Le Conseil de sécurité de l’ONU. Crédit photo : EMMANUEL DUNAND

Siège au Conseil de sécurité : optimisme prudent du Canada grâce à l’Afrique?

Au moment où Ottawa accélère sa « campagne » auprès des pays africains pour obtenir leurs appuis, le ministre canadien des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, affirme que le Canada a encore des chances d’obtenir un siège au Conseil de sécurité des Nations unies cette année.

Le ministre des Affaires étrangères François-Philippe Champagne. PHOTO TOLGA AKMEN, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

« J’ai été agréablement surpris par le soutien que j’ai reçu des pays hôtes que j’ai visités. Je pense que les gens reconnaissent que le Canada peut jouer un rôle positif dans le monde », a-t-il affirmé.

C’est en juin prochain que ces deux sièges seront attribués par un vote de l’Assemblée générale de l’ONU. Les pays en lice pour un siège au conseil auront besoin des deux tiers des voix au scrutin secret, soit plus de 128 voix. Or, l’Afrique est l’un des blocs les plus influents avec 54 membres votants.

Au terme d’un voyage au Mali et au Maroc, le ministre canadien a donc rejeté en conférence de presse l’analyse de nombreux experts qui affirment que la candidature canadienne est sérieusement minée par des années de faibles contributions du Canada en matière d’aide internationale ainsi qu’une participation peu musclée aux différentes missions de maintien de la paix des Nations unies.

La cible de l’ONU pour l’aide publique au développement est de 0,7 % du revenu national brut (RNB). Or, le niveau de contribution actuel du Canada est inférieur à 0,3 %.

Des casques bleus déployés en République démocratique du Congo.
Crédit photo : UN Photo/Sylvain Liechti

L’Arabie saoudite, la Chine et la Russie pourraient bloquer le Canada

Le Canada fait face à une très vive concurrence de la part de la Norvège et de l’Irlande pour l’obtention d’un des deux sièges de membres non permanents disponible cette année au sein du Conseil de sécurité. Ces sièges sont valides pour un mandat de deux ans à compter de 2021.

Les perspectives canadiennes se sont cependant assombries récemment. Le Canada a besoin du soutien de pays musulmans et asiatiques, dont deux des principaux acteurs de ces régions, l’Arabie saoudite et la Chine. Mais ces deux pays ont des conflits diplomatiques non résolus avec le Canada et pourraient influencer le vote d’autres nations. La Russie s’oppose elle aussi à la candidature du Canada.

La Chine a notamment étendu son influence diplomatique en Afrique avec de grandes dépenses d’infrastructure et en distribuant généreusement ses propres fonds de développement pour se faire des alliés et influer sur la politique. Elles pourraient faire pression sur certaines nations africaines pour qu’elles ne votent pas en faveur du Canada.

« Nous sommes toujours derrière d’autres pays en matière de dépenses et il y a beaucoup de pays autocratiques qui ne veulent pas voir le Canada obtenir un siège et l’utiliser pour être juste en matière de droits de la personne, de genre et d’autres valeurs qui nous sont chères », soutient Bessma Momani, une experte en affaires internationales à l’Université de Waterloo.

Une défaite humiliante en perspective pour le Canada et Justin Trudeau?

Le premier ministre Justin Trudeau lorsqu’il prenait la parole à la 71e session de l’Assemblée générale des Nations unies en septembre 2016. (Twitter/ @PMcanadien)

Le premier ministre Justin Trudeau avait fait de l’obtention d’un siège non permanent au Conseil de sécurité l’un des points forts de ses engagements en 2015 lorsqu’il a lancé au monde entier : « Le Canada est de retour! »

Colin Robertson, vice-président de l’Institut canadien des affaires mondiales et ancien diplomate, estime que le premier ministre canadien doit faire campagne lui-même à l’extérieur du pays pour tenter d’éviter un échec devant l’ONU, ce qui constituerait un revers majeur en politique étrangère pour le pays.

« Perdre en 2020 serait traumatisant pour Justin Trudeau, affirme M. Robertson. Et ce serait un choc désagréable pour les Canadiens qui pensent que le monde nous aime. »

Si M. Trudeau décide de mener une campagne acharnée, l’obtention d’un siège est toujours possible, selon lui. La Norvège remportera probablement l’un des deux sièges, mais le Canada pourrait encore avoir le dessus sur l’Irlande.

Fen Hampson, expert en diplomatie à la Normal Paterson School of International Affairs de l’Université Carleton, en Ontario, estime que les chances du Canada en viendront essentiellement à ce qu’il peut offrir concrètement à des régions et à des pays en particulier. Et en Afrique, cela mène généralement à une conversation sur l’aide étrangère, selon lui.

L’héritage politique de Stephen Harper

Stephen Harper devant l’Assemblée générale des Nations unies en 2014 Crédit photo : PC / Sean Kilpatrick

Le Canada est l’un des membres fondateurs de l’ONU, mais sa popularité au sein de l’organisation a été amoindrie sous le premier ministre conservateur Stephen Harper (2006-2015).

Il avait souvent choisi de ne pas participer à l’Assemblée générale annuelle, ainsi qu’à d’autres rencontres de haut niveau. Il s’était aussi rangé sans nuances dans le camp d’Israël.

Depuis son arrivée au pouvoir, en 2015, l’idée fixe du premier ministre Justin Trudeau, en politique internationale, est son désir de voir le Canada reconquérir une place au Conseil de sécurité, d’où le pays a pour ainsi dire été éjecté officiellement en 2010. Le Canada a fait partie du Conseil de sécurité six fois depuis 1948, dont la dernière remonte à 1999-2000.

RCI avec les informations de La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

Candidature contestée du Canada à un siège au Conseil de sécurité de l’ONU – RCI

Opération canadienne pour obtenir un siège au Conseil de sécurité de l’ONU : prise trois – RCI

Que feriez-vous si vous obteniez un siège au Conseil de sécurité de l’ONU? – RCI

Catégories : International, Politique
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*