Transporter des vaccins en zones reculées où il fait souvent plus de 40°C, où les infirmiers et infirmières ne sont pas toujours sur place pour recevoir les colis médicaux et où les routes deviennent rapidement des pistes difficiles, tels sont entre autres les défis auxquels se confrontent les membres de Cigogne Technologies. (Photo : courtoisie)

Cigogne Technologies : contrôler la température lors du transport biomédical

Le projet originel de Cigogne Technologies a vu le jour dans un laboratoire de génie mécanique à l’Université de Sherbrooke.  

Au départ, l’étude s’étalait sur deux ans. À terme, les quatre collègues qui ont mené le dossier, après avoir obtenu leur diplôme, ont opté pour relancer l’aventure et d’en faire une carrière.

Quel est ce projet Cigogne

La cigogne de Cigogne Technologies (Photo : Radio-Canada/Marie-Hélène Rousseau)

L’oiseau emblématique d’Alsace a donné son nom au produit parce que, dans les contes, il apporte les bébés, donc, la vie.

Mais quand il faut transporter des médicaments ou des vaccins et que la température est cruciale, notamment dans des pays en développement, les contenants sont souvent entourés de glace. Si c’est trop froid, le vaccin peut geler. Et si l’enveloppe froide fond trop vite en raison de la température ambiante, le vaccin devient rapidement inutilisable.  

De plus, si l’envoi arrive à bon port, il est possible qu’il faille attendre une journée ou deux avant qu’une personne habilitée à l’administrer correctement soit sur place.

D’où le défi du transport efficace, sécuritaire et à la température idéale durant plusieurs jours.

La Cigogne, associée à un drone auquel elle est annexée, est ce compartiment réfrigéré intelligent qui contrôle la température de façon autonome.

Le système de réfrigération ultraléger n’a rien à voir avec les outils actuels qui doit faire appel à un compresseur, ce qui rendrait le dispositif trop lourd.  

L’équipe de Cigogne Technologies : (de gauche à droite) Alexis Chabot-Tremblay, chef de projet, R&D, Laurence Demers-Lanouette, coordonnatrice, marketing, Julie Armand, gestionnaire au développement des affaires et Rosemarie Saint-Yves Ferron, chef de projet, R&D. (Photo : gracieuseté)

Transporter des vaccins en zones reculées où il fait souvent plus de 40 °C, où les infirmiers et infirmières ne sont pas toujours sur place pour recevoir les colis médicaux et où les routes deviennent rapidement des pistes difficiles, sont certains des défis des membres de Cigogne Technologies.

Écoutez

Plus :

Les drones santé à Madagascar : un maillage fascinant pour les régions reculées (RCI)

Catégories : Économie, International, Internet et technologies, Santé, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.