Une mine désaffectée du Nord canadien nécessite des travaux urgents

Share
Le site de la mine Faro au Yukon est considéré comme l’un des cinq sites miniers abandonnés les plus pollués au pays. (Courtoisie du Gouvernement du Canada)
Il n’existe aucun plan ferme de restauration pour le site de la mine Faro au Yukon (nord-ouest du Canada) abandonné en 1998, mais une fuite d’eaux contaminées exige des travaux d’urgence.

Le site compte 390 millions de tonnes de résidus miniers.

Le gouvernement fédéral, responsable du site depuis 2003, compte lancer un appel d’offres sous peu. Le but est de construire dès l’automne la dérivation d’un ruisseau de façon à réduire l’échappement des eaux acides dans les cours d’eau sains. Les travaux de 70 millions de dollars qui s’échelonneront sur deux à trois ans doivent permettre un maximum d’emplois locaux.

Le site contaminé de la mine Faro s’étend sur 25 kilomètres carrés près de la municipalité du même nom. (Courtoisie du Gouvernement du Canada)

Le directeur du projet d’assainissement de la mine Faro, Lou Spagnuolo, a affirmé qu’une nouvelle usine de traitement des eaux a déjà été construite avec une capacité de six millions de mètres cubes d’eaux usées. Le nouveau projet viendra appuyer ses efforts de traitement.

La mine Faro était considérée comme l’une des plus grandes mines à ciel ouvert de plomb et de zinc, métaux qui aujourd’hui polluent l’environnement.

Plan global de nettoyage à venir
Vue sur les installations de la mine Faro. (Courtoisie du Gouvernement du Canada)

En marge des travaux plus urgents, le grand plan de nettoyage, toujours en élaboration, sera présenté à l’Office d’évaluation environnementale et socioéconomique du Yukon (OEESY) d’ici la fin de l’année.

Le plan pourrait prendre jusqu’à 15 années de mise en oeuvre à compter de 2022 et coûter plus de 500 millions de dollars et employer jusqu’à 100 personnes par année. Lou Spagnuolo explique toutefois qu’un plan de surveillance et de traitement des eaux sera requis « à perpétuité » sur ce site.

Le directeur du projet d’assainissement de la mine Faro, Lou Spagnuolo, explique qu’il s’agit d’un site particulièrement complexe à nettoyer. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
« Le site présente des défis. Pour élaborer une solution robuste qui puisse résister à l’épreuve du temps, demande beaucoup de temps à développer. »

Lou Spagnuolo, directeur, Projet d'assainissement de la mine Faro, Affaires autochtones et du Nord Canada

Le directeur explique qu’un processus de révision du rendement du projet a par ailleurs permis d’améliorer certains aspects de la gestion. Le dépôt du plan de restauration, par exemple, sera déposé devant l’OEESY en partenariat avec les Premières Nations concernées, ce qui, espère le directeur, accélérera le processus.

Depuis 2009, les autorités tentent de réduire au maximum l’infiltration d’eau de pluie dans les résidus miniers en nivelant les piles et en les recouvrant. « L’eau qui s’infiltre capte les métaux lourds tels que le zinc, le cadmium et le manganèse et les transporte dans les cours d’eau propres. […] L’eau devient ainsi acide et endommage, entre autres, les branchies des poissons. »

Rencontres d’information dans les collectivités

Les responsables du projet d’assainissement de la mine Faro ont consulté l’an dernier la population sur les aspects les plus importants du projet de restauration.

La qualité de l’eau et la santé humaine se sont avérées en tête des réponses des 118 participants. Le questionnaire a été distribué en ligne ou en personne entre le 9 juin et 10 juillet, ainsi qu’entre le 27 juillet et le 28 août 2017.

Lou Spagnuolo affirme que certains commentaires ont été ajoutés sur le plan de restauration. Les responsables rencontreront dans les prochains jours les habitants de Whitehorse, Faro, Ross River, Pelly Crossing et Watson Lake.

Le projet de restauration de la mine contaminée Faro est en chantier depuis 20 ans. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *