Auto-portrait signé George Paginton (Crédit : Collection Tony Paginton et Roswita Busskamp)

George Paginton : un obscur peintre canadien remis sous les projecteurs

George Paginton a passé sa carrière d’artiste à croquer sur ses toiles les paysages canadiens. Inconnue du grand public, cette figure proche du fameux Groupe des sept, école de peintres paysagistes fondée en 1920, a eu droit à une première exposition, soutenue par le gouvernement fédéral qui espère ainsi l’extirper de l’oubli.

Né en 1901 en Grande-Bretagne, mais installé au Canada dès son plus jeune âge, George Paginton a très tôt montré un fort intérêt pour la peinture de paysage. Peintre prolifique, on lui doit 1500 peintures à l’huile. Sans jamais connaître de succès populaire, ses œuvres ont néanmoins circulé parmi un cercle d’amateurs privés.

Afin de réhabiliter le foisonnant parcours artistique du peintre, le Musée des beaux-arts de Brampton (PAMA), en Ontario, a organisé l’exposition George Paginton : Painting a Nation. Le gouvernement fédéral vient d’accorder à l’institution muséale une aide de 159 000 $ afin que l’expo puisse continuer d’être présentée jusqu’au 9 février. Le financement permettra aussi à la Galerie d’art Beaverbrook, au Nouveau-Brunswick, d’accueillir la rétrospective.

Peinture de Caledon en Ontario de George Paginton (Crédit : Collection Tony Paginton et Roswita Busskamp)

« L’exposition comble des lacunes dans l’histoire de l’art canadien et met en vedette un peintre paysagiste que l’on redécouvre et qui a su immortaliser la beauté du Canada par la peinture en plein air, a déclaré par voie de communiqué Sharona Adamowicz-Clements, co-conservatrice, au PAMA. George Paginton a poursuivi en privé sa passion d’immortaliser l’essence des paysages canadiens avec un sens du devoir. »

Il fait partie des « enfants déracinés », ces enfants pauvres de Londres arrachés de force par milliers au début du siècle dernier pour ensuite être expédiés dans les colonies britanniques, dont le Canada. C’est à Lindsay, dans la province de l’Ontario, que Paginton passera sa jeunesse avant de s’installer à Toronto, où il amorcera une carrière d’illustrateur au quotidien Toronto Star.

Infatigable curieux et grand amoureux de nature, l’artiste disparu en 1988 a beaucoup peint l’île d’Orléans, au Québec, qu’il a découverte en 1927. Outre les paysages bucoliques, c’est surtout les demeures rustiques, les églises et les fermes qui ont attiré son œil. La ruralité est au cœur de son travail qui se sera étalé sur près de 70 ans.

Le Groupe des sept

Le Groupe des sept, aussi connu sous le nom d’École algonquine, était une école de peintres paysagistes fondée en 1920, en tant qu’organisation d’artistes s’autoproclamant modernes, et dissoute en 1933. Ses membres présentaient la forêt boréale dense et nordique du Bouclier canadien comme une force transcendante et spirituelle. Leurs panoramas de forêts canadiennes sauvages et balayées par le vent sont devenus emblématiques d’une vision romantique de la force et de l’indépendance du Canada. Leur travail est reconnu pour ses couleurs vives, son traitement tactile de la peinture et ses compositions simplifiées, mais dynamiques. Avec Tom Thomson, David Milne et Emily Carr (qui a été influencée par le Groupe, mais n’en a jamais fait partie), les membres du Groupe des sept ont été les artistes canadiens les plus marquants du début du 20e siècle. Leur influence est palpable chez des artistes aussi différents que le peintre abstrait Jack Bush, le Groupe des onze et le peintre écossais Peter Doig.

(Source : Encyclopédie canadienne)

Environ 250 000 photos dorment dans les voûtes du Musée régional du Bas-Saint-Laurent. Pour sa nouvelle exposition permanente, le Musée a choisi 500 d’entre elles pour raconter l’histoire de la région grâce à des visages et des paysages, surtout maritimes.

Lire aussi :

L’intelligence artificielle : une exposition en guise de démystification

Attache ta tuque : une exposition qui promet au Musée québécois de culture populaire

Omar Ba au Musée des beaux-arts de Montréal

Catégories : Arts et spectacles, Histoire
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*