(PC)

Un adolescent de la Saskatchewan planifiait-il de tuer de 150 à 200 élèves?

Le procureur de la Couronne de la Saskatchewan a confirmé mercredi après-midi qu’un garçon de 16 ans avait été placé en détention et accusé d’avoir proféré des menaces.

On ne peut révéler l’identité de ce garçon en raison de son jeune âge et en vertu Loi canadienne sur le système de justice pénale pour les adolescents.

Les autorités affirment qu’il avait planifié en détail une attaque armée dans son établissement scolaire à Saskatoon et dans laquelle il espérait tuer au minimum 150 de ses compagnons de classe.

Selon les policiers, il pourrait s’agir cependant d’une blague extrêmement malavisée, ce que les enquêteurs sont en train d’examiner. Une fouille de sa maison n’a rien révélé qui aurait mené à bien le type d’attaque décrite par l’adolescent.

L’adolescent, qui doit comparaître au tribunal le 2 janvier prochain, a en fait été libéré mercredi soir, sous un certain nombre de conditions, y compris qu’il ne peut pas être près de son école secondaire Holy Cross.

Une lettre envoyée aux parents mercredi indique que l’école peut cependant être fréquentée maintenant sans inquiétude, car l’adolescent arrêté serait le seul impliqué dans cette affaire.

Alerte en ligne

L’affaire a éclaté au grand jour après la publication en ligne d’une phrase au bas d’une carte qui semblait détailler les plans de la fusillade. Il y avait aussi une date, le 17 décembre, inscrite sur cette carte qui a été publiée sur le site de médias sociaux Discord.

La publication comprenait de l’information sur l’endroit où des tireurs seraient installés, comment ils se déguiseraient et où ils allaient cibler leurs victimes.

« Exécutez tout le monde en commun, car c’est l’heure du déjeuner, pouvait-on lire sur la carte. Exécutez tout le monde dans le couloir et sortez par la porte de sortie dans les 5 minutes. »

Le tout, qui était accompagné d’un plan d’étage de l’école, a été mis en ligne grâce à l’application Snapchat, où l’image a été partagée davantage, pour finalement être portée à l’attention des parents et de la police de Saskatoon.

Une dizaine de fusillades dans nos établissements d’enseignement depuis 60 ans

Le 16 mars 1959 notamment, Stan Williamson, 19 ans, avait ouvert le feu dans le corridor de son école à Edmonton dans l’ouest du pays. Il avait tué un étudiant de 16 ans et en avait blessé cinq autres.

Plus tard, le 28 mai 1975, à Brampton, en Ontario, Michael Slobodian, un garçon de 16 ans, avait ouvert le feu sur des étudiants dans les toilettes de son école. Deux personnes sont mortes et 13 autres ont été blessées.

Le 27 octobre 1975, à Ottawa, en Ontario, un étudiant de 18 ans avait tué une personne et fait cinq blessés, avant de s’enlever la vie.

Il y a aussi eu deux autres incidents notables, dont une fusillade au Collège Dawson à Montréal, en 2006, et la tuerie du 6 décembre 1989 à Polytechnique Montréal, où 14 femmes ont été abattues par un tireur misogyne.

Tuées parce qu’elles étaient des femmes, le féminicide de Polytechnique

Le 6 décembre, 14 faisceaux illuminent le ciel de Montréal en mémoire aux femmes victimes de la tuerie de Polytechnique en 1989. Crédit photo : La Presse canadienne/Ryan Remiorz

RCI avec les informations de Morgan Modjeski de CBC News et la contribution de Radio-Canada

En complément

Fusillade au collège Dawson à Montréal. C’était il y a dix ans!- RCI 

Tuerie de l’école polytechnique : 30 ans plus tard, les femmes en génie en nette hausse – RCI 

Contrôle des armes à feu au Canada : lorsque chaque camp croit avoir raison – RCI 

Catégories : Internet et technologies, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*