Nord canadien : une communauté du Nunavut maintient son interdiction de vendre de l’alcool

La municipalité de Gjoa Haven, un hameau du Nord canadien d’environ 1200 habitants, a voté lundi en faveur du maintien de l’interdiction de vendre de l’alcool. (Chris Wattie /Reuters)
À l’issue d’un référendum, les résidents de Gjoa Haven, dans l’Arctique canadien, ont refusé de remplacer leur système prohibitif de vente d’alcool par un régime restrictif.

« Je soutiens les résultats et les souhaits de la communauté et je m’engage à travailler dans leur sens en faisant la promotion de programmes de soutien en santé mentale, entre autres », a fait savoir la mairesse de Gjoa Haven, Megan Porter, dans un commentaire écrit envoyé à Regard sur l’Arctique.

Lundi, 52 % des résidents ont refusé d’instaurer un régime où la quantité d’alcool est limitée. Ce système aurait permis aux résidents d’introduire dans la municipalité ou d’acheter tous les 14 jours un litre de spiritueux, quatre litres de vin et 11 litres de bière.

Au total, 188 personnes ont voté contre la proposition, tandis que 175 autres y étaient favorables. Selon la Loi territoriale sur l’alcool, 60 % des voix sont requises pour changer de régime de distribution des alcools.

Rita Hummiktuq, une résidente inuk de Gjoa Haven, est l’une des 188 personnes à s’être opposées à la proposition. Au bout du fil, elle affirme avoir poussé un soupir de soulagement en apprenant les résultats.

« Mon fils a 8 ans et je veux qu’il grandisse dans un environnement sécuritaire, affirme-t-elle. Et je pense que, sinon, ça aurait occasionné énormément de problèmes dans la communauté. »

Dans 12 communautés du Nunavut, un comité formé de membres élus par les résidents – le Comité d’éducation à la consommation d’alcool – réglemente l’achat d’alcool. Il peut ainsi valider les demandes des résidents en se basant sur des critères allant du comportement aux antécédents judiciaires.

« Avec ce système, les gens demandent parfois à leur ami ou à un membre de leur famille de leur procurer de l’alcool », déplore Rita Hummiktuq.


Note : Pour consulter la légende, cliquer sur l’icône située au coin gauche de la carte.

Différentes réglementations

Il existe six communautés dites « sèches » où la vente d’alcool est proscrite, dont Arviat, Coral Harbour et Gjoa Haven. Sept autres municipalités ont décidé de lever toute réglementation sur le sujet.

Les collectivités inuit du territoire ont régulièrement recours à des référendums sur la vente d’alcool dans le but de limiter le commerce illicite. D’autres encore préfèrent resserrer leur réglementation pour endiguer la surconsommation, qui est particulièrement élevée dans les régions inuit du nord du pays.

Rita Hummiktuq admet qu’une interdiction complète de la vente d’alcool laisse le terrain propice à la vente illicite. « C’est sûr que ça n’empêchera pas les vendeurs de faire de la contrebande », mentionne-t-elle. Mais elle affirme préférer cette option plutôt que de lever des « barrières nécessaires » pour maintenir la sécurité dans la communauté, selon elle.

En 2012, 20 % des Inuit du Nunavut âgés de 15 ans et plus consommaient de l’alcool de manière abusive, selon Statistique Canada.

Sanikiluaq et Kugaaruk sont les deux dernières communautés du territoire à avoir tenu un référendum sur le sujet. Le 4 et le 25 février, elles ont respectivement choisi de maintenir leur système prohibitif.

Le référendum de Gjoa Haven a enregistré un taux de participation de 49 %.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *