Développement minier en vue chez les Tlicho dans les TNO

Share
The site of the proposed NICO mine by Fortune Minerals, near Whati, N.W.T. (CBC)
The site of the proposed NICO mine by Fortune Minerals, near Whati, N.W.T. (CBC)

La société minière Fortune Minerals pourrait bientôt lancer son projet d’extraction conjointe d’or, de cobalt, de bismuth et de cuivre dans les Territoires du Nord-Ouest. Fortune Minerals veut lancer cette exploitation minière à près de 50 kilomètres de Whati. Pour ce faire, elle doit construire une route toutes saisons de 27 kilomètres à travers le territoire de la nation Tlicho.

Rappelons que le gouvernement Tlicho a récemment approuvé l’octroi d’un permis d’accès au territoire qui accorde aussi à la compagnie le droit et l’obligation de concevoir et de proposer un tracé pour la route. Cette permission arrive après la levée d’un moratoire de huit ans sur tout développement minier sur le territoire des Tlicho.

Selon le président de Fortune Minerals, l’octroi du permis revêt une symbolique particulière et très importante. « Les Tlicho travaillent depuis longtemps sur un protocole de développement du territoire. Maintenant, c’est clair. Nous connaissons exactement les endroits où nous pouvons faire des affaires, les endroits où nous pouvons faire passer les lignes électriques, etc. »

Le Conseil de révision de la Vallée du Mackenzie ( Mackenzie Valley Review Board) a donné son aval au projet en janvier dernier.

Le grand chef des Tlicho, Eddie Erasmus, souligne que le permis accordé à Fortune Minerals permet de réaliser des travaux géotechniques durant trois semaines et ne devrait avoir que des impacts négligeables sur l’environnement.

Avant le début des constructions comme telles, Fortune Minerals devra obtenir une autre série de permis des Tlicho. La société minière doit aussi financer en entier la construction de la route. Fortune Minerals doit aussi trouver de 250 à 350 millions de dollars pour pouvoir lancer la production minière.

Un peu d’histoire

En 2003, le gouvernement fédéral canadien a accordé un territoire de 39 000 km² entre le grand lac de l’Ours et le grand lac des Esclaves dans les Territoires du Nord-Ouest à la première nation Tlicho. Ce territoire inclut les deux mines de diamants canadiennes. Cette terre est également nommée Tlicho.

Les Tlichos ont leurs propres corps législatifs au sein des quatre communautés de leur territoire, dont les chefs doivent être Tlichos.

Le gouvernement fédéral conserve le contrôle du droit pénal, comme dans le reste du Canada, et les Territoires du Nord-Ouest contrôlent les services tels que la santé et l’éducation.

Ce processus de revendications de terres a été conclu au bout de vingt ans de négociations. Un processus similaire mettant en jeu les Inuit et les Territoires du Nord-Ouest avait abouti à la création du nouveau territoire de Nunavut. Tlicho ne sera pas un nouveau territoire nordique canadien.

Share
Raymond Desmarteau, Radio Canada International

Raymond Desmarteau, Radio Canada International

Pour d’autres nouvelles du Canada et d’ailleurs, visitez le site de Radio Canada International.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *