(Graham Hughes/Canadian Press)

Mini-réacteurs nucléaires modulaires : trois provinces fusionnent leurs efforts

Share

L’Ontario, la Saskatchewan et le Nouveau-Brunswick annoncent qu’elles travailleront dorénavant ensemble à la recherche et à la construction de petits réacteurs modulaires qui pourraient notamment alimenter en électricité une multitude de petites communautés nordiques du pays.

Les dirigeants de ces trois provinces ont pris cet engagement en marge d’une importante réunion des premiers ministres provinciaux qui s’est conclue, à Mississauga, en Ontario.

Doug Ford, de l’Ontario, Scott Moe, de la Saskatchewan, et Blaine Higgs, du Nouveau-Brunswick, ont signé un protocole d’entente qui stipule que la conception de ces petits réacteurs modulaires serait un outil de plus pour aider leur province respective à réduire les émissions de carbone et à s’éloigner des sources d’énergie non renouvelables comme le charbon.

Les ministères de l’Énergie des trois provinces concernées se réuniront donc au cours de la nouvelle année pour discuter de la façon d’aller de l’avant. D’ici l’automne 2020, une stratégie complète pour les réacteurs devrait être prête.

Le projet est de créer de petits réacteurs modulaires nucléaires. (PRM)
Ces réacteurs seraient modulaires parce qu’ils seraient conçus pour fonctionner indépendamment ou en modules de plus en plus nombreux au fur et à mesure que la population par exemple d’une petite communauté éloignée augmente.
Ces modules seraient conçus pour être facilement transportés déjà assemblés dans des conteneurs d’expédition de grandeurs standards.
Les PRM auraient une puissance maximale de 300 MW (comparativement à une puissance classique de 800 MW).
Les plus petits PRM pourraient être de la taille du sous-sol d’une maison, et les plus gros, de celle d’un édifice.
Puisque les PRM seront moins puissants que les réacteurs traditionnels, ils généreront individuellement moins de déchets.

Ce mini-réacteur nucléaire pourrait être installé dans un jardin. © Hyperion Power Generation

Une technologie nucléaire miroitante?

Les objectifs du Canada, selon l’Accord de Paris, sont de réduire les émissions totales de 30 % par rapport aux niveaux de 2005 d’ici 2030. Or, le premier ministre Moe affirme que ces réacteurs aideraient la Saskatchewan à atteindre en fait une réduction de 70 % d’ici cette année-là.

Les dirigeants provinciaux ont dit qu’il pourrait s’agir d’une occasion de croissance économique, estimant le marché canadien de cette énergie à 10 milliards de dollars et le marché mondial à 150 milliards.

Selon Doug Ford, cette initiative est une «  occasion pour le Canada d’être un véritable chef de file ».

À un moment où Ottawa et les provinces sont en désaccord sur le recours à une taxe sur le carbone, M. Higgs fait valoir que cette aventure nucléaire est une occasion idéale pour faire preuve d’unité au pays.

Lisez : L’idée d’exploiter de petits réacteurs nucléaires est remise en question – Radio-Canada

Le secteur nucléaire produit déjà au Canada de l’électricité d’une valeur annuelle de plus de 5 milliards de dollars et nos exportations d’uranium se chiffrent à environ 1 milliard de dollars par année. Ce secteur emploie directement plus de 30 000 Canadiens. Crédit photo : iStock

Les dérivés et dérives de la recherche pacifique nucléaire canadienne

Le Canada a été le premier pays avec une capacité nucléaire substantielle à rejeter les armes nucléaires, mais il continue à participer activement à la promotion internationale de l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire.

Ces transferts du savoir-faire nucléaire canadien ne sont pas faits sans dérapage. En 2015, le Canada a accepté d’augmenter substantiellement vers l’Inde ses exportations d’uranium pour alimenter dans ce pays des réacteurs nucléaires. C’était la première entente commerciale d’importance entre les deux pays depuis des décennies.

Le Canada et l’Inde entretenaient au début des années 1960 des relations beaucoup plus serrées frappées du sceau de la confiance réelle. Mais la situation s’est détériorée entre les deux pays lorsque l’Inde a été accusée de tester une arme nucléaire en 1974, puis à nouveau en 1998, en utilisant la technologie des réacteurs Candu que lui avait fournis le Canada.

Le Canada a travaillé activement aux premières bombes nucléaires américaines

Le centre de recherche nucléaire de Chalk River en Ontario en 1945 était l’un des deux endroits au Canada qui s’est mis à travailler secrètement au Projet Manhattan qui a produit la première bombe atomique durant la Seconde Guerre mondiale.

L’autre centre de la recherche nucléaire canadienne se trouvait à quelques lieues à peine du centre-ville de Montréal, à l’Université du même nom sur les flancs du mont Royal.

Nous discutons de cette affaire avec un auditeur de Radio Canada International

RCI avec les informations d’Elise von Scheel de CBC News et la contribution de Radio-Canada

En complément

Le Canada veut relancer le nucléaire avec ses miniréacteurs – RCI 

Projet de « mini-armes nucléaires » pour la Défense américaine – RCI

Quand des aurores boréales ont presque déclenché une guerre nucléaire – RCI 

Share
Catégories : Environnement, International, Internet et technologies, Politique
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*