Justin Trudeau et Donald Trump se sont entretenus à Winfield House, à Londres, le 3 décembre 2009. Photo : Evan Vucci. La Presse canadienne.

Trudeau et Trump parlent 5G, libre-échange et financement de l’OTAN

Share

La ratification de l’Accord de libre-échange Canada–États-Unis–Mexique est au centre des échanges entre les deux personnalités qui prendront part, aux côtés de leurs pairs, au sommet marquant le 70e anniversaire de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), le 4 décembre, à Londres.

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau et le président des États-Unis Donald Trump ont également échangé sur le géant chinois des télécommunications, Huawei, qui vient d’annoncer son souhait de déménager son centre de recherche des États-Unis au Canada. Les deux hommes se sont surtout penchés sur le déploiement de la technologie 5G.

Il est loin de faire l’unanimité au sein des alliés du Canada à cause, notamment, des enjeux de sécurité nationale en jeu. Huawei est un acteur majeur en ce qui a trait à la technologie 5G, mais le Canada n’a pas encore décidé de lui confier le marché en raison de ces tergiversations.

Il convient de mentionner qu’à la demande des États-Unis, la fille du patron de Huawei Meng Wanzhou, qui est la directrice financière de cette compagnie, a été arrêtée au Canada, puis détenue avant d’être assignée à résidence, en attendant la décision de son extradition pour une affaire de fraude en lien avec les activités de cette entreprise en Iran.

Donald Trump et Justin Trudeau ont discuté des différends commerciaux avec la Chine et de la situation des Canadiens qui y sont toujours détenus depuis le déclenchement de l’affaire Meng Wanzhou.

Le premier ministre du Canada participera aussi à une réception offerte par la reine Élisabeth II, au palais de Buckingham, mardi soir.

Ce sera l’occasion pour lui de rencontrer à nouveau le prince Charles avec qui il a discuté ultérieurement d’enjeux environnementaux et du Commonwealth.

Un 70e anniversaire marqué par des divergences

Le sommet de l’OTAN en lui-même est marqué par des tensions entre certains de ses membres influents, notamment les États-Unis et la France.

Trump souhaite que chacun des membres paie sa juste part pour le fonctionnement de l’organisation et ses actions militaires, tandis qu’Emmanuel Macron voudrait que l’organisme en état de « mort cérébrale » soit repensé et dynamisé.

Entre les deux pays, il y a également des frictions au plan économique, en raison de la détermination de la France à taxer les géants américains du Web que sont Facebook, Amazon et Google.

En réponse, Donald Trump brandit la menace d’imposer de nouvelles taxes sur des produits français, dont les cosmétiques.

Le Canada fait partie des membres qui sont considérés par les États-Unis comme n’apportant qu’une contribution modique à l’OTAN.

À Ottawa, on considère que la valeur d’une contribution ne se trouve pas dans la « quantité », mais dans la « qualité ».

Sur le même sujet :

L’unité des pays membres de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord n’est plus aussi solide qu’à sa création, il y a 70 ans. Certains membres influents remettent en question la pertinence de la coalition et désirent moins d’interdépendance. Yanik Dumont Baron discute de ces tensions et retrace les moments marquants qui ont jalonné l’histoire de cette organisation.

Share
Catégories : International, Politique
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*