Photo : Radio-Canada

La rémunération des médecins québécois devrait être gelée, selon un rapport

Share

Le rapport de 55 pages préparé par Alain Dubuc, ex-chroniqueur et éditorialiste au quotidien La Presse, maintenant professeur associé à HEC Montréal, contient des données qui pourrait fournir des munitions à deux qui voudraient non seulement geler, mais aussi diminuer le salaire des médecins au Québec qui tente de négocier leurs conditions salariales avec le gouvernement québécois.

On découvre à travers ce rapport que les médecins de la deuxième province canadienne en importance ont non seulement rattrapé leur retard salarial sur leurs confrères des autres provinces, mais qu’ils sont aussi maintenant parmi les mieux payés au monde.

Le rapport Dubuc recommande au gouvernement Legault de mettre en place des mécanismes de correction, comme un gel ou une croissance très lente de la rémunération.

Le rattrapage salarial des médecins québécois a non seulement été atteint, mais il a été dépassé

Mieux payés, nos médecins travaillent moins : pendant que leur rémunération augmentait entre 2006 et 2015, la moyenne de jours travaillés par année diminuait. La réflexion au sujet de la privatisation partielle des soins de santé est amorcée depuis une vingtaine d’années au pays. PHOTO : ISTOCK / ROMOLO TAVANI

En 2016-2017, le paiement moyen pour un médecin généraliste à temps plein au Québec s’établissait à 344 214 $. Cela dépasse de presque 16 % celui des généralistes de la province voisine en Ontario et de plus de 7 % la moyenne canadienne.

S’appuyant sur les plus récentes données de l’Institut canadien d’informations sur la santé, Alain Dubuc révèle qu’en 2016-2017, le paiement moyen pour un spécialiste québécois à temps plein était de 441 180 $, ce qui dépassait de 6,5 % celui de son homologue ontarien.

Cette rémunération des spécialistes est toutefois légèrement inférieure à la moyenne canadienne et se situe au septième rang des provinces canadiennes, affirme-t-il.

Alain Dubuc démontre qu’en fonction de leurs richesses comparées à celle plus fortunée en moyenne des citoyens des autres provinces, les contribuables québécois payent globalement 870 millions trop cher pour les services de leurs médecins.

Rappelons qu’en campagne électorale, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) et l’actuel premier ministre du Québec, François Legault, s’était engagé à réduire d’un milliard l’enveloppe salariale des médecins spécialistes.

Le Québec a t-il les moyens de payer aussi bien ses médecins? 

Alain Dubuc s'explique. Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Les médecins québécois sont parmi les mieux payés au monde

On peut lire dans le rapport d’Alain Dubuc que « les médecins québécois compteraient parmi les mieux rémunérés du monde industrialisé, et l’écart par rapport au salaire moyen est l’un des plus importants. L’écart de salaire avec celui des infirmières est le plus élevé au Canada. Par ailleurs, des données de l’ICIS indiquent que le nombre de services procurés par les généralistes québécois serait inférieur à celui des autres provinces canadiennes. »

Le rapport précise que la rémunération annuelle des médecins de famille devrait plutôt s’établir dans une fourchette de 255 959 $ à 292 419 $, tandis que celle des spécialistes, entre 356 127 $ et 403 631 $. Cela réduirait de façon importante l’enveloppe salariale destinée aux médecins : l’enveloppe des généralistes pourrait ainsi être réduite d’environ 505 millions et celle des spécialistes, de 363 millions.

La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) conteste les choix méthodologiques d’Alain Dubuc. Avant de tirer des conclusions, son porte-parole, Jean-Pierre Dion, suggère d’attendre le rapport commandé par le gouvernement du Québec à l’ICIS, qui utilisera de nombreuses méthodes de comparaison et qui balisera mieux le réel travail des médecins d’ici. « Le rapport révélera un portrait bien différent », dit-il.

Pourquoi un médecin québécois voit-il de 20 à 25 % moins de patients que celui d’une autre province?

Photo Credit: ICI Radio-Canada

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Claude Bernatchez, Patrick Masbourian, Bernard Barbeau et Michel C.Auger de Radio-Canada

En complément

Le fossé de la rémunération se creuse entre médecins et infirmières – Radio-Canada

Rémunération des médecins : l’étude de l’ICIS restera-t-elle secrète? – Radio-Canada

Plus de médecins au pays en 2015; leur salaire moyen est resté inchangé à 339 000 $ – RCI

Share
Catégories : Économie, International, Politique, Santé, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*