Déclin de la population de caribous – Pas la faute des chasseurs selon Nunavut Tunngavik

Share
Caribou dans le nord du Canada. ( Nathan Denette / La Presse Canadienne)
Caribou dans le nord du Canada. ( Nathan Denette / La Presse Canadienne)

Le déclin de la population de caribous sur l’île de South Baffin ne doit pas être considéré comme étant un problème majeur selon l’association  Nunavut Tunngavik et ce malgré les données récentes d’un comptage du cheptel qui démontre clairement qu’il ne reste que quelques têtes dans cette région boréale. Des biologiste du gouvernement territorial estiment qu’il ne reste que de 1 000 à 2 000 têtes alors que dans les années 90, les estimations étaient de 60 000 à 180 000 caribous.

« Je ne crois pas que l’on doive blâmer les chasseurs » affirme James Eetoolook, vice-président  de cet organisme qui défend la santé économique, sociale et culturelle des Inuit par la mise en place et la surveillance des ententes territoriale signées lors de la création du Nunavut. « Je crois qu’il faut plutôt chercher du côté des changements climatiques, du changement de végétation à la base de l’alimentation des caribous et aussi de la santé générale du troupeau » ajoute-t-il.  James Eetoolook ne croit pas que système de quotas de chasse puisse être mis en place sur l’île de South Baffin. De plus, il croit que la population de caribous se reconstituera d’elle-même, comme elle l’a déjà fait par le passé d’ailleurs.

Par contre, les biologistes en doutent fortement.

« C’est un peu prématuré » souligne Debbie Jenkins la biologiste responsable de la population de caribous sur South Baffin pour le gouvernement du Nunavut. L’année dernière, Madame Jenkins a dirigé les vols de reconnaissance pour l’évaluation de cette population et a rédigé le rapport faisant étant du déclin des caribous. « Je crois que ce que nous devons faire en priorité c’est de tout mettre en place pour que cette population se remette. La grande différence  entre le passé et le présent, c’est que la population humaine est beaucoup plus élevée » ajoute-t-elle. « Notre rapport est une sérieuse mise en garde ».

Les données ont été recueillies l’année dernière. Il s’agit de la première véritable tentative scientifique du gouvernement territorial du Nunavut de compter sa population de caribous.

Share
Raymond Desmarteau, Radio Canada International

Raymond Desmarteau, Radio Canada International

Pour d’autres nouvelles du Canada et d’ailleurs, visitez le site de Radio Canada International.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *