Blaine Higgs, le premier ministre du Nouveau-Brunswick, face aux journalistes, au Nouveau-Brunswick, lundi 17 février 2020. La Presse canadienne/Stephen MacGillivray

Nouveau-Brunswick : volte-face de Blaine Higgs sur la réforme en santé?

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick Blaine Higgs a annoncé qu’il suspendait sa réforme de la santé, dont l’un des volets était la fermeture de nuit des urgences de six hôpitaux de la province.

Consulter les communautés

Cette décision survient à la suite des pressions qui ont surgi de toutes parts, y compris dans son propre camp.

La semaine dernière, le vice-premier ministre Robert Gauvin, qui était considéré comme le défenseur des intérêts des francophones dans ce gouvernement, a claqué la porte du caucus des progressistes-conservateurs en signe de protestation.

À l’annonce de la suspension de la réforme lundi, le premier ministre Higgs a mentionné qu’il n’était pas prêt à accueillir à nouveau le député acadien au sein de son caucus.

M. Higgs a souligné sa volonté de lancer des consultations auprès des communautés pour recueillir leurs avis sur les meilleures pratiques à adopter dans le cadre de la future réforme.

Ces consultations seront menées en avril et en mai prochains. Elles seront suivies d’un sommet sur le secteur de la santé qui est en proie à une pénurie importante de main-d’œuvre. Un rapport contenant toutes les recommandations sera publié et la réforme enclenchée.

Les principaux partis de l’opposition avaient vivement critiqué l’idée du premier ministre Higgs de procéder à la fermeture des urgences dans certains hôpitaux en zone rurale, de minuit à 8 h, en raison de l’incidence négative qu’elle aurait eue sur la santé des populations.

Le gouvernement minoritaire risquait d’être renversé à cause de cette réforme. Le chef du Parti libéral Kevin Vickers avait affirmé sa détermination à faire tomber ce gouvernement dès la première occasion.

Réagissant à l’annonce du premier ministre lundi, le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick David Coon a soutenu qu’il serait important que toute réforme prenne en compte le problème de la pénurie des infirmières et infirmiers qui frappe durement le réseau de la santé. Il suggère que le gouvernement provincial songe non seulement à accroître les effectifs, mais aussi procède à une augmentation des salaires.

Des manifestations étaient prévues avant l’annonce du gouvernement de remettre la réforme à plus tard.

Malgré cette décision, elles ont eu lieu et les manifestants ont scandé le même message : celui de voir le gouvernement renoncer totalement à son idée de fermer les urgences de nuit dans les zones ciblées.

M. Higgs n’a pas abandonné son idée de réformer le système de santé, mais a simplement reporté l’échéance, le temps de recueillir les avis.

Avec Radio-Canada.

En complément :

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick estime que le système de santé est en crise. Selon Blaine Higgs, des changements majeurs s'imposent pour faire face à la situation.

Catégories : Politique, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.