puisqu’on y a débarqué la majorité des corps repêchés en mer. Au total, 150 victimes du Titanic ont été mises en terre dans trois cimetières de la capitale néo-écossaise.

Les plongées touristiques sous-marines vers le Titanic reportées

Le Cyclops 2, un sous-marin de cinq places, devait emporter des visiteurs vers l’épave du Titanic dès 2018. Photo : OceanGate

On apprenait en juin dernier que des plongées touristiques d’un nouveau type vers l’épave du Titanic venaient une nouvelle fois d’être reportées. Plus de six expéditions sous-marines étaient prévues pour cet été.

L’entreprise OceanGate Expeditions, qui vendait ces expéditions pour un peu plus de 100 000 $ le billet, a expliqué qu’elle se voyait dans l’obligation de reporter le projet en raison de problèmes techniques.

L’expédition avait été remise, il y a un an, en raison de défectuosités du sous-marin mis au point par OceanGate Expeditions. L’entreprise américaine remet cette fois cette aventure à juin 2020.

Si tout va bien, les touristes pourront alors jouer comme promis un rôle actif et aider les scientifiques à rassembler des données, à prendre des photos, à opérer des sonars et à effectuer d’autres tâches liées à la prise de notes.

Le tarif pour les plongées de 2019 était de 105 129 $ par personne, ce qui équivaut au prix révisé avec l’inflation que les passagers de première classe du Titanic ont payé en 1912.

Qui se souvient encore au Canada du naufrage du Titanic?

Un morceau de coque pesant 17 tonnes est remonté à la surface. Il a été vendu aux enchères en avril 2012. Crédit photo : AP/RMS Titanic inc.

RCI avec les informations de Anjuli Patil de CBC News, et la contribution de Radio-Canada

En complément

15 avril 1912 : naufrage du Titanic au petit matin à 600 km au large de Terre-Neuve – RCI 

Tombes des victimes du naufrage du Titanic : l’origine de la pierre serait trouvée – RCI

Le découvreur du Titanic replonge pour un nouveau voyage au fond des mers – RCI 

Share
Catégories : Environnement, Histoire, International, Internet et technologies
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*