Le Canada n’a pas toujours été accueillant

1 / 4782

Lorsque nous étions fermés et racistes par rapport aux réfugiés et aux étrangers de couleur…

Le Canada a su cultiver une image internationale très positive sur la question des réfugiés. Pourtant, les politiques du Canada au 19e siècle et dans la première moitié du 20e siècle étaient réellement racistes ou désintéressées vis-à-vis des réfugiés.

Mais disons, à la décharge du Canada, que durant la Seconde Guerre mondiale par exemple notre pays n’était pas la seule nation du monde qui se montrait peu sensible au sort de ces personnes. Les gouvernements du monde ont fini par reconnaître à travers l’ONU et sa Charte seulement en 1959 le besoin d’établir des mesures juridiques officielles les obligeant à accepter des réfugiés.

Avant la Seconde Guerre mondiale, il n’y avait donc pas de distinction juridique entre immigrants et réfugiés, et encore aujourd’hui, beaucoup de personnes comprennent mal la différence entre les deux.

Janet Dench

Elle est directrice du Conseil canadien pour les réfugiés

Des histoires que l’on préférerait oublier…

En 1885, après avoir invité des milliers de Chinois comme main-d’oeœuvre bon marché pour construire le chemin de fer transcanadien, le gouvernement du Canada restreint l’immigration des Chinois. Il imposera même plus tard une taxe d’entrée très élevée à cette seule catégorie de réfugiés.

En 1906, le Canada interdit aux personnes handicapées d’immigrer au pays.

En 1910, le Canada impose encore plus de restrictions et donne le droit au gouvernement de rejeter de façon unilatérale certains groupes qu’il pourrait juger indésirables.

En 1914, près de 400 immigrants des Indes orientales à bord du navire Komagata Maru attendent dans le port de Vancouver pendant que les autorités canadiennes délibèrent sur leur sort. Finalement, un bateau de la Marine canadienne escortera le navire hors des eaux canadiennes sous les applaudissements des habitants de Vancouver, massés sur le rivage.

Des sikhs à bord du Komagata Mar

Des sikhs à bord du Komagata Mar

 

Le Canada ne voulait pas des réfugiés juifs de la Deuxième Guerre mondiale

En 1939-45, le Canada fait très peu pour aider les réfugiés juifs d’Europe, victimes des crimes nazis.

Un vent antisémite soufflait alors un peu partout sur l’Occident, sans épargner le Canada, ni même le Québec, où la peur de l’étranger nourrit alors quelques courants politiques populaires.

Très peu de Juifs vont donc trouver refuge au Canada. En fait, la position du gouvernement canadien, alors dirigé par le premier ministre Mackenzie-King, était que, pour aider les Juifs, il fallait d’abord gagner la guerre.

En 1943, William Mackenzie King écrit : « J’ai assisté au conseil de midi à 13 h 30. Une question très difficile s’est présentée dans l’appel qu’a adressé Roosevelt à différents pays, afin qu’ils se joignent aux États-Unis dans l’admission de réfugiés d’Autriche, d’Allemagne, etc. Ce qui signifie, en un mot, admettre nombre de Juifs. Mon impression personnelle est qu’il n’y a rien à gagner à créer un problème interne dans un effort de résoudre un problème international. Je crains que nous ayons des émeutes si nous acceptions une politique d’admission de nombre de Juifs. Aussi, nous ajouterions des difficultés entre les provinces et le Dominion. Nous devons garder cette partie du continent libre de troubles et libre d’une trop grande mixité avec du sang étranger, c’est à peu près la même chose pour le problème oriental. »

Hon. W.L. Mackenzie King, premier ministre du Canada durant la Deuxième guerre mondiale. (CBC Still Photo Collection)

Hon. W.L. Mackenzie King, premier ministre du Canada durant la Deuxième Guerre mondiale. (CBC Still Photo Collection)

 

Laura Madokor

Elle est spécialisée dans l’histoire de réfugiés asiatiques à l’Université McGill à Montréal

Une belle histoire…

Les Asiatiques de l’Ouganda

  • Parmi les nouveaux arrivants acceptés en provenance de l’Afrique en 1972 figurait un groupe d’Asiatiques hautement qualifiés et bien instruits, qui avaient été expulsés de l’Ouganda par un décret d’Idi Amin Dada adopté en août 1972.
  • En réponse à un appel urgent du gouvernement britannique, le gouvernement canadien de Pierre Trudeau a décidé d’accepter 5000 de ces réfugiés.
  • Ces réfugiés sont entrés au Canada grâce à un pont aérien d’urgence qui a été ouvert entre octobre et novembre 1972.
  • Durant la première moitié de 1973, 1278 autres Asiatiques sont arrivés indirectement de l’Ouganda.
Des immigrants asiatiques montent à destination du Canada à bord d'un avion en Ouganda, 1972 à l'aéroport d'Entebbe. Wikipédia

Des immigrants asiatiques montent à destination du Canada à bord d’un avion en Ouganda, 1972 à l’aéroport d’Entebbe. Wikipédia

One comment on “Le Canada n’a pas toujours été accueillant
  1. Messieurs,

    Je suis très heureux d’avoir tomber sur ce site car, j’ai toujour rêver d’ambarquer un jour pour le CANADA le pays de mes rêves.
    Pour ceux je le réel plaisir de vous écrire, en vous adressant mes paroles d’aident; Ce que je désire de votre par c’est:

    * Voyage par tout voies au CANADA soit par:
    – Voies de réfugiés chez mon voisin l’Uganda,
    – Par bourse du gouvernement Canadien,…

    * Continuer mes études supérieur sur place dans la facultée de la technologies,

    * Vivre d’une façon permanente au Canada si possible dévenir Canadien,…

    Je réside à République Démocratique du Congo, Ville de Bunia, j’ai 19 ans sans enfant ni femme,..

    Je suis dans l’attante de votre réponse par mon adresse ci-dessus au plustôt possible.

    Je vous prie d’honorer, Messieurs, Mes salutations distinguées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *