Des travailleurs manipulent de la l'amiante Photo : Reuters

Scientifiques et médecins du Monde pressent le Québec à renoncer à l’amiante

Share

Quarante et un scientifiques, médecins et représentants d’organismes de partout dans le monde signent une lettre adressée au premier ministre du Québec François Legault. Ils réclament que son gouvernement se dissocie de l’industrie mondiale de l’amiante, dont le Québec est encore un participant majeur.

Ils dénoncent le fait que l’Association internationale du chrysotile (AIC), le lobby mondial de l’amiante, soit enregistrée au Québec comme personne morale à but non lucratif (OBNL). Selon les signataires, « la crédibilité du Québec est utilisée de manière immorale et destructrice pour répandre des informations faussement scientifiques qui mettent en danger la vie humaine ».

Selon les signataires, l’AIC répand « une désinformation dangereuse qui cause des dommages et des décès ». En entrevue à La Presse canadienne, elle ajoute que cette organisation détruit l’éducation, détruit la science et détruit la santé.

« L’AIC promeut l’affirmation fausse que l’amiante chrysotile est un excellent produit qui peut être utilisé de manière sécuritaire par les pays en voie de développement. Un produit que le Canada a interdit parce que c’est un produit dangereux qu’il n’est pas possible d’utiliser de façon sécuritaire », peut-on lire dans la lettre dont le texte fait cinq pages.

Les signataires réclament donc que le gouvernement mette fin à la « complicité » du Québec avec « la malfaisance indéfendable de l’industrie de l’amiante » en lui retirant son statut.

Aide-mémoire
Le gouvernement québécois a récemment confié un mandat d’enquête publique au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) visant à déterminer de manière scientifique si les 800 millions de tonnes de déchets laissés par l’industrie de l’amiante au Québec peuvent être commercialisés ou non de manière sécuritaire.

L’étau se resserre sur l’amiante au Canada, mais il n’est pas complètement interdit

Le Canada interdit maintenant l’amiante dans les nouvelles constructions et les rénovations. La fin de l’amiante était en fait presque dans les cartes dès le moment où le gouvernement de Justin Trudeau est arrivé au pouvoir en novembre 2015. Notre pays est en retard sur plusieurs autres dans ce dossier.

L’amiante, considéré comme un produit cancérigène par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a été banni dans une cinquantaine de pays.

Le Canada a été lent pourtant à reconnaître les menaces posées par l’amiante, peut-être parce que pendant très longtemps, il se retrouvait au cœur du développement économique du Québec, en particulier. Les mines d’amiante ont fonctionné au Canada de la fin des années 1800 jusqu’en 2011.

Des générations de mineurs s’engouffraient ainsi sous terre ou travaillaient à l’air libre dans d’immenses trous, dans des mines appelées « open pit » dans les régions de Thetford Mines, d’Asbestos, de Disraeli ou de Black Lake, à la recherche de ce minerai réputé essentiel pour ses propriétés ignifuges et structurelles.

Au Canada, on estime que le tiers de tous décès liés au travail sont directement attribuables à une exposition à l’amiante.

Il y a de l’amiante du Québec partout dans le monde

L’utilisation de l’amiante a été condamné par l’OMS, qui affirme depuis des années que tous les types d’amiante, y compris le chrysotile que l’on retrouve dans le sous-sol québécois, sont cancérigènes.

Une cinquantaine de pays, dont presque la totalité des pays européens, ont depuis interdit tous les produits à base d’amiante sur leur territoire. Photo : FTQ Interdiction de l’amiante : le Canada a adopté de nouvelles règles minées par plusieurs exemptions

En 2016, le gouvernement canadien de Justin Trudeau avait initialement interdit complètement l’amiante. Ottawa affirmait en janvier dernier cependant que l’exigence de retirer tout l’amiante des immeubles et des maisons serait extrêmement coûteuse. Cela pourrait en réalité être plus dommageable pour la santé humaine.

Une nouvelle réglementation, adoptée l’automne dernier, comporte ainsi une série d’exemptions pour permettre aux militaires, aux installations nucléaires et aux usines de chlore et de soude caustique de continuer à utiliser la substance dangereuse pour la santé pulmonaire et pour plusieurs années à venir.

La réglementation canadienne interdit l’importation, la vente et l’utilisation de fibres d’amiante transformées ainsi que la fabrication, l’importation, la vente et l’utilisation de produits contenant des fibres d’amiante transformées. Cependant, le règlement n’interdira pas les activités minières et ne s’appliquera pas aux structures ni aux produits qui contiennent déjà de l’amiante.

Une des exemptions permet cependant l’exploitation de montagnes de résidus miniers qui contiennent encore jusqu’à 40 % de dangereuses fibres d’amiante. Voyez comment cette exemption au règlement sur l’interdiction de l’amiante au Canada promet cependant de relancer les économies des villes de Thetford Mines et d’Asbestos au Québec…

CONSULTEZ NOTRE DOSSIER : Jolie roche à couper le souffle : des millions de victimes, au Canada et dans le monde, pendant des générations à venir...

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

Canada : la décision d’interdire l’amiante crée la discorde avec les milieux industriels – RCI 

L’étau se resserre sur l’amiante au Canada, mais il ne sera pas complètement interdit – RCI 

Interdiction totale d’ici 2018 de l’amiante au Canada – RCI 

Share
Catégories : Économie, Environnement, International, Politique, Santé
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*