Le premier ministre du Canada Justin Trudeau lors d’un point de presse conjoint avec le président du Sénégal Macky Sall, au Palais présidentiel de Dakar, au Sénégal, mercredi 12 février 2020. La Presse canadienne/Sean Kilpatrick

Siège non permanent au Conseil de sécurité : le Sénégal appuie le Canada

À Dakar, le premier ministre du Canada est en quête d’appuis en Afrique pour sa candidature à un siège non permanent au Conseil de sécurité des Nations unies.

Après l’Éthiopie la semaine dernière, Justin Trudeau est au Sénégal, où il a entamé son séjour en visitant l’île Gorée et la Maison des esclaves, deux lieux hautement symboliques qui soulignent un épisode sombre dans l’histoire de l’humanité.

Le premier ministre du Canada a eu un entretien avec le président sénégalais Macky Sall.

Ils ont loué la coopération entre les deux pays et souligné l’importance de poursuivre cette coopération sur des enjeux d’intérêt commun.

Le président du Sénégal s’est engagé à soutenir la candidature du Canada au siège non permanent au Conseil de sécurité de l’ONU. Il a aussi promis de convaincre ses pairs africains d’appuyer cette candidature.

Les deux hommes ont également échangé sur la question de l’homosexualité qui est encore criminalisée dans ce pays.

À ce sujet, le président Sall a indiqué que c’est une pratique qui n’est pas ancrée dans les mœurs au Sénégal, d’où l’importance de respecter la position de son pays.

Pour sa part, Justin Trudeau s’est montré reconnaissant envers le président Sall pour son appui et sa volonté d’inciter les autres leaders africains à soutenir le Canada. Une issue positive sera gagnante pour tous, a-t-il affirmé.

« Avoir un siège non permanent au Conseil de sécurité nous permet d’être une voix pour tous nos amis qui partagent nos perspectives […] Quand on parle de sécurité dans la région de l’Afrique de l’Ouest, tous les partenaires étrangers doivent être impliqués », a dit Justin Trudeau à l’antenne de Radio-Canada.

C’est dans une salle bondée au Palais présidentiel à Dakar que le premier ministre Justin Trudeau et son hôte se sont adressés aux journalistes. Crédit : La Presse canadienne/Sean Kilpatrick

Le premier ministre du Canada contre le phénomène des enfants-soldats

Justin Trudeau a profité de la Journée internationale contre le phénomène des enfants-soldats mercredi pour réitérer l’engagement du pays à combattre ce fléau qui prive de nombreux enfants de « leur enfance et de leur avenir » (Source : communiqué de presse, cabinet du premier ministre)

Le premier ministre Justin Trudeau lors d’un point de presse à Ottawa (archives) Crédit : Sean Patrcik, La Presse canadienne.

« Recrutés de force ou incités à le faire en raison de pressions économiques et sociales, les enfants-soldats sont isolés de leur communauté […] Leurs blessures peuvent être physiques, mentales, émotionnelles, développementales et spirituelles. Un enfant ne devrait jamais être forcé à prendre les armes. Pour reprendre les paroles de Roméo Dallaire, le lieu de naissance d’une personne ne devrait pas dicter son potentiel comme être humain […] Tous les enfants méritent d’être protégés contre les abus et la violence, de vivre et d’apprendre en toute sécurité, c’est une question de droits de la personne », indique Justin Trudeau.

Dans son édition du 12 novembre 2013, Perspective monde, de l’école des politiques appliquées de la Faculté des lettres de l’Université de Sherbrooke, au Canada, rapporte que l’Afrique est dans le peloton de tête lorsqu’il est question d’enrôler des enfants dans la guerre.

Citant les Nations unies, cette revue rapporte qu’en 2013, ce sont 250 000 enfants qui ont été victimes du phénomène dans le monde. Les pays africains, tels que le Burundi, le Soudan, l’Ouganda, l’Angola, la Côte-d’Ivoire, le Tchad, la République démocratique du Congo et la Sierra Leone, sont les plus concernés.

Le premier ministre réaffirme l’engagement du Canada à œuvrer de concert avec la communauté internationale pour mettre un terme à l’utilisation des enfants-soldats.

« La communauté mondiale a la responsabilité d’aider les enfants à atteindre leur plein potentiel. Le Canada travaille avec ses partenaires internationaux afin de mettre en œuvre les principes de Vancouver sur le maintien de la paix et la prévention du recrutement et de l’utilisation d’enfants soldats. Nous aidons à bâtir un monde où la protection des enfants est considérée comme étant essentielle pour la paix et la sécurité », conclut le premier ministre dans son message.

Avec des informations du cabinet du premier ministre, Twitter, Université de Sherbrooke et Radio-Canada.
Catégories : International, Politique
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*