DAVID GRAY VIA GETTY IMAGES

Des pompiers du Canada et du Québec se battent aux côtés des Australiens

Des pompiers de partout au Canada sont en route pour l’Australie afin d’appuyer d’autres Canadiens qui aident déjà ce pays aux antipodes du nôtre dans la lutte contre de feux de forêt dévastateurs et meurtriers.

L’équivalent de plus de 110 fois la superficie de la grande île de Montréal sont déjà partis en fumée.

Stephen Tulle, agent de service du Centre des feux de forêt du Canada, indique qu’un premier groupe de 15 personnes s’est mis en route pour le Queensland lundi, suivi d’un autre groupe de 21 personnes. Ce contingent de pompiers canadiens dans les forêts enflammées du Queensland et de Nouvelle-Galles du Sud en Australie devrait atteindre 87 personnes d’ici samedi.

Ce contingent canadien est composé de volontaires de la Colombie-Britannique, de l’Alberta, de la Saskatchewan, du Manitoba, de l’Ontario, du Québec, de Terre-Neuve-et-Labrador, du Yukon et de Parcs Canada.

Parmi ces Canadiens se trouvent de nombreux spécialistes qui doivent exercer principalement des fonctions de gestion des incendies, liées au commandement, à la planification, à la logistique et à la gestion de l’aviation.

Déjà dix-sept personnes sont mortes au total et plus de cinq millions d’hectares sont partis en fumée, soit une superficie supérieure à celle du Danemark ou des Pays-Bas ou plus de 110 fois la superficie de la grande île de Montréal.

Une vue satellite des fumées produites par les feux de forêts en Australie, le 31 décembre 2019. Les fumées des incendies australiens visibles jusqu’en Nouvelle-Zélande. COPERNICUS SENTINEL DATA/Handout via REUTERS

Une première pour les Canadiens, mais pas pour les Australiens

Il s’agit de la première fois que le Canada envoie des pompiers en Australie. Rappelons qu’en 2017 et 2018, des équipes de pompiers de l’Australie avaient joué un rôle essentiel en aidant les résidents de la Colombie-Britannique, sur la côte ouest-canadienne, à lutter contre des feux de forêt records et généralisés.

Le Canada et l’Australie sont les deux pays du Commonwealth les plus vastes dont les saisons estivales sont opposées, c’est-à-dire celles où les risques d’incendie sont les plus élevés. Mais ce n’est que relativement récemment que les deux gouvernements ont réalisé qu’ils sont des alliés naturels dans la lutte contre les feux de forêt.

Les pompiers canadiens devraient passer environ six semaines en Australie et le Canada continuera d’envoyer des équipes de remplacement tant qu’il sera possible de trouver des volontaires et que l’Australie demandera de l’aide.

Les incendies de forêt australiens ont tué 10 personnes et détruit 1 000 maisons dans tout le pays au cours des derniers mois. 2 pompiers australiens sont morts alors que les feux de forêt encerclaient la grande ville de Sydney.

Des résidents de Batemans Bay réfugiés sur la plage, le 31 décembre, pour échapper aux flammes.
PHOTO : REUTERS / LAPPINGTHEISLAND

Des milliers d’Australiens fuient les villes

Ce début de saison des incendies de forêt particulièrement précoce et dévastateur pousse les autorités à parler de la pire saison jamais vue. Environ cinq millions d’hectares de forêt ont brûlé et le bilan fait état de 17 décès et plus de 1300 maisons détruites.

L’Australie a ordonné jeudi l’évacuation de milliers de touristes et citoyens se trouvant sur le littoral sud-est du pays en prévision d’un nouveau pic de chaleur attendu ce samedi supérieur à 40°C et qui sera favorable à la progression des incendies meurtriers.

On demande aux touristes de quitter une zone littorale de 300 kilomètres de long, allant de la ville de Nowra (située à 160 km au sud de Sydney) jusqu’à l’État de Victoria.

Les pompiers australiens ont publié cette vidéo terrifiante sur laquelle des flammes enrobent leur camion alors qu’il se déplaçait à travers les flammes.

RCI avec les informations de La Presse canadienne, Associated Press, Agence France-Presse et la contribution de Radio-Canada

En complément

95 % des feux de forêt de la Colombie-Britannique étaient d’origine humaine en 2017 – RCI

Des feux plus fréquents en Californie, c’est la nouvelle norme – RCI

Les forêts canadiennes comptent pour 10 % des forêts au monde – RCI

Catégories : Environnement, International
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*