Une formation MOOC ouvre une fenêtre sur le Nord du Québec

Share
formation-mooc-ouvre-fenetre-sur-nord
Des chasseurs inuits sur une banquise. ( Nick Murray / Radio-Canada)
Ancrer le Nord québécois d’aujourd’hui dans son histoire et donner une voix aux leaders autochtones : c’est l’objectif d’une nouvelle formation gratuite qui sera accessible en ligne à compter du 13 février.

L’Université Laval et l’Institut nordique du Québec souhaitent ainsi répondre à un besoin grandissant de la société québécoise de mieux comprendre les enjeux sociopolitiques du Nord, un intérêt renouvelé en raison du Plan Nord.

On souhaitait donner une voix aux gens du Nord, aux leaders autochtones entre autres, pour connaître leur vision de ce que devrait être le développement de leur Nord. La réalité de Sept-Îles n’est pas celle de la baie James ou de Kuujjuaq.

Thierry Rodon, titulaire de la Chaire de développement durable du Nord, Université Laval

L’Institut nordique du Québec offre ainsi une introduction à ces enjeux en utilisant une panoplie d’entrevues tournées dans le Nord de la province et des vidéos avec un contenu académique.

formation-mooc-ouvre-fenetre-sur-nord-1
Le titulaire de la Chaire de recherche sur le développement durable du Nord, Thierry Rodon, et sa collègue Amélie Breton à la Mine Tata, au Labrador (Radio-Canada)

Louis-Edmond Hamelin, le géographe qui a inventé le mot nordicité et contribué à changer la perception et la définition du Nord, sert en quelque sorte de fil conducteur à la trame du cours.

On a voulu avoir un équilibre entre la présence académique et les gens du Nord à qui on donne la parole. On fait un effort important sur le plan visuel en insérant beaucoup de cartographies, d’images, de vidéo pour rendre ça plus concret.

Thierry Rodon, titulaire de la Chaire de développement durable du Nord, Université Laval

Disponible sur la plateforme numérique MOOC (Massive Open Online Course), ce cours interactif offrira donc une vitrine sans précédent sur les bouleversements affectant présentement les différentes régions du Nord québécois, présentés dans leur contexte historique, politique et anthropologique.

Le projet, qui sera même accessible à l’étranger, vise un large public, allant d’administrateurs de projets nordiques à des gens appelés à travailler dans le Nord, qui souhaitent avoir un aperçu historique et connaître les projets locaux avant de s’y rendre.

L’apport des artistes à la formation

Selon le titulaire de la Chaire de développement durable du Nord à l’Université Laval, Thierry Rodon, la formation permettra également de découvrir les acteurs incontournables de développement que sont devenus les Autochtones, en plus de leur apport culturel et artistique au Québec.

Des extraits d’oeuvres d’artistes autochtones figurent d’ailleurs à l’intérieur de certains modules, notamment ceux de la poétesse Natasha Kanapé Fontaine, de l’auteure-compositrice-interprète Elisapie Isaac, et de la poétesse et réalisatrice Joséphine Bacon.

On met en exergue de la poésie, de la littérature, des illustrations, toutes les formes d’arts provenant d’artistes autochtones

Thierry Rodon, titulaire de la Chaire de développement durable du Nord, Université Laval

Les sept modules de la formation seront disponibles en ligne en français pendant sept semaines à compter du 13 février et en anglais à partir du 24 avril.

Plus de 2000 personnes sont déjà inscrites à la formation, qui est ouverte à tous, sans préalables. Elle n’offre toutefois pas de crédit universitaire.

Share
Espaces autochtones, Radio-Canada

Espaces autochtones, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur les Autochtones au Canada, visitez le site d’Espaces autochtones.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *